Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
DEMANDE À LA SAVANE de Jean-Pierre Campagne

Chronique Livre : DEMANDE À LA SAVANE de Jean-Pierre Campagne sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

Alors que, nuit et jour, Nairobi feule de plus en plus fort, Cœur léger, policier sans police, et son amie Jane, brillante reporter au Daily Nation, partent dans le Samburu Park au nord du Kenya, enquêter sur un nouveau massacre d’éléphants.

C’est alors qu’ils tombent sur un carnage d’un tout autre genre : celui d’écoliers d’un pensionnat en lisière du parc, assassinés par un groupe armé venu de Somalie.

Dans cette poisseuse savane, tombent les mangues et les dernières illusions…

Complicité des gardes ? Naïveté des donateurs ? Braconniers assoiffés de dollars ? Spéculation sur l’ivoire en partance pour la Chine ?

Seule la savane sait… Surtout lors des nuits de pleine lune, quand barrit sans cesse un jeune éléphant solitaire et désorienté…


L'extrait

« Lentement, le paysage se détache dans le ciel, il s'enfuit dans la blancheur levée, restent les épineux qui remuent un peu trop mais tu ne peux pas toujours avoir avec toi et la lune noire et aucun vent.
Un mois passe vite, un mois s'enroule vite au suivant, il faut saisir ce soir le retour de la lune noire. Lenos en a déjà tué, à la lance, avec tout le village, mais jamais avec une Kalachnikov.
Il sent leur odeur, grise, minérale, peau et sable mêlées. Il l'aime, cette odeur.
Il avance de quelques pas, courbé, recroquevillé sur lui-même, fusil au bout de ses deux bras, vers cette odeur qui forcit, il lève de leur sommeil deux perdrix enfouies dans le sable tiède, elles s'envolent sans cris, comme complices, ne pas heurter un mamba dans son sommeil engourdi par la nuit chaude, surtout ne pas réveiller les chiens sauvages qui chassent en groupe, normalement on ne part pas seul en chasse, Lenos, normalement.
Mais seul, on ramasse bien plus de dollars, bien, bien plus. Turban l'attend pas loin, avec la scie, il surgira lorsqu'il entendra les rafales de Kalachnikov.
Soudain une autre odeur pénètre celle des éléphants, une odeur bien plus salée, une odeur d'hommes, pas le lourd patchouli de Turban, non, des vagues de sueur, déterminées, plusieurs odeus mêlées, ils sont en amont de la rivière, ils chassent le même groupe, son groupe, qu'il traque depuis la veille, lui. Lenos, seul, et ces mecs qui vont ! » (p. 11-12)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Un très court roman, presque une nouvelle, l’Afrique à l’état brut magnifié par une splendide écriture, sèche comme les hautes herbes de la savane à qui il faudrait demander… Mais ce n’est pas la peine, elle raconte toute seule. Elle explique le massacre des éléphants par les braconniers, les trafics, les voleurs volés et les complicités. Cette savane-là, c’est celle du Samburu Park, au nord du Kenya, une réserve naturelle placée sous la protection de gardes qui ne peuvent pas grand-chose pour empêcher les pillages récurrents de l’ivoire et des cornes des rhinocéros. La misère des populations et la forte demande des importateurs illégaux se chargent de lever toutes les hésitations. Quand ce ne sont pas les gardes eux-mêmes qui tuent les pachydermes… la corruption est partout.

Coeur Léger Moyo, pas vraiment flic mais presque, et Jane reviennent de Dar es-Salaam où ils ont échoué à entrer en contact avec un informateur à propos d'un énorme trafic d'ivoire. Ils arrivent dans le parc après une tuerie. Des trafiquants somaliens ont pris de vitesse Lenos, un des rangers chargés de la sécurité, qui pistait depuis un mois les éléphants pour alimenter son propre commerce. Tout le monde a plus ou moins les doigts dans le pot de confiture, exceptée Lize Cavalier, la directrice des lieux, une Québécoise épuisée par le merdier ambiant malgré sa bonne volonté. Le commanditaire de Lenos, un Chinois, décide de se mettre à la recherche des Somaliens lui ayant piqué sa cargaison, ses patrons ne toléreraient pas de ne pas être livrés, la marchandise est déjà payée.

Pour simplifier le tout, Shebab Shebab Mohamed, un Islamiste somalien, décide de s’en prendre à un collège voisin du parc afin de se servir en adolescents, futurs enfants esclaves ou martyrs, et d’exécuter les autres, ceux qu’il ne kidnappera pas. Scène de la vie ordinaire dans cette région du monde où la vie ne vaut rien, ou plutôt équivaut à sa valeur marchande. Peu élevée.

Jean-Pierre Campagne n’envoie pas vraiment ses enquêteurs sur la piste, ne raconte pas une traque, il énonce une suite de péripéties, parfois drôles, parfois dramatiques, qui, une fois réunies, forment un récit coup de poing formidable, une photographie pointue d’un aspect de la réalité africaine et de sa complexité. Loin des discours lénifiants et des envolées lyriques, ce livre est presque brutal dans son réalisme. Les mots cognent comme le soleil sur les nuques.

À déguster sans respirer, d’une traite, totalement absorbé par l’enchaînement des événements, les dérapages incontrôlés des personnages, leur naïveté ou leur rouerie malhabile.

Un polar bref mais puissant comme un shot de gnôle !


Notice bio

Jean-Pierre Campagne, est né en février 1951 dans les Pyrénées. Acteur, scénariste puis journaliste grand reporter à l’AFP, spécialiste de l’Afrique. Toutes les cultures l’intéressent et l’esprit d’évasion le tenaille depuis l’adolescence. S’il rompt avec les études à l’âge de 17 ans, « c’est parce que je trouvais l’air plus respirable hors de la classe » révèle-t-il. À Paris, il goûte alors pendant quelques années à toutes sortes d’expériences, professionnelles et personnelles, bercé par l’utopie libertaire et la contre-culture alternative. Plus tard, il couvrira presque tous les conflits armés, en sillonnant l’Afrique (Somalie, Rwanda, Congo-Kinshasa, Éthiopie, Côte d’Ivoire...), le Proche-Orient, la Serbie, le Kosovo et autres théâtres d’opération. Il aime ces moments en fusion où les sociétés manifestent leurs espoirs de changement.


La musique du livre

Henri Dès - La nuit tous les chats sont gris

Dire Straits – Brothers in Arms

Dire Straits - Money For Nothing


DEMANDE À LA SAVANE – Jean-Pierre Campagne – Éditions Jigal Polar – 149 p. février 2019

photo : Pixabay

Chronique Livre : LA SECTE DU SERPENT de Nathalie Cohen Chronique Livre : UNITÉ 8200 de Dov Alfon Chronique Livre : LA MORT DU KHAZAR ROUGE de Shlomo Sand