Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
DÉSAXÉ de Lars Kepler

Chronique Livre : DÉSAXÉ de Lars Kepler sur Quatre Sans Quatre

Illustration : séance d'hypnose par Richard Bergh (Wikipédia)


Le pitch

Un « stalker » (voyeur) sévit à Stockholm, il a déjà tué une fois. Margot Silverman de la Rikskrim a visionné une vidéo sur You Tube dans laquelle l'assassin a filmé sa victime. Il l'a épiée à travers les fenêtres, a saisi des scènes ordinaires de sa vie privée, les a mise en ligne, et, le lendemain, l'a littéralement massacrée et a mis le corps en scène. Le criminel ne va bien évidemment pas se contenter d'une seule victime.

Pour le deuxième homicide, le mari rentre au domicile avant l'intervention de la police et, dans un état second, efface toutes les traces, lave son épouse, la couche, bref, rend totalement illisible la scène de crime. Découvert inconscient, l'époux souffre d'une amnésie consécutive à un traumatisme crânien. Margot ne voit plus qu'une issue pour retrouver l'image initiale que seul le mari a pu voir : confier l'homme à Erik-Maria Bark, le célèbre professeur plus connu sous le nom de l'Hypnotiseur.

Celui-ci n'a plus participer à une enquête de police depuis longtemps mais les meurtres s'accumulent, il est le seul qui peut apporter son aide. Il accepte finalement malgré ses propres problèmes de seconder Margot. Décidément, Joona Linna, le meilleur flic de la Rikskrim disparu depuis un an manque cruellement, lui seul pouvait venir à bout de cette enquête et prendre un coup d'avance sur le voyeur...


L'extrait

« En sortant de la salle de bains, Susanna entend les acclamations du public à la télé. La mince soie du kimono colle à sa peau humide.
Un courant d'air froid à ras du sol.
Ses pieds laissent des traces mouillées sur le parquet fatigué.
Les fenêtres de la salle à manger scintillent dans l'obscurité. Du verre noir miroite derrière les fougères en suspension. Susanna se sent observée, mais s'oblige à ne pas regarder dehors, de peur de s'affoler davantage.
Pourtant, en se dirigeant vers la cuisine, elle se tient éloignée de la porte fermée de la cave.
Ses cheveux détrempent le dos du kimono. Les pointes sont tellement mouillées que des gouttes coulent sous le tissu, jusque dans la raie des fesses.
Le sol est plus froid à mesure qu'elle approche de la cuisine.
Son cœur bat fort dans sa poitrine.
Elle pense à nouveau au jeune homme atteint de graves lésions cérébrales. Ils l'avaient endormi à la kétamine. Tout son visage était brisé, écrasé à la tempe. Le père répétait à voix basse que son fils n'avait rien. Il aurait eu besoin de quelqu'un à qui parler mais Susanna n'avait pas le temps.
Elle imagine à présent que ce père grand et fort l'a retrouvée, qu'il rejette la responsabilité sur elle et se tient devant sa cuisine vêtu de son bleu crasseux. »


L'avis de Quatre Sans Quatre

L'Hypnotiseur, le retour, amoindri, plus abimé, mais toujours aussi aiguisé, perceptif. Erik-Maria Bark, comme dans tous les romans de Lars Kepler, se fait tirer l'oreille pour accepter d'apporter son concours à la police. Le patient d'abord, il est hors de question de le mettre en danger afin de lui soutirer les renseignements tant attendus. Erik-Maria revit peu à peu après le divorce d'avec sa chère Simone, il reprend peu à peu goût à la vie, va même jusqu'à lorgner la jolie professeur de piano aveugle. L'intrigue joue avec l'intime, s'y mêle, habilement, Lars Kepler nous y a habitué, il(s) ne déroge pas à la règle.

L'ombre de Joona Linna plane sur la Rikskrim, il en était l'âme, le guide, sa disparition un an plus tôt oblige Margot, novice accrocheuse, à prendre en main les rennes de cette enquête où le criminel à forcément toujours un coup d'avance. Une course effrayante, les vidéos arrivent systématiquement trop tard pour permettre de protéger les futures victimes.

Très judicieuse utilisation des nouvelles technologies pour intensifier encore un peu plus un suspense qui ne fait croitre sur tous les fronts du début à la fin du livre. Un grand thriller scandinave, avec toutes les qualités du genre, sans en avoir les défauts récurrents, l'ennui et les longueurs n''ont pas de place dans Désaxé.

Le lecteur part sur plusieurs pistes, suit plusieurs récits qui semblent l'éloigner de la résolution mais y revient sans cesse. De l'exploration de l'intimité pure par l'Hypnotiseur à la recherche opiniâtre de Margot, enceinte et en fin de grossesse, qui ne veut pas renoncer, qui y met sa rage et toute sa volonté jusqu'au-delà du raisonnable. Chaque personnage compte, aucun détail n'est innocent ou là pour meubler, prenez le temps de savourer le roman, il ne faut surtout rien rater. Le scénario est millimétré, tous les rouages s'entrainent les uns les autres pour faire tourner l'ensemble comme un mécanisme d'horlogerie.

Un imposant volume, passionnant de bout en bout, riche, subtil, écrit sur un rythme de sprinter, mais qui tient haut la main la distance d'une course de fond. On arrive au bout du roman essoufflé et, surtout, ravi de la lecture. Subjugué par une énigme au dénouement surprenant et un superbe style brut, sans cesse en rupture, surprenant, intrigant, toutes les qualités d'un thriller d'exception.


Notice bio

Lars Kepler est en fait un le pseudonyme d'un duo (et couple) d'écrivains suédois, Alexander et Alexandra Coelho Ahndoril nés respectivement en 1967 et 1966. Ils sont les auteurs de L'Hypnotiseur, récemment porté à l'écran, et Le Pacte, deux très gros succès d'édition, d'Incurables, et Le Marchand de Sable en 2014, tous parus chez Actes Sud. Ils travaillent actuellement à une adaptation cinématographique pour Le Pacte.


La musique du livre

Beaucoup de musique, du classique au metal, en voici un court échantillon

Erik-Maria Bark, l'Hypnotiseur, se relaxe chez lui pendant que Dear Old Stockholm joué par Miles Davis et John Coltrane se déverse des enceintes.

Plus tard, il décide de se remettre à l'étude du piano, et son professeur lui propose de jouer Chopin Opus 25 étude N°1, ici par Valentina Lisitsa.

Frippe, l'assistant du célèbre légiste surnommé l'Aiguille, porte un tee-shirt orné de Hammefall, le groupe de metal de Göteborg, Last Man Standing.

Pour finir cette sélection, Nelly, une collègue de l'Hypnotiseur, glisse dans son lecteur CD Johnny Cash, Wanted Man.

DÉSAXÉ – Lars Kepler – Actes Sud – 589 p. janvier 2016
Traduit du suédois par Lena Grumbach

Chronique Livre : IL NE FAUT JAMAIS FAIRE LE MAL À DEMI de Lionel Fintoni Chronique Livre : PLAYGROUND de Lars Kepler Chronique Livre : MASCARADE de Ray Celestin