Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
ANTITHÈSE de Jean-Baptiste Ferrero

Chronique Livre : ANTITHÈSE de Jean-Baptiste Ferrero sur Quatre Sans Quatre

 illustration : tapineuse négociant avec un client (Wikipédia)


Le pitch

C'est avec une touche de nostalgie proustienne que le détective privé Thomas Fiera retrouve le chemin de la fac. Il y est appelé par un éminent professeur de sémantique, singulièrement allumé, qui soupçonne un trafic de faux-vrais diplômes dans son département.

Une négociation épique et délirante plus tard, ayant survécu au verbe luxuriant de sémiologue, le marché est conclu. L'enquêteur se sera tout de même fait alpaguer par une jeune et sublime étudiante, Héloïse Brunet qui lui arrache une promesse de stage à effet immédiat dans son agence. Fiera embringuera ses pittoresques amis, Maud et Fred, ainsi donc qu'Héloïse, dans une affaire bien sordide aux multiples rebondissements.

Ce qui aurait pu être une rapide, facile et rémunératrice recherche administrative, une escroquerie de seconde zone de fonctionnaire voulant agrémenter ses fins de mois, va vite s'avérer un embrouillamini dangereux et les pseudos peaux d'âne servir de paravents à des flingues qui ne crachent pas des haricots ou de certificat d'aptitude professionnelle au tapin. Ça tombe bien Fiera n'est pas là pour rigoler non plus.


L'extrait

« - Justement, je vous connais, dit-il en changeant de ton, ce qui, chez lui, était signe d'une fureur extrême. Je vous connais par cœur. Vous êtes un voyou, un anarchiste, un fouteur de merde, un hooligan, un rouge, un violeur de nonne et un grossier personnage par-dessus le marché. Vous ne vous contentez pas de semer le désordre, vous aimez ça. Vous êtes tout ce que je déteste, sale petit gaucho auto-complaisant et hypocrite.
- Moi aussi je vous aime commissaire.
- Mais si vous merdez une fois encore, si une fois encore, je dois venir nettoyer votre bordel avec un tractopelle et une armée de croque-morts, je vous enfermerai dans un cul de basse-fosses si profondes que vous pourrez mater le fion de ces putains de chinetoques ! Je suis clair ?
- Un modèle de clarté, comme à votre habitude. »


L'avis de Quatre Sans Quatre

Court mais diablement efficace, Antithèse ne s'embarrasse pas de circonvolutions inutiles, ce polar va droit au but et frappe juste ! Tous les codes d'une bonne enquête de privé y sont réunis, l'enquêteur ombrageux mais finalement empathique, les associés un brin dingos mais hyper doués, la femme fatale, les truands plus méchants et barbares que leurs pitbulls, le témoin faux-cul et, enfin, essentiel, le flic qui déteste le privé mais qui l'aide tout de même parce qu'il fait du bon boulot et qu'il a de l'estime pour lui (voir l'extrait).

L'intrigue tient le choc, servie par de savoureux personnages secondaires et des héros qui ne sont pas en reste. Ça flingue et ça discute ensuite, même si les méninges sont soumises à la question. Un détective, ça doit au moins prendre quelques gnons pour être crédible et enjamber nécessairement un ou deux cadavres pour rentabiliser le déplacement, demandez à Nestor Burma ou Philip Marlowe ce qu'ils en pensent.

Respirez un bon coup avant d'attaquer, vous risquez de manquer d'air en essayant de cavaler à la suite de Fiera et de sa clique, de comprendre les élucubrations linguistiques du professeur ou dans le feu de l'action finale qui n'est pas là pour amuser les mouettes. L'auteur sait manier la langue avec brio, la tourmenter pour n'en garder que le suc, l'utile et l'agréable. Il sait également fort habilement scotcher l'attention de son lecteur tout en le faisant rire car, oui, il n'y a pas que du tragique et de l'hémoglobine dans ce récit, il y a aussi, et c'est heureux, de la franche rigolade, ce n'est pas parce qu'on défouraille à tout va qu'il faut perdre le sens de l'humour. Même si la misère du monde et les salopards qui l'exploitent ne sont jamais loin, le polar possède cette vertu d'avoir toujours un pied dans la boue et un autre dans la drôlerie, question d'équilibre.

Un excellent polar dans un petit format sympa qui conte une belle enquête par un grand privé.


Notice bio

Diplômé de philosophie et de communication à la Sorbonne dans les années quatre-vingt, Jean-Baptiste Ferrero, en plus d'être auteur de polars, est directeur de la communication d'une entreprise. Antithèse est son sixième roman et s'inscrit dans le cycle des Enquêtes de Thomas Fiera, le premier à paraître dans cette nouvelle collection 38, rue du Polar des Éditions du 38.


La musique du livre

Juste une allusion à un air de jazz, sans plus de précision, entendu par Fiera lorsqu'il se rend chez la belle Héloïse. Tant qu'à faire, autant s'en écouter un bon, Charlie Parker dans All The Things You Are.

ANTITHÈSE – Jean-Baptiste Ferrero – Les Éditions du 38 – 107 p. juillet 2015

Chronique Livre : LE NEUTRINO DE MAJORANA de Nils Barrellon Radio : DES POLARS ET DES NOTES #63 Top 10 : Les POLARS de Noël 2019