Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
HORTENSE de Jacques Expert

Chronique Livre : HORTENSE de Jacques Expert sur Quatre Sans Quatre

photo : Pixabay


Le pitch

1983 : bien qu'elle soit assez sévère, Sophie Delalande aime sa fille plus que tout. Hortense est même sa seule raison de vivre, sa respiration. Sylvain, le seul amour de sa vie l'a quittée lorsqu'il a appris sa grossesse, elle n'a plus qu'elle. La haine pour le père de sa fille a remplacé l'amour, il faut dire que c'était un drôle de mec : profiteur, violent, inconstant, elle n'a pas perdu grand chose. Tout serait pour le mieux si l'inconcevable ne se produisait lors des deux ans et demi d'Hortense : son ignoble père l'enlève de force à sa mère et fuit sans laisser de traces. Ne reste à Sophie que l'ours et les poupées Barbie de l'enfant. L'enquête, pourtant minutieuse, ne donne aucun résultat, Sylvain et sa fille semblent s'être volatilisés.

« Regarde-la. Nous allons disparaître et tu ne la verras plus. »

2015 : le fantôme de Sophie se traîne toujours au ministère de l'Éducation où elle travaille, souris grise arpentant les bureaux, elle s'étiole, désespérée de la disparition jamais résolue de sa fille. Elle a usé les enquêteurs et les juges d'instruction sans obtenir le moindre renseignement fiable sur la piste du ravisseur de son enfant. Jusqu'au jour où une jolie blonde la percute dans la rue. Immédiatement, Sophie en est persuadée, elle reconnaît sa fille, Hortense, c'est elle ! La jeune femme travaille dans un restaurant, sa « mère » va alors venir y manger régulièrement, entrer en relation avec elle, sans pour autant lui révéler le lien qui les unit.

Où est le réel ? Qu'est-ce qui pousse cette belle jeune fille à entretenir une relation étrange avec cette vieille femme acariâtre ? Sophie délire-t-elle complètement ?


L'extrait

« Je suis indifférente aux gens qui pressent le pas autour de moi et qui me frôlent. Quelqu'un me bouscule en me dépassant. Si énergiquement que mon parapluie m'échappe des mains. La personne se retourne. C'est une jeune femme blonde. Elle a l'air désolé. Je l'entends s'excuser en ramassant mon parapluie, que le vent emporte déjà.
Elle répète dans un sourire amical, si beau : « Excusez-moi, madame, ça va ? »
Je reste muette, incapable de lui répondre. Interdite, immobile, je ne peux que la regarder fixement, tandis qu'elle s'approche de moi. Elle examine le parapluie avant de me le rendre : « Il n'est pas cassé », constate-t-elle.
Elle lève les yeux vers moi, un peu inquiète de mon silence : « Je ne vous ai pas fait mal, ça va ?
Oui, oui. » C'est tout ce que je parviens enfin à articuler.
« Bien, j'y vais alors ? » demande-t-elle.
Elle rajuste son imperméable et s'éloigne déjà.
Que lui dire ? Que je sais que c'est elle ? Que je l'ai reconnue ?
Que, sans aucun doute possible, elle, cette jeune femme, est ma fille. Celle qui ml'a été enlevée il y a vingt-deux ans.

Elle avait deux ans et dix mois. Elle allait avoir trois ans. »


L'avis de Quatre Sans Quatre

Un seul être vous manque et tout le toutim, sauf que, dans le pays de Sophie, Hortense est réellement le seul habitant. Elle, enlevée, il ne lui reste rien, absolument rien. Son boulot sans intérêt au ministère, où ses collègues se sont usés à soutenir son combat vain et ont été rebutés par son caractère revêche et emporté, tournent la tête lorsqu'elle passe, les juges qui n'en peuvent plus de ses remarques acides, les flics épuisés, aucune lueur, aucun espoir. Une vacuité absolue remplacée tout à coup par un trop plein émotionnel quand elle croise celle qu'elle sait être sa fille.

Hortense ou l'histoire d'une obsession dans laquelle la raison n'a pas de place. Sophie sait, elle a la conviction du délirant, la foi du charbonnier, elle ne lâchera plus cette idée. Jacques Expert se faufile dans le dédale de la pensée de cette femme brisée, mise enceinte par un salaud, délaissée, sauvée par son enfant que le père a brutalement repris. Il déroule son histoire, sa tragédie terrible, mais aussi toute la stratégie minutieuse qu'elle va mettre en place pour amener la jeune femme rencontrée à se souvenir qu'elle est sa fille. Sur le fil du rasoir d'une logique un peu folle, il tisse tous les chemins qui amènent son lecteur au doute raisonnable. Le hasard inconcevable devient peu à peu envisageable.

Il faut dire que la jeune fille a une biographie troublante et un comportement étrange. Elle se lie si facilement avec cette dame bizarre, qui fait dix ans de plus, largement, que les cinquante-et-un de son état civil. Elles deviennent intimes en si peu de temps que le conte de fée paraît sur de bons rails. C'est compter sans le machiavélisme de l'auteur qui n'aime rien tant qu'à perdre totalement son lecteur dans des broussailles de mensonges et de vérités inextricablement mêlées. On retrouve là, toujours avec plaisir, le rythme et les séquences de douches écossaises déjà présentes dans Deux Gouttes d'Eau, son précédent polar.

L'application de Sophie à nouer la relation ne suffit pas à expliquer ce lien puissant qui se tisse aussi rapidement. Certes, il y a des manques criants des deux côtés, des vides abyssaux qui vont se répondre. Une absence de mère face à une absence de fille, des recoupements probants achèvent de jeter le trouble. Mais d'autres personnages vont entrer dans la danse et parachever de brouiller le jeu, tant pour Sophie que pour « Hortense ».

Si vous ajoutez à toutes ces qualités que ce roman est remarquablement écrit, vous avez là un excellent moment de lecture devant vous. Des phrases courtes, directes, sans hésitation, dans un sens comme dans l'autre, donnent une précision quasi documentaire au scénario et renforce l'atmosphère lourde, parfois irrespirable, assènent un indice après l'autre, instillent des réticences, manipulent à l'envie. Quand à la fin, ne vous acharnez pas, laissez-vous guider, elle est tout à fait inattendue et surprenante, une conclusion à couper le souffle déjà bien éprouvé dans les chapitres précédents.


Notice bio

Jacques Expert a été grand reporter à France-Info et France-Inter pendant 15 ans puis producteur et rédacteur en chef pour TF1 avant de devenir directeur des magazines de M6 et directeur général adjoint de Paris Première. Il est aujourd'hui directeur des programmes de RTL. Il mène parallèlement une carrière d'écrivain, en particulier de polars avec des livres comme Adieu (2012), Qui (2013) ou Deux Gouttes d'Eau (2015), déjà chez Sonatine Éditions.


La musique du livre

Peu de musique identifiable, mais deux références tout de même :

Chacun sa Route de Tonton David, fredonnée par Hortense qui ne tient pas particulièrement ce jour-là à cheminer avec Sophie.

Un peu plus tard, c'est Aujourd'hui Peut-être qui lui vient à l'esprit, ici interprétée par Fernand Sardou.

HORTENSE – Jacques Expert – Sonatine Éditions – 316 p. juin 2016

Chronique Livre : RISTRETTO de Bertrand Puard Chronique Livre : LE QUARTIER de Joakim Zander Chronique Livre : AVIS DE DÉCÈS de Zhou Haohui