Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Actu #14 :
avril/mai/juin 2019

Actu #14 : avril/mai/juin 2019 sur Quatre Sans Quatre

Printemps pluvieux, lecteur heureux...

Des centaines et des centaines de romans, polars, thrillers, romans noirs paraissent chaque année et il nous est bien entendu impossible de tous les lire attentivement et d'écrire un article sur tout ce que nous recevons.

Deux yeux ne fonctionnant, hélas, que simultanément, et les malheureuses vingt-quatre heures de chaque journée ne suffisant plus à éviter l'effondrement de piles à lire himalayennes à l'architecture pisane, le sacro-saint principe de précaution nous commande de prendre des mesures !

D'où l'idée de cette rubrique, Quatre Sans Quatre - Actu dans laquelle nous vous ferons un petit topo des nouveautés du (ou des) mois précédent(s).

En espérant que vous y piochiez d'excellentes idées et que vous passiez en leur compagnie de trépidants moments de lecture !

La rédaction


BELLES SANGUINAIRES - Isabelle Chaumard - Éditions le Mot et le Reste - 192 p. juin 2019 : Isaià est journaliste et travaille à Corsica-Hebdo, où ses articles écrits sans souci de ménager quiconque font parfois des remous. Quand son rédactuer en chef, Paul, est tué par une bombe, Isaià décide de chercher la vérité. D’étranges lettres anonymes sont arrivées au journal, qui parlent d’un faux Delacroix dans la cathédrale d’Ajaccio, et Isaià se rend vite compte qu’elle va devoir se montrer rusée, tenace et chercher au-delà des apparences. Dans sa quête de vérité, elle rencontre Jane, une jeune femme peintre et ces deux-là ne se quitteront plus, malgré les menaces et les dangers auxquels elles s’exposent.
D’Ajaccio à Paris, en passant par Marseille, l’enquête des deux jeunes femmes va se révéler truffée de faux-semblants, de fausses pistes et de vrais méchants.

CE QUI EST MONSTRUEUX EST NORMAL– Céline Lapertot – Éditions Viviane Hamy – 91 p. avril 2019 : Céline Lapertot se confronte à son passé. De ce combat nécessaire avec elle-même et de ses souvenirs est né ce texte qui n’est pas un livre comme les autres. Ce n’est pas une autofiction, c’est un récit autobiographique, un long cri plein de rage. Comment vivre – ou survivre – dans un lotissement en ruine, où règne partout l’odeur de la pisse ? Comment être une petite fille épanouie alors que votre beau-père glisse un doigt sous votre culotte, le soir ? Quelle femme peut-on devenir quand on perçoit sa mère comme une personne faible, dont on a honte, et qui a choisi de fermer les yeux sur les actes de son mari ? En racontant son enfance, l’auteur établit un lien entre celle qu’elle fut jadis – une enfant qui sourit en permanence pour cacher sa détresse et qui découvrira bien trop tôt que toutes les mères et tous les pères ne sont pas comme ceux des autres, pétris d’amour et de bienveillance – et la femme qu’elle est aujourd’hui – une jeune professeure passionnée par son métier, animée par une volonté farouche d’aider et de soutenir ses élèves au quotidien, tout en étant mère de deux enfants, et écrivain. Un texte magnifique !

CONFESSIONS TÉMÉRAIRES – Anita Pittoni – Édition de la Baconnière – 209 p. mai 2019.
Traduit de l'italien par Marie Perier et Valérie Barranger : Anita Pittoni (Trieste, 1901-1982) est un personnage mythique du monde artistique et littéraire italien du XXe siècle. Jeune créatrice de mode audacieuse dans les années précédant la Seconde Guerre mondiale, sa trajectoire s’oriente dès 1950 vers la littérature quand elle publie son premier recueil de proses poétiques, Les Saisons. Les récits plus tardifs de Promenade sous les armes (1971) forment avec Les Saisons cette Confession téméraire. Deux témoignages inestimables, et poignants, sur ses amis Umberto Saba et Roberto Bazlen viennent clôturer ce livre intimiste.

DES LIENS TROP ÉTROITS - Nathalie Daniels -Éditions Denoël - collection Sueurs froides. Traduit de l’anglais par Pierre Ménard 326 p. avril 2019 : une amitié fulgurante : celle qui unit Connie et Ness que tout rassemble tant elles se ressemblent. Leurs maris et leurs enfants s’apprécient, elles vivent tout près l’une de l’autre, bref tout est fusionnel jusqu’au divorce de Ness.
A partir de ce moment-là, Ness envahit la vie de Connie qui se retrouve, sans avoir le moindre souvenir, dans un hôpital psychiatrique, couverte de blessures.
La psychiatre qui suit Connie paraît douter de sa version de l’enchaînement des évènements, et même de son amnésie…
Duel, face à face, bras de fer : qui en sortira gagnante ?
Et qui est vraiment Connie ?

DES POIGNARDS DANS LES SOURIRES – Cécile Cabanc – Fleuve Éditions – collection Fleuve Noir – 471 p. février 2019 : Catherine Renon n’a plus vu son mari François depuis des jours et ne semble pas s’en émouvoir. Dans ce coin d’Auvergne où les rumeurs blessent et tuent, pas question de prêter le flanc à la calomnie. Et surtout pas à sa belle-mère, veuve solitaire qui voue à son fils un culte tout en démesure.
Virginie Sevran et Pierre Biolet, du SRPJ de Clermont-Ferrand, ont été appelés pour constater la présence d’un corps démembré et en partie brûlé au Col des Goules.
C’est la première enquête de Virginie depuis qu’elle a quitté le 36, quai des Orfèvres pour la province, à la stupéfaction de ses proches. Quant à Pierre, il observe sa nouvelle coéquipière d’un oeil à la fois bienveillant et inquiet. Qu’est-elle venue chercher ?
Quand l’enquête met un nom sur ce corps, celui de François Renon, les questions les plus folles surgissent, avec une seule certitude : tous les meurtriers possibles de ce fils de bonne famille sont autant de facettes d’une victime annoncée.
Avec ce huis clos provincial où les faux-semblants ont de beaux jours devant eux, Cécile Cabanac signe un premier polar chabrolien hautement maîtrisé.

L'OMBRE DE LA BRUME – Gérard Chevalier – Éditions du Palémon – 218 p. février 2019 : Les monts d’Arrée. Lieu prestigieux bâti par une force naturelle puissante où la beauté, l’harmonie, le calme régénérateur ne sont perturbés que par la violence épisodique et habituelle des éléments. Après les grandes souffrances des siècles passés, les hommes qui vivent ici ont enfin trouvé un équilibre.
Rien ne semble pouvoir ébranler cet univers paisible et laborieux, habité de légendes miraculeusement héritées d’une culture orale disparue. Rien… sauf des petits vols insignifiants qui commencent à entamer la stabilité apparente d’une famille, et pas n’importe laquelle : celle du médecin du village. Rien… sauf des disparitions de personnes au sein de cette même famille, qui se fissure. Rien… sauf d’ignobles lettres anonymes qui font éclater un scandale plongeant dans l’angoisse le petit hameau de Saint-Cadou, jusque-là havre de quiétude.
Le comble est atteint lorsque l’on prétend que le monstre de l’Élorn, diable ou phénoménal sanglier carnivore, sort de sa retraite infernale pour établir la justice ! Alors la peur ancestrale de l’obscur, de l’inexplicable s’installe profondément chez les hommes des monts d’Arrée…

LA COURSE DES RATS - Antonio Manzini - Éditions Denoël - collection Sueurs froides - 320 p. mai 2019
Traduit de l’italien par Samuel Sfez : un braquage totalement loupé, des délinquants incapables de réussir le moindre casse, et, pour renfort de potage, René, le plus idiot des quatre est capturé par une bande rivale qui veut le magot.
Dans le même temps, il se trouve que le gouvernement a imaginé un grand plan, l’opération « An Zéro » qui permettrait, en se débarrassant des retraités, d’apurer les comptes publics et de doper un budget complètement plombé par les vieux. Diego, le frère de René, pas beaucoup plus malin que pson frère, est justement employé à la caisse de retraite locale et mis dans le secret par un de ses supérieurs…
Diego et René vont devoir s’entraider.
Pessimisme joyeux et humour très noir mènent à fond de train ce roman tragicomique.

LE BÛCHER DE MOOREA - Patrice Guirao – Éditions Robert Laffont – collection La Bête Noire - 400 p. mai 2019 : le lagon de Moorea, la belle carte postale tahitienne qui sent bon le tiaré et la douceur de vivre. On est surpris, par conséquent, d’y trouver un grand bûcher sur lequel quatre corps démembrés finissent de se consumer… Maema, journaliste et Lilith, photographe, vont se lancer dans l’enquête, loin des clichés et des images paradisiaques.

LE JOUR DES SAINTS – Nicci French – Fleuve Éditions – collection Fleuve Noir – 451 p. avril 2019.
Traduit de l'anglais par Marianne Bertrand : Alors que les premières feuilles d'automne tombent, un serial killer traumatise Londres, laissant la police dans l'ombre face à cette série d'accidents meurtriers qui vient ébranler la capitale. Découverte macabre, l'enquête dévoilera que certaines victimes étaient déjà mortes bien avant qu'on retrouve leurs corps.
De son côté, la psychanalyste Frieda Klein se cache depuis des mois. Son seul contact s'appelle Lola, une jeune femme censée étudier sa carrière.
Frieda se pensait en lieu sûr, mais face à ce meurtrier qui continue de rôder, elle comprend que la chasse du tueur n'est pas sans but.
Bien au contraire, il veut la retrouver et en faire son ultime victime.

NOUS SOMMES AUJOURD'HUI RÉUNIS - Jamie Weisman – Éditions Actes Sud - 336 p. juin 2019
Traduit de l’anglais (E.U.) par Catherine Richard-Mas : à l’occasion du mariage d’Elizabeth Gottlieb, appartenant à l’élite juive d’Atlanta, avec un goy que bien des hommes jalousent, les cent cinquante invités parlent, se dévoilent, font face à leurs interrogations et leurs doutes. Roman aux multiples voix tour à tour fragiles et ironiques, la vie dans toute sa complexité et sa finitude.

OFFRANDES FUNÈBRES – Preston & Child – Éditions de l'Archipel – 347 p. mai 2019.
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Sebastian Danchin : Recevez ce coeur… « J’espère que vous accepterez ce présent en signe de sincères condoléances. »Tel est le message, signé d’un certain Cœur-Brisé, retrouvé sur la pierre tombale d’une femme décédée onze ans auparavant.
Le présent en question ? Un cœur humain fraîchement prélevé…
… Pour tout le mal qu'on vous a fait.
Bientôt, d’autres jeunes femmes sont assassinées, dont les cœurs viennent fleurir de nouvelles tombes…
Qu’ont-elles en commun ? Et pourquoi ces offrandes funèbres ?
Un mystère à la hauteur d’un Pendergast au sommet de son art.

UNE SOIRÉE DE TOUTE CRUAUTÉ - Karo Hämäläinen – Éditions Actes Sud – collection Actes Noirs - 375 p. mai 2019
Traduit du finnois par Sébastien Cagnoli : prenons deux couples, soit quatre amis de longue date, et enfermons-les dans un appartement londonien luxueux pour ce qui est censé être un bon dîner suivi d’une soirée agréable. Ajoutons une bonne dose de secrets, trahisons, corruptions, infidélités en tout genre, quelques armes à feu à disposition et laissons agir…
Au bout de quelques heures, seuls les portables sont encore en parfait état de marche…
Huis clos machiavélique, fielleux et plein de rancoeur qui montre qu’on a toujours des raisons de vouloir supprimer ses proches, à bien y regarder.


pour retrouver toutes les Actus parues précédemment : ICI


photo : Quatre Sans Quatre

Actu #13 : Février/mars/avril Actu #12 : Février/mars/avril 2019 Actu #11 : janvier/février 2019