Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
Du sang sur la glace de Jo Nesbo

Chronique Livre : Du sang sur la glace de Jo Nesbo sur Quatre Sans Quatre

photo aérienne : La campagne autour d'Oslo sous la neige et la brume (crédit:Norkydee)


L'extrait

« Je me sentais comme un gars qui est assis à une table de poker avec quatre mauvais perdants lourdement armés et naturellement suspicieux. Et on venait de me distribuer une main de quatre as. Parfois, les bonnes nouvelles sont si invraisemblablement bonnes qu'elles sont mauvaises.
OK, ici, un joueur de poker intelligent aurait sans doute jeté les cartes, assumé cette défaite surmontable en espérant avoir plus de chance – et une chance plus adéquate – au prochain tour. Mon problème était qu'il était trop tard pour se coucher. Que je m'en charge ou que ce soit quelqu'un d'autre, je saurais que Hoffmann se tenait derrière l'assassinat de sa propre épouse. »


Le pitch

Olav est un brave garçon, laconique et pragmatique, qui officie comme « expéditeur » pour un caïd de Oslo, Hoffmann. Il expédie ad patres divers quidams désignés par son boss sans trop se poser de questions. Hoffmann règne sur le deal d'héroïne en Norvège, bien que l'équipe de son rival, Le Pécheur, commence à lui causer du souci. Ce sont principalement les hommes du Pécheur qui font l'objet des « expéditions » de Olav.

Un seul être compte pour Olav : Maria. Une sourde-muette qu'il a sauvé de la prostitution et qu'il surveille discrètement maintenant qu'elle travaille dans une épicerie. Attention toute platonique, l'exécuteur n'est pas franchement extraverti.

Il en est arrivé à cette profession de tueur à gage par élimination (si je puis dire). Il n'était doué ni pour les braquages, ni pour tenir un réseau de prostitution et sa dysclaculie l'empêche d'être recouvreur de dettes le mettant dans l'incapacité de compter. Ses différents séjours en prison l'ont convaincu d'en rester à son domaine de compétence.

Juste avant Noël, alors que les températures battent des records de froid, Hoffmann, lui confie la très délicate mission de tuer une femme. Olav observe sa cible quelque temps et finit par en tomber amoureux, ce qui ne simplifie pas sa tâche d'autant plus que la magnifique Corina est l'épouse du même Hoffmann qui risque de ne pas apprécier du tout ces sentiments et le peu d'empressement de Olav à remplir ce contrat.

Plus rien ne pourra être comme avant. Olav en sait trop, Hoffmann est furieux, la situation tourne au duel et à la confusion, ils ne pourront plus jamais coexister à Oslo...


L'avis de Quatre Sans Quatre

Oslo se transforme en boule à neige sous la plume élégante de Jo Nesbo. Un gadget un peu irréel où le rêve et la réalité changent de place sans cesse, où la lumière joue à travers les différentes structures des cristaux de neige qui varient selon la température. Un lieu hors du temps et de la raison, propice aux passions, aux décisions insensées. L'endroit idéal, le décor parfait pour un conte.

Du sang sur la glace n'est pas un coup d'attente entre deux aventures de Harry Hole, cette fable de Noël en rouge et blanc est un bel exercice de style dans un registre différent mais tout aussi réussi. Ce polar est drôle, d'un humour noir et cynique, mais l'on se prend souvent à sourire franchement aux propos de Olav et à ses aphorisme pétris de bon sens. Il est également poétique, attentionné, comme ce tueur à gage bizarre et philosophe à l'enfance qui aurait fait hurler Freud de plaisir.

Olav est dyslexique, il lit sans cesse des livres, plusieurs fois le même mais ce qu'il en comprend n'est pas forcément exactement ce que l'auteur a voulu y mettre, tel Les Misérables de V. Hugo ou les oeuvres de Darwin qui servent un peu de fil rouge et de sujet de réflexion à « l'expéditeur » de Hoffmann. Les résultats sont parfois étonnants mais toujours teintés de bon sens. Comme un enfant, Olav manque de filtre. Il est en prise direct, tombe amoureux en cinq minutes, s'intéresse à tout, absorbe l'environnement et le retranscrit agrémenté de ses expériences. Il prend ses rêves pour la réalité, ce qui ne l'empêche pas d'être redoutablement efficace dans son job.

Le scénario est parfait pour un récit court et dense. Tout doit être réglé rapidement, tout y est fulgurant : l'amour, les plans, les alliances et trahisons, la vie et la mort. Et Nesbo use encore une fois de tout son talent de manipulateur en chef pour un avant-dernier chapitre hallucinant. Cet opus n'est pas sans rappeler Joe R. Lansdale pour le style et l'humour, les idées déjantées et l'intensité. De très jolies phrases, imagées, émouvantes alternent avec des épisodes de violence cruelle mais aussi, parfois, cocasses excellemment traduites.

Du sang sur la glace est un polar magnifique, une autre face de Jo Nesbo tout aussi talentueuse que celle plus connue des Harry Hole. Impossible à quitter une fois commencé, il se lit d'une traite, une empathie hors de contrôle s'empare du lecteur pour ce drôle de tueur, savant à sa façon, humain à sa manière et terriblement attachant.

Entre Or Noir de Dominique Manotti, Les Initiés de Thomas Bronnec et ce nouveau Nesbo, La Série Noire tape fort pour son soixante-dixième anniversaire. En attendant la suite de Police, fans de Jo Nesbo, n'hésitez pas, un conte de Noël au printemps, c'est la meilleure manière de patienter !


Notice bio

Né à Oslo en 1960, Jo Nesbo a tout d'abord été journaliste économique avant de devenir auteur-compositeur-interprète du groupe de musique pop norvégien Di Derre très connu de 1993 à 1998. Il publie son premier roman et premier tome des aventures de Harry Hole, L'Homme Chauve-Souris en 1997 et obtient son premier grand succès en tant qu'auteur. Souvent comparé à Michael Connelly et son Harry Bosch, il est moins politiquement correct et Harry Hole dépasse souvent la ligne jaune aussi bien dans son métier que dans sa vie. Martin Scorcese devrait réalisé une adaptation cinématographique du Bonhomme de Neige (Série Noire Gallimard 2008). POLICE, toujours dans La Série Noire/Gallimard, le dernier opus des aventures de Hole fut un immense succès en 2014.


La musique du livre

Lors de ses longues séances d'observation de Corina, Olav la voit mettre des disques dont un de Antonio Lucio Vivaldi, j'ai choisi un Concerto pour deux mandolines.

Toujours avec Corina mais au cours d'un diner, Olav fouille sa vieille collection pour en extirper un album de Jim Reeves, I won't forget you.

Un peu moins de musique donc que dans les aventures du mélomane Harry Hole mais la taille du volume n'est pas la même non plus...

Du sang sur la glace – Jo Nesbo – La Série Noire – 154 p. mars 2015
Traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier

Chronique Livre : STAVROS de Sophia Mavroudis Quatre Sans Quatre : Actu #8 Août-septembre 2018 Chronique Livre : LA BELLE DE CASA d'In Koli Jean Bofane