Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Bande Dessinée :
BLAST de Manu Larcenet

Bande Dessinée : BLAST de Manu Larcenet sur Quatre Sans Quatre

 Illustration : Manu Larcenet - Blast


C'est qui l'auteur ?

Manu Larcenet est né en 1969 et a collaboré à Fluide Glacial et à l'Association. Son travail comporte deux versants distincts : la veine comique et satirique et la veine plus intimiste, plus noire aussi. Manu Larcenet a travaillé avec beaucoup d'autres dessinateurs et auteurs, il a collaboré à la série des Donjon et a été récompensé par plusieurs prix. Sa BD presqu'autobiographique Combat ordinaire est adaptée au cinéma cette année par Laurent Tuel avec Nicolas Duvauchelle dans le rôle principal et Blast a été mis en scène en avril dernier dans un spectacle de Marion Belot Grasse Carcasse dans lequel un comédien est habillé de sa marionnette. Il vient de publier en avril dernier l'adaptation du Rapport de Brodeck de Philippe Claudel.

A lire aussi, après ou avant Blast, Presque, une BD très très noire sur ses souvenirs du service militaire, instructif pour les moins de 40 ans qui n'ont pas connu cette belle institution, réminiscent pour les autres. Et les filles ? ben... on n'y avait pas vraiment encore pensé... !

Les quatre tomes


Mais qu'est-ce que ça raconte ?

Polza Mancini ( Pomni Leninskie Zavety : « souviens-toi des préceptes de Lénine » cadeau d'un père italien communiste) est accusé d'avoir tenté de tuer Carole Oudinot qui est placée, au moment de son arrestation, sous coma artificiel à la suite de l'agression dont elle a été victime. Deux inspecteurs vont tenter d'obtenir les aveux de Polza en le cuisinant sur toute une série de crimes extrêmement violents qui jalonnent son chemin étrange. Polza veut bien parler, il veut même tout raconter, mais à son rythme et à sa manière.

A la suite de la mort de son père, dernier lien qui le rattachait à la vie normale et ordinaire qu'il menait jusque là, entre sa femme et son travail d'écrivain, Polza a décidé de s'affranchir de tout ce qui l'entravait. Obèse et opprimé par ce corps difforme et grotesque, il part sur les routes, vit dans la nature, presque nu, totalement seul, au plus près de sa part animale et pulsionnelle à laquelle il décide de lâcher la bride, coûte que coûte. Le « blast » est un choc, une transe qui lui permet de se révéler à lui-même dans sa nature sauvage, dans sa vérité la plus folle et la plus dangereuse. Ayant renoncé à la vie sociale, il a aussi renoncé à tous les faux-semblants et choisit, avec exultation et sauvagerie, avec bonheur et frénésie, de ne plus connaître aucune borne, d'être entièrement, totalement, lui-même.

Mais la liberté d'être, y compris dans sa noirceur la plus absolue, a le goût du sang.

Manu Larcenet - Blast


Mais pourquoi la lire ?

D'abord parce que le dessin est beau, énigmatique, effrayant et mystérieux. Beaucoup de planches sont en noir et blanc et jouent sur la lumière et les contrastes violents car une grande partie de l'histoire se déroule la nuit. La nature est, au contraire du corps de Polza, harmonieuse et magnifique mais recèle sa part de danger comme la chouette qui chasse les souris ou les chauve-souris qui dansent dans l'air nocturne.

Dans un style très cinématographique, Larcenet alterne les angles de vue et les plans, l'histoire est très vivante, très mouvante, et implique visuellement le lecteur.
Larcenet joue aussi avec les couleurs, parfois, dans une explosion parfois sanglante, avec également l'ajout de dessins d'enfants au tracé malhabile et touchant.

Ensuite pour l'histoire et les personnages, au premier plan desquels Polza, seul narrateur, seul maître à bord, qui nous entraîne dans ses dérives hallucinées, stupéfiées, alcoolisées sans jamais perdre sa politesse presque narquoise et son sens aigu de la dérision.
Qui est Polza ? Son physique lui attire la haine, les coups, les insultes. Il se hait comme il hait les autres, sauf Carole et son père, Roland ? Il est capable d'une extrême violence envers les autres et envers lui-même, dans l'acceptation totale et irréversible de sa nature et de toute sa monstruosité. Est-il fou ? Interné plusieurs fois, diagnostiqué schizophrène, il semble pourtant tenir un discours rationnel et logique, jamais dupe du psychiatre et de ses séances d'art-thérapie. On suit le récit de Polza sans réussir à savoir qui il est, s'il est le serial-killer qu'on soupçonne, calculateur et sûr de lui ou s'il est totalement cinglé, victime de la brutalité des autres. Dans toutes les situations difficiles, Polza mange, mange, mange...

Manu Larcenet - Couverture Tome 2 (Détail)


Mais qu'est-ce qu'ils disent ?

« C'est à cet instant-là que j'ai reçu le blast... Un craquement d'abord dans ma tête... exactement le même son insupportable qu'un os qui se casse...Puis c'était comme si un trou s'était ouvert au sommet de mon crâne... J'étais aspiré au-dehors. » Tome 1 Grasse carcasse
« L'expérience de la liberté est difficile et dangereuse. Elle impose de s'oublier et de s'affranchir de la société des hommes. Rares sont ceux qui résistent à la révolution intime qui résulte de ce sacrifice. Cet été-là, je suis devenu une bête, ni plus ni moins.» Tome 2 L'apocalypse selon Saint Jacky
« Je suis schizophrène tu sais. C'est une maladie mentale...mais c'est une vraie maladie, hein... C'est un peu comme être fou... » Tome 3 La tête la première
« Ce sont souvent les hommes les plus répugnants qui vous feront grief de votre vulgarité. Votre cigarette déclenchera une colère démesurée chez l'ancien fumeur. Les plus infects menteurs font les donneurs de leçon les plus vindicatifs. De la même manière, ce sont ceux qui sont le moins aptes à l'amour qui aiment le plus intensément. » Tome 4 Pourvu que les bouddhistes se trompent


Et pour la zik ?

Pas de zik pour Polza mais pour Larcenet si !

On voit souvent ses personnages avec une casquette NOFX et il a signé des pochettes donc on s'écoute Don't Call Me White. Il a également dessiné pour Magyd Cherfi sur l'album « Pas en vivant avec son chien », L'Oncle d'Amérique, de Torquemada, Le Diable est avec Nous et a illustré la K7 de démo de Brigada Flores Magon, Pour ma Classe.

Autres collaboration dans la musique : les compilations Just Another Hardcore Compilation et, plus Punk, P'Tite Panik ou le groupe Varans du Komodo.

BLAST  - 4 tomes - 1 Grasse carcasse - 2 L'Apocalypse selon Saint Jacky - 3 La tête la première - 4 Pourvu que les bouddhistes se trompent - Manu Larcenet - Dargaud Éditeur

Bande Dessinée : LE CHIEN DE DIEU de Jean Dufaux et Jacques Terpant Bande Dessinée : AU BOUT DU FLEUVE de Jean-Denis Pendanx Bande Dessinée : WINTER ROAD de Jeff Lemire