Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
AVEC LE CHAT POUR TÉMOIN de Pierre Pouchairet

Chronique Livre : AVEC LE CHAT POUR TÉMOIN de Pierre Pouchairet sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

Quand le corps de Marc Chabot est découvert, les soupçons se portent sur sa maîtresse. Indices, témoignages, tout accuse Vanessa, bassiste du groupe Les Trois Brestoises.
La suspecte a beau être une psychologue respectée, quand la machine judiciaire se met en marche, elle ne fait pas de cadeaux…

Pour Léanne, la chef de la PJ de Brest, l’amitié n’est pas un vain mot. Quelle que soit la vérité, elle est bien décidée à sortir Vanessa de prison. Et pour y arriver, tous les moyens seront bons !

Une enquête menée tambour battant entre Brest et Carhaix, en passant par la mystique Vallée des Saints.


L'extrait

« La porte du bureau de la commandant divisionnaire s’ouvre d’un coup et vient claquer contre le mur. Un cadre, souvenir d’un stage de formation au tir rapide, en fait les frais et s’écrase au sol dans un bruit de verre brisé.
– Et merde ! crache la furie blonde qui fait son entrée.
Léanne Vallauri a un sacré caractère. Nommée depuis presque deux ans à la tête de l’antenne brestoise de la PJ de Rennes, elle accumule de belles réussites policières, mais aussi de belles emmerdes et pas mal d’ennemis. En arrivant, elle a appliqué les méthodes habituelles sur son ancien poste, la PJ de Nice et cela n’est pas du goût de tout le monde. Qu’il s’agisse de sa gestion des informateurs ou de sa passion immodérée pour les affaires de stups rondement menées, elle secoue les usages et a mis fin au gentil ronron du service. Son équipe suit en traînant parfois des pieds, mais Léanne sait y faire. Sa rudesse professionnelle s’accompagne de qualités humaines indéniables qui lui valent le soutien de ses troupes. Une meneuse d’hommes que ses deux adjoints, Lionel Le Roux et François Quentric, chef du bureau de Quimper, qui relève aussi des compétences de la cheffe, s’appliquent à calmer, lorsque la fougueuse commandant s’emballe.
Bien que le travail prenne une place prépondérante dans la vie de la policière, elle a une autre passion : la musique et plus particulièrement le rock. En revenant à Brest, la ville de sa jeunesse, elle a retrouvé deux copines d’enfance, Élodie Quille, devenue médecin légiste et Vanessa Fabre, psychologue judiciaire. À la fois collègues, amies, confidentes, presque sœurs, elles ont reformé le groupe de leur adolescence et se produisent dans les pubs du Finistère.
Et, ce soir, elles étaient au Mc Quillian’s un pub sur le port. Une soirée entre amis pour fêter la pendaison de crémaillère du logement que Léanne et Vanessa viennent de louer dans le quartier. Un début parfait. Les trois filles ont joué comme jamais et puis… Un drame, la mort de Marc Chabot, un promoteur immobilier tué chez lui. Si l’annonce d’un meurtre ou d’un assassinat leur est banale, il l’est moins quand la victime est l’amant de l’une d’elles et c’est le cas. La psy a passé la journée avec Chabot. Elle croit même être la dernière personne à l’avoir vue en vie. » (p. 24-25)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Décembre 1986 : Un des plus important braquage jamais commis sur le territoire national a lieu dans une succursale de la Banque de France. Le butin est colossal, les malfrats, très professionnels, à l'organisation quasi militaire réalisent le coup parfait. Presque. Et c'est ce presque qui va changer le cours de l'histoire...

Trente-trois ans plus tard : coup de tonnerre à Brest ! Nouveaux nuages sombres et orageux qui éclatent au-dessus des trois amies que nous connaissons bien maintenant : Léanne Vallauri, chef de la PJ de Brest, Élodie, médecin légiste et Vanessa, psychologue judiciaire, puisque voilà déjà le quatrième volet de leurs aventures, après Haines, La cage de l'Albatros et L'assassin qui aimait Paul Bloas. Le corps de Marc Chabot, l'amant de Vanessa, vient d'être découvert par son épouse. Il a été assassiné à son domicile de plusieurs coups de couteau. La thérapeute est effondré, elle est bien entendu en tête de liste des suspects, ses empreintes figurent sur l'arme du crime, et elle découvre à cette occasion que l'homme qu'elle aimait était toujours marié. De plus Chabot est propriétaire du logement dans lequel la psychologue est en co-location avec Léanne.

Léanne, trop proche de la gardée à vue, est écartée du dossier, rien de plus naturel, le commandant Larèche en est chargé. Un flic qu'elle ne peut pas souffrir et qui le lui rend bien. Ce n'est pas ce détail de procédure qui va arrêter la policière, son amie est innocente, elle en est persuadée et utilise tous ses réseaux afin d'investiguer en marge de l'enquête officielle. Son ex-amant, le lieutenant-colonel de gendarmerie Erwan Caroff, prit par une filature en Centre-Bretagne – une grosse livraison de came -, accepte de lui donner un coup de main, mais aussi Johanna, sa sœur, flique elle-aussi, gravement brûlée au cours d'une opération anti-terroriste (La prophétie de Langlay – Jigal Polar), qui tente de retrouver ses moyens dans le centre de réadaptation de Kerpape, non loin de Lorient.

Depuis sa chambre, Johanna va activer ses contacts, fouiller là où Léanne ne peut pas apparaître sans se faire taper sur les doigts, et dénicher des pistes tout à fait surprenantes. Autour de Marc Chabot, riche promoteur immobilier, les questions en manquent pas sur l'origine de sa fortune, ni sur les comportements de son épouse acariâtre, et de son fils, qui file le parfait amour avec une artiste ayant grand besoin d'argent et n'est pas trop regardante sur les moyens de s'en procurer. Séducteur, Marc Chabot collectionnait les maîtresses à qui il ne manquait pas de promettre monts et merveilles avant de les abandonner, là encore, il ne serait pas impossible qu'une vengeance soit à l'origine du crime. Mais la querelle d'amoureux qui a mal tourné continue de tenir la corde pour Larèche. Bien malin qui saura extirper la vérité de cet imbroglio. À moins que le chat siamois du promoteur, seul témoin de la scène ne possède la réponse...

Plusieurs intrigues de front donc dans ce polar mené à fond de train, ne pas oublier que Vanessa croupit en prison et que Léanne veut l'en tirer le plus vite possible, entre Brest, Carhaix, Quimper et même l'Espagne. Pierre Pouchairet en profite pour aborder les conditions de détention, l'enfer des prisons, le grand banditisme ou le milieu des gros dealers, en évoquant le quotidien des policiers, les lourdeurs administratives, le manque de moyens de la police technique et scientifique. On suit l'enquête, pas à pas, l'agitation du fils de Marc en quête d'une part d'héritage, mais aussi l'histoire ancienne de ces braqueurs de la Banque de France. Pas une seconde de répit.

Courses poursuites, filatures, fusillades, suspense et coups de théâtre sont une nouvelle fois au rendez-vous pour la Triplette de Brest, avec, dans cet épisode, une balade périlleuse en Centre-Bretagne, dans la vallée des Saints de Carnoët, ainsi qu'à Carhaix, patrie des Vieilles Charrues. Les cadavres se suivent et ne se ressemblent pas, entre le récit du braquage de 1986 et l'affaire Chabot, on meurt beaucoup et de bien des façons dans ce polar âpre et hyper réaliste. La série se teinte à chaque volume un peu plus de noir et cela lui va très bien !

Une nouvelle aventure explosive de la Triplette de Brest, enquêtes périlleuse en Centre-Bretagne pour ce très bon polar branché sur une ligne à haute tension !


Notice bio

Pierre Pouchairet est né en 1957. Il a été commandant de la police nationale puis chef d’un groupe luttant contre le trafic de stupéfiants à Nice, Grenoble ou Versailles… Il fût également à plusieurs reprises en poste dans des ambassades, a représenté la police française au Liban, en Turquie, a été attaché de sécurité intérieure à Kaboul puis au Kazakhstan. Aujourd’hui à la retraite, il vit à l'Île-Tudy. Il a publié en 2013 un livre témoignage, Des Flics Français à Kaboul, puis Coke d’Azur en 2014. La même année sort son premier polar, Une Terre Pas Si Sainte, édité par Jigal Polar, suivi par La Filière Afghane (2015), À L'ombre Des Patriarches (2016), La prophétie de Langley (2017) chez le même éditeur. Il obtient le très convoité Prix du Quai des Orfèvres 2017 pour Mortels Trafics publié, c'est une tradition, par les éditions Fayard en novembre 2016. En 2018, est sorti chez Plon, Tuez-les tous... mais pas ici, dans la collection Sang Neuf, finaliste du prix Landerneau du Polar, puis Mort en eaux grises publié par Jigal Polar. Sa série consacrée à la « Triplette de Brest » comprenait déjà trois romans édité par Palémon Éditions, Haines, La cage de l'albatros et L'assassin qui aimait Paul Bloas.


La musique du livre

Niagara - Quand La Ville Dort

Miossec – Je m'en Vais

John Coltrane - Untitled Original 11383


AVEC LE CHAT POUR TÉMOIN – Pierre Pouchairet – Éditions du Palémon – 312 p. décembre 2019

photo : la vallée des Saints - Saint Tugdual - Wikipédia

Chronique Livre : QUE TOMBE LE SILENCE de Christophe Guillaumot Chronique Livre : L'OR, LA PAILLE, LE FEU de Charles Senard Chronique Livre : UNE FEMME DE RÊVE de Dominique Sylvain