Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
CONCERTO POUR 4 MAINS de Paul Colize

Chronique Livre : CONCERTO POUR 4 MAINS de Paul Colize sur Quatre Sans Quatre

illustration : Pixabay


Le pitch

Un casse extraordinaire, à faire passer celui du train Glasgow-Londres pour une bêtise de gamins, est commis à l'aéroport de Zavantem proche de Bruxelles. Un fourgon transportant des diamants, beaucoup de diamants, est délesté de son contenu sans un coup de feu, sans violence, et sans qu'aucun indice sur les malfrats soit laissé sur place. Une préparation millimétrée, quasi militaire, réalisée par des gangsters au sang froid impressionnant, pas de doute, il y a un cerveau très efficace derrière ce vol.

Les soupçons se portent naturellement vers Franck Jammet, braqueur de légende, pianiste virtuose, qui semble pourtant retiré des affaires et coule une retraire tranquille avec sa compagne. Il a d'ailleurs un alibi inattaquable pour l'heure du crime.

Jean Villemont, avocat pénaliste de son état, brillant, légèrement cynique et passionné de montagne et de sommets enneigés, se trouve malgré lui entraîné dans un dossier peu à sa mesure, la défense d'un Marocain soupçonné de terrorisme, arrêté alors qu'armé d'un couteau, il prenait apparemment en otage les employées d'un bureau de poste. Cet homme, Akim Bachir, n'est peut-être pas ce qu'il semble être, la situation bien plus complexe et il ne fait pas grand chose pour éclaircir le mystère. Il lâche quelques renseignements mais, au lieu d'éclairer le tableau, ils ne font que l'obscurcir davantage. Jean aura besoin de sa très belle confrère arabisante, Leila Naciri, pour mettre le suspect de terrorisme et sa famille qui en sait long en confiance.

Jean et Franck sont à l'opposé l'un de l'autre, deux chemins de vie complètement différents et non compatible. Mais l'obstination de Villemont à sauver son client malgré lui et les circonstances vont évidemment mettre les deux hommes en relation après une parcours labyrinthique...


L'extrait

« Le lundi 18 février 2013, à 19 h 47, un break Audi A6 de la police suivi d'une camionnette Mercedes Vito pénétra dans l'enceinte de l'aéroport de Zaventem en forçant une clôture située entre deux chantiers.
Les voitures munies de gyrophares traversèrent le tarmac à vive allure et s'immobilisèrent à hauteur d'un fourgon de la société Brink's alors que les agents de sécurité embarquaient une cargaison à bord d'un Fokker 100 affrété par la compagnie Helvetic Airways.
Huit hommes cagoulés, vêtus d'uniformes de policier et armés de fusils-mitrailleurs équipés de viseurs laser, surgirent des véhicules. Ils menacèrent les gardiens du fourgon ainsi que le pilote et le copilote de l'avion puis contraignirent le personnel à ouvrir l'espace de chargement.
Ils grimpèrent à bord et s'emparèrent d'une importante quantité de colis contenant des diamants. Une fois leur butin chargé, ils remontèrent dans leurs véhicules et ressortirent de l'aéroport par la même volée.
Aucun coup de feu n'avait été tiré et personne n'avait été blessé. L'opération avait duré moins de trois minutes, sans aucun impact sur le trafic aérien. La trentaine de passagers présents dans l'avion ne s'étaient rendu compte de rien. »


L'avis de Quatre Sans Quatre

Basé sur des faits réels, Concerto Pour 4 Mains, cache sous un ton relativement léger, propre à Paul Colize, un véritable drame humain qui ne se dévoile dans son entièreté qu'à la toute fin. Virtuose du personnage, Colize écrit, pour chacun de ses héros, une partition complexe où l'improvisation n'a que peu de place. Les faits s'enchaînent implacables, le scénario débuté bien des années plus tôt semble avoir prévu l'emboitement parfait de chaque pièce au moment opportun, comme une suite d'évidences. La minutie précautionneuse de Franck répond à la très haute idée de l'honneur et de lui-même que Jean promène avec un rien de désinvolture et d'humour qui le rende très séduisant.

Dans le secret de la préparation de braquages mémorables, le lecteur vit la tension des voyous, l'extrême concentration qui doit être la leur et les aléas inévitables malgré les meilleurs plans. Franck et Alex sont amis d'enfance, ils ont tout partagé sauf la prison, la confiance entre eux est absolue mais on ne commet pas de tels vols à deux, il faut bien des complices qui inévitablement ne correspondent jamais aux souhaits des organisateurs. Plus le butin est gros, plus il excite les convoitises, plus les risques de dérapages sont grands.

Il fallait oser confier à un porte-gobelet de douzième zone, le « terroriste » Akim Bachir, le rôle de catalyseur entre les deux grands personnages que sont Villemont et Jammet. Ce choix est remarquablement utilisé, Akim va servir de révélateur et amener toutes les péripéties de l'intrigue. Cette option requiert une qualité d'écriture exceptionnelle ornée d'une langue riche et belle. Paul Colize a le sens du détail absolument nécessaire et de la rupture pile où il faut pour donner un rythme parfait à ses romans. Il sait abolir les frontières entre bons et méchants, les rives sont floues et une même empathie s'empare du lecteur.

Il en profite pour nous confier toute la biographie du musicien voleur et de l'avocat. Bien vu pour expliquer les bizarres attitudes et réactions de Villemont ou les routes qui ont mené Jammet à être un homme traqué. Multiples protagonistes, multiples histoires, Paul Colize maitrise parfaitement ce roman, lie les différentes histoires à la perfection et déclenche les rebondissements exactement au bon endroit pour que le lecteur n'ait qu'une hâte : tourner la page.

Sous un ton relativement léger, sans avoir l'air d'y toucher, ce livre est une vraie tragédie qui ne livre toute sa puissance qu'à la toute dernière ligne. Les femmes sont essentielles, aussi bien Leila que Julie Narmon, la compagne de Franck, tiennent le récit, l'alimente, lui donnent de nouvelles perspectives. Concerto Pour 4 Mains est un polar, un vrai, avec des scènes à la Ocean's Eleven et les détails très intimes de la psychologie et de la vie de chaque acteur ou actrice.

Un Paul Colize, c'est toujours un événement, celui-ci est largement à la hauteur des attentes. Du suspense, de l'action, des énigmes qui se mêlent, des trahisons, de l'amour fou et de la musique avant toute chose...


Notice bio

Paul Colize est né en 1953 à Bruxelles. Il est consultant en management et organisation. Son premier roman, Les Sanglots Longs est paru en 2000. Il est l'auteur d'une dizaine de romans et de nombreux recueils tous très documentés. Il vit à Waterloo. Parmi ses grands romans, Back Up (2012) et Un Long Moment de Silence (2013) tous deux parus à La Manufacture de Livres. À noter également sa participation à l'excellent recueil Bruxelles Noir, édité par Asphalte Éditions (2015).


La musique du livre

À dix-huit ans, Franck, toujours accompagné de son ami Alex, avait bien du mal à se concentrer sur les sonates de Beethoven, son esprit tout occupé par les jolies filles qu'il croisait, Freddy Kempf, Sonate Pathétique Mov.2.

Jean passe sa journée en revue en chantant du Joe Bonamassa, Driving Toward the Daylight et, bien plus tard, pense à Jacques Brel et à Orly, comme à chaque fois qu'il se rend à la prison de Forest un dimanche.

Alex et son complice Sergio entendent la voix de Freddy Mercury sur l'autoradio pendant un de leurs casses, Living on my Own. Jean, pour sa part à droit à Highway to Hell et AC/DC dans sa voiture.

Une sonate, la N°3 op 28 in A minor de Sergueï Prokofiev pour finir ce beau polar tout en musique, il y a bien d'autres musiciens à découvrir au cours du récit...

CONCERTO POUR 4 MAINS – Paul Colize – Fleuve Éditions – 471 p. octobre 2015

Chronique Livre : SANS MOBILE FIXE de Guillaume Grivet Chronique Livre : MALAMORTE de Antoine Albertini Chronique Livre : LES ÉCOEURÉS de Gérard Delteil