Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
AVANT QUE TOUT SE BRISE de Megan Abbott

Chronique Livre : AVANT QUE TOUT SE BRISE de Megan Abbott sur Quatre Sans Quatre

L'auteur

Megan Abbott est une écrivaine américaine née en 1971, auteurs de romans noirs, dont Absente (Sonatine Éditions 2009) ou Vilaines Filles (JC Lattes 2014)  souvent centrés sur des personnages de femmes.


Le sujet

« Une vie qui devait être protégée des risques qu'elle infligeait à son corps. Il était l'élément le plus dangereux de sa vie. Son corps était l'unique danger. »

Devon est une gymnaste prodige de quinze ans, la fierté de sa famille et de son club. Déterminée, austère et prête à tous les sacrifices, elle vise les Jeux Olympiques. Le chemin est long et âpre pour y parvenir, la gloire et la réussite très éphémères à cause des changements que l'âge occasionne au corps des athlètes et qui ruinent leur carrière.

Katie et Eric, ses parents, accompagnés de l'imperturbable Drew, le petit frère, sont prêts à tout pout soutenir et propulser cette enfant extraordinaire aussi loin qu'elle le peut. 

Mais un accident, qu'on soupçonne bientôt être un meurtre, vient ébranler la petite communauté qui se tisse autour des jeunes gymnastes du club.

Katie et Eric vont faire face pour que les rêves de leur fille s'accomplissent malgré tout, quitte à aller vraiment très loin. Trop loin.


L'extrait

« Si Katie devait en parler un jour, ce qu'elle ne fera jamais, elle serait obligée de revenir en arrière , des années avant les faits. Avant Coach T., avant Hailey et Ryan Beck.Avant la naissance de Devon, quand il n'y avait que deux Knox, incapables l'un et l'autre de faire la différence entre un groupé et un salto et qui ne savaient pas comment s'appelait cette sorte de plateforme brillante en forme d'oeuf, au centre de la salle, cette table de saut qui allait changer leur vie.
 Et Katie raconterait les choses en trois parties.
 Le Pied.
 La Chute.
 La Fosse.
 Vous ne pouviez commencer à comprendre ce qui s'était passé, et pourquoi, que si vous compreniez ces trois choses.
 Et le talent de Devon. Car il était là depouis le début, peut-être même avant.
 Dans des moments de fierté parentale, trop nombreux pour qu'on puisse les compter, Eric et elle racontaient qu'ils sentaient Devon dans le ventre de Katie, son corps se cabrait et se trémoussait, il leur faisait une promesse.
 Très vite, il se mit à donner des coups de pied. Avec une telle vigueur qu'une nuit Katie fut réveillée par un claquement sec et, le souffle coupé, se plia en deux de douleur. Eric, impuissant, regardait l'estomac de sa femme convulser comme s'il abritait un alien terrifiant.
 Qu'y avait-il donc en elle ? se demandèrent-ils. Une côte saillait de son sternum, déplacée dans son sommeil.
 Ce n'était pas un alien, mais une chose extraordinaire.
 C'était Devon, une merveille, un prodige, une étoile.
 Devon qui donnait des coups de pied pour sortir.
Sortir, sortir, sortir.
 C'étaient eux qui l'avaient faite.
 Et, d'une certaine façon, elle les avait faits. » (p. 23-24)


Le commentaire

« Mais parfois je me demande, aujourd'hui encore, si le courage n'est pas un synonyme de désespoir. »
Nadia Comaneci (Lettres à une jeune gymnaste)

Devon a quinze ans, elle est gymnaste. Elle est un corps, fracturé, contusionné, malmené. Elle endure sans sourciller les souffrances nécessaires à l'acquisition de la perfection, des pointes de pieds tendues à la réception impeccable après un saut incroyable de beauté, de force et de légèreté. Etre gymnaste, c'est dominer son corps et les lois de la gravitation, s'empêcher de grandir, de devenir femme. Etre gymnaste, c'est être Peter Pan, garder un corps d'enfant le plus longtemps possible, refuser les seins, les règles, les courbes qui rendront l'exhibition de la grâce impossible.
Chez les Knox, c'est Devon qui a pris toute la place, plutôt le corps de Devon, les massages, les poudres, les onguents, les maniques fétiches, les justaucorps, les régimes.

On ne parle que de l'entraînement, des heures d'entraînement tous les jours, des progrès, des concours, tout tourne autour de Devon. Ses parents Katie et Eric ont organisé leur vie entière pour l'accompagner dans cette recherche austère de la perfection ainsi que celle de leur fils plus jeune, Drew, un drôle de petit garçon infiniment patient et intelligent, qui ne se plaint jamais des heures de voiture et d'attente dans les tribunes, pourvu qu'il ait de quoi lire et qu'il puisse être avec sa mère. Devon est le corps de ses parents, elle s'est manifestée par sa vigueur in utero en déplaçant une des côtes de sa mère, puis elle a perdu trois orteils dans un accident à trois ans et n'a cessé depuis de compenser en faisant du sport, du trampoline d'abord et puis, finalement, de la gymnastique. Elle est douée, la plus douée que son coach ait vu depuis longtemps, capable de tout endurer et de réussir à être la meilleure, au-dessus de la mêlée, royale.

Elle est jalousée, enviée par tous mais aussi admirée et désirée. Mais elle est de marbre, jamais douce ni tendre, uniquement focalisée sur son entraînement,ses performances, son prochain concours.

Coach T., Teddy, a de grands desseins pour elle, si son corps ne change pas évidemment. Après, c'est fini. C'est ce qui s'est passé pour Hailey, la grande et belle fille blonde qui s'occupe des plus petites dans le club. Elle vit avec Coach T. et sa femme qui s'en sont occupé après une adolescence tumultueuse qui lui a fait prendre de mauvais chemins et quitter sa mère à treize ans. Maintenant, elle travaille dans le club et est très amoureuse de Ryan, un jeune homme au sourire lumineux qui a eu de tous petits démêlés avec la justice, et qui vit de petits boulots.

Et puis Devon échoue à un concours, pour presque rien, quelques millimètres seulement. A cause du mauvais pied, celui qui porte la culpabilité des parents, d'Eric surtout qui n'a pas rangé la tondeuse comme il aurait fallu, qui n'a pas assez sécurisé l'environnement de son enfant de trois ans qui courait, innocente, à sa rencontre, dans l'herbe glissante. Ce Frankenpied, c'est son sobriquet dans la famille, Devon en a honte, parce qu'il est rapiécé, difforme, laid. Paradoxalement, et comme toujours pour Devon, c'est parce qu'il est laid et endommagé qu'elle le fait travailler, toute difficulté doit se surmonter, il faut vaincre et étouffer les craintes, les doutes, les souffrances. Elle contrôle son corps comme une mécanique de précision sans jamais se plaindre, passant son temps libre dans le sous-sol, aménagé par ses parents en salle de sport.

Tout, absolument tout est subordonné à la carrière et aux efforts de Devon pour réussir à gagner ce fameux concours Elite senior qui lui ouvrira la voie des Jeux Olympiques, le Graal, objet de tous les fantasmes et qui rend chaque sacrifice absolument nécessaire.

Après l'échec, le premier et donc l'Insupportable, parce qu'il fait dévier la famille Knox du chemin vers les J.O., Devon s'entraîne plus que jamais, menacée par la machine biologique qui peut à tout instant la doter d'un corps dont l'idée même la révolte et qui briserait à jamais absolument tous leurs rêves Et le temps presse, Katie a trouvé une culotte tachée de sang dans le panier de linge sale.
Bien sûr qu'on pense à Nadia Comaneci, à cette apparition aérienne, défiant toutes les lois de la pesanteur, son petit visage sérieux impassible, à peine marqué par la joie d'avoir gagné, son corps martyrisé minuscule et sans âge ni sexe capable d'exécuter à la perfection les sauts et rotations les plus incroyables. Je me souviens de Nadia Comaneci, et de son enchaînement sur la poutre, la grâce au bout de ce qu'on ne pouvait qu'imaginer d'années de renoncement et de volonté inflexible qui faisaient au moins autant la matière de l'émerveillement que la prouesse en elle-même.

Eric, convaincu que ce dont a besoin Devon est d'une fosse de réception pour réussir le prochain concours Elite Senior, étape indispensable à la sélection pour les J.O., et face à la pression du temps, prend les choses en mains en recrutant Gwen pour diriger le Club des supporters. C'est une femme très riche, une business woman sans tendresse et très autoritaire dont la fille est aussi une gymnaste – mais pas douée, elle, ce que sa mère ne cesse de lui faire remarquer en public bien sûr -. Elle injecte des capitaux dans le club et pour en faire une machine à générer de l'argent afin de moderniser l'équipement de la salle de gymnastique et payer cette fameuse fosse indispensable aux progrès que Devon doit faire. Eric séduit tous et toutes, se montre plus vif et enthousiaste qu'il l'a été depuis des années, il semble plus jeune et plus heureux que jamais.

Petit à petit, entre fêtes, réceptions et réunions, Gwen prend de plus en plus de place dans la vie des Knox et Eric ajoute à son emploi du temps déjà démentiel l'organisation et la gestion de cette association. Coach T, sa femme, Hailey et son adorable copain Ryan – dont toutes les filles et même les mères sont un peu amoureuses – dont elle est extrêmement jalouse, les mères des gymnastes, Eric et Devon, la princesse des agrès, la fille des airs, la dompteuse du redoutable Yurchenko : la communauté se voit tous les jours, marche et bourdonne ensemble, travaille, s'entraîne et rêve de gloire.

Entre Katie et lui une certaine distance se forme, au fil du temps. Eric est très pris et passe encore moins de temps avec sa famille, il est très souvent en train de parler avec Gwen au sujet du club, il a l'air de plus en plus fatigué et harassé. Katie continue à assurer la vie quotidienne, la logistique millimétrée pour Devon, le mieux qu'elle peut pour Drew, ce garçon si intelligent et tranquille, travaillant consciencieusement sur des projets scolaires, jamais plaintif, jamais jaloux de tout l'espace dévolu à sa sœur, accompagnant sa mère partout. Il fait des rêves étranges, dans lesquels figure sa sœur qu'il voit accomplir des choses impossibles comme voler dans les airs.
Le succès de Devon est le but unique de tous, rien ne doit venir l'entraver.

Puis un jour survient le drame : Ryan est retrouvé mort, écrasé par une voiture. Au-delà du deuil dans la petite communauté, des choses bizarres et inhabituelles frappent Katie, comme l'attitude d'Eric, de plus en plus stressé, de plus en plus absent. On soupçonne un chauffard, puis Hailey, parce qu'elle est jalouse, on l'a vue se disputer avec Ryan plusieurs fois et elle ne perdait jamais une occasion de bien montrer qu'il lui appartenait. Puis aussi parce qu'elle harcèle Devon, qu'elle répand des rumeurs sales sur elle et Ryan et puis parce qu'elle finit par l'agresser.

Tout se détraque, Hailey et Eric semblent éviter Katie, qui se retrouve seule avec Drew et sent que quelque chose lui échappe, quelque chose de vital, quelque chose qui met sa vie à mal. « Tu n'as jamais été aussi impliquée que nous », lui dit-il.

« Toutes ces choses que vous ne pensez pas faire un jour, jusqu'au jour où vous les faites. »

Lentement, très douloureusement, elle va comprendre la vérité. Mais la connaître n'est pas forcément une solution. Réussir à tout prix, ça se travaille, ça se gagne en serrant les dents et avec le sourire, s'il vous plaît. Tant pis pour le reste. Une mère doit faire ce qu'elle a à faire.

Un roman noir, très noir. Katie est dépeinte tout en finesse psychologique, sans cesse à la limite de l'extrême fatigue, toute en routine abrutissante et en angoisses et espoirs pour sa fille. Le sacrifice quotidien de toute la famille pour Devon est leur ciment, leur sang, l'être profond qu'ils ont choisi de fabriquer ensemble pour le meilleur et pour le pire. Tout le roman tourne autour du corps, le corps qu'il faut soumettre, dont on redoute la faiblesse, le défaut et avec lequel on lutte d'autant plus et plus désespérément qu'on sait qu'il est illusoire de penser le vaincre et le dominer entièrement. Il a toujours sa façon à lui de désobéir.


La musique

Nirvana - Smells Like Teen Spirit

John Powell - Assassin's Tango

Balafon Marimba Ensemble - I Already Have A Husband

Oasis - She's Electric

Survivor - Eye of the Tiger


AVANT QUE TOUT SE BRISE - Megan Abbott - Le livre de Poche - 412 p. août 2017
Traduction de l'anglais (E.U. ) par Jean Esch

photo : Wikipédia

Chronique Livre : LA FACE CACHÉE DE RUTH MALONE d'Emma Flint Chronique Livre : RETOUR À DUNCAN'S CREEK de Nicolas Zeimet Chronique Livre : INDOMPTABLE de Vladimir Hernandez