Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
IL ÉTAIT DEUX FOIS de Franck Thilliez

Chronique Livre : IL ÉTAIT DEUX FOIS de Franck Thilliez sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans Quatrième… de couv…

En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.

Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…

Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…


L’extrait

« Moscato avait beau creuser au plus profond de sa mémoire, rien ne venait... Rien après le 10 avril 2008. Pourtant, s’il avait existé un seul anniversaire, un seul Noël sans sa fille, comment aurait-il pu l’oublier ? Pourquoi n’avait-on pas encore retrouvé Julie ? Qu’avaient donné les investigations ? Et lui, qu’avait-il fait pendant toutes ces années ?
Il feuilletait un journal dans le hall de l’hôtel, dévorait chaque article. Abasourdi. Étranger à sa propre planète. Dans son esprit, Obama avait le vent en poupe, il entendait encore son discours diffusé sur toutes les télés du monde, son « Yes we can ». Alors qui était ce gros joufflu à la cravate rouge vif et à la chevelure couleur de paille ? Pourquoi annonçait-on le cinquième anniversaire d’attentats ayant eu lieu en 2015 à Paris ? Qu’était Uber et Deliveroo ? On décrivait un monde qui n’était pas le sien. Toute cette technologie énigmatique, ces mots incompréhensibles, ces portraits de personnalités inconnues...
Gabriel se répétait la date du journal en boucle. Six novembre 2020. Ça n’était pas possible. Vous êtes le père de la petite qu’on n’a jamais retrouvée ? Mensonges. Julie avait disparu depuis un mois seulement. Les forces de gendarmerie étaient déployées. On allait la ramener à Sagas, et tout rentrerait dans l’ordre.
10 avril 2008, 10 avril 2008, 10 avril 2008...
Peut-être était-il devenu fou. Toute cette mascarade était une vision de son esprit ou un cauchemar si élaboré qu’il en avait conscience mais ne parvenait pas à s’en échapper. Son cerveau était grillé.
Il quitta l’établissement, l’œil rivé sur les boules de plumes scotchées au bitume. Sans papiers ni souvenirs, il avançait dans les fringues de ce Walter Guffin. Il pensa à toutes sortes de cochonneries - amnésie ou, pire, Alzheimer. Il s’imaginait évadé de l’hôpital, la mémoire en bouillie, réfugié dans cet hôtel miteux alors que tout le monde le recherchait. Il devait impérativement retourné chez lui. Interroger sa femme. Comprendre ce qui lui tombait dessus.
Il fouilla dans la poche du blouson et appuya sur le bouton du boîtier relié à la clé. Des phares clignotèrent, accompagnés d’un bip. Il connaissait ce modèle de Mercedes du début des années 2000 - un des plus volés -, mais la plupart des voitures alentours ne lui disaient rien. Plus de Saxo, de 206, de Golf. Juste des bagnoles bizarres en forme de Lego et aux couleurs vives, avec des plaques étrangement immatriculées. » (p. 35-36)


L’avis de Quatre Sans Quatre

C’est peu dire que les fans de Franck Thilliez peuvent se réjouir de la publication d’Il était deux fois, ils ont même une double raison de le faire. Tout d’abord parce que c’est, encore une fois, un excellent thriller, un des meilleurs de l’auteur, et le soulagement, après un an de questionnements, de pouvoir enfin y trouver un nouvel épilogue à son précédent roman : Le Manuscrit inachevé. Non pas que ce nouvel opus soit conçu comme une suite, qui ne peut être abordée qu’après avoir lu le premier, pas du tout. Simplement, les investigations de Gabriel Moscato et Paul Lacroix, les deux personnages centraux du second, les amènent à dénicher la clé du premier. Coup de maître, et coup double, diablement réussi ! Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Franck Thilliez, Il était deux fois constitue un occasion en or de pénétrer dans son univers.

Gabriel Moscato s’endort en 2008, dans la chambre 29 d’un hôtel minable de Sagas, un bourg de Savoie. Épuisé par la traque qu’il mène depuis un mois, non seulement en tant que gendarme, mais également en tant que père puisque c’est sa propre fille, Julie, 17 ans, qui a disparu, sans laisser d’autre trace que son VTT appuyé contre un arbre. Il ne dort plus, ne vit plus, il cherche, suit le moindre bout de piste, se transformant trop souvent en impasse. Tout se complique au réveil. Un réveil singulier car ce sont les bruits sourds d’une pluie d’étourneaux morts, chutant sur le sol et le toit de l’hôtel, qui le tirent du sommeil, tout comme d’autres clients.

Une fois rentré, Gabriel s’aperçoit qu’il est sur le lit de la chambre 7, que ce ne sont plus ses vêtements qui sont à côté de lui, et, comble de l’angoisse, ne se reconnaît pas dans le miroir. Ou, enfin, pas vraiment. C’est bien son visage, mais chauve, barbu, et avec au moins dix ans de plus que la veille. Son uniforme a disparu, remplacé par des habits civils, ses papiers sont au nom de Walter Guffin, et le registre de l’établissement, que lui avait prêté le patron afin qu’il le consulte, s’est envolé. Après un bref entretien avec la personne chargée de l’accueil, Gabriel comprend que douze ans sont passés entre son endormissement et son réveil. Ou, du moins, que douze années ont disparu de sa mémoire...

Moscato part à la recherche de son collègue, Paul Lacroix, qu’il découvre sur une scène de crime au bord de la rivière. L’assassinat particulièrement odieux d’une jeune femme dont le corps vient d’être repérée par un promeneur. Là, outre un très mauvais accueil de celui qu’il pensait être son ami, il apprend qu’il n’appartient plus à la gendarmerie, que sa fille n’a jamais été retrouvée et qu’il est divorcé. D’ailleurs Corinne, son ex-épouse, est désormais mariée avec Paul, et le couple habite son ancienne maison. Voilà de quoi en déstabiliser plus d’un. Ce ne sont que les premières surprises qui attendent Moscato dans cette histoire époustouflante.

Une seule chose compte pour l’ancien gendarme : retrouver sa fille. Morte ou vivante, il veut savoir, il veut comprendre. Et Paul va l’y aider. Des bribes de souvenirs vont resurgir, autant de pistes à suivre à nouveau, elles vont le jeter sur les routes, lui faire côtoyer un monde qu’il n’imaginait pas. Paul, de son côté, va découvrir d’autres éléments qui vont les précipiter tous deux dans une traque hallucinante. Chasse au cours de laquelle les deux intrigues, celle du Manuscrit inachevé et celle de ce thriller vont se télescoper. Jeux d’échecs, palindromes, polar inachevé par son auteur Caleb Traskman, autant de concordances qui mèneront Moscato de Sagas à Lille, de Bruxelles au Carpates polonaises, balloté par une histoire démentielle qui l’attirera aux confins du mal et de la folie.

Chaque chapitre est une énigme, chaque ouverture conduit immanquablement vers un nouveau mystère et fait monter le suspense d’un cran supplémentaire. On retrouve les thèmes chers à Franck Thilliez : la mémoire, l’électricité, la persistance et la sauvegarde des souvenirs, déjà présents dans La mémoire fantôme (Pocket 2008), L’anneau de Moebius (Pocket 2009), Atomka (Fleuve Éditions 2012), Puzzle (Fleuve Éditions 2013) et bien d’autres de ses romans. Il était deux fois ne se limite pas à empiler des énigmes, à des jeux de l’esprit, Moscato et Lacroix ne chôment pas, les scènes d’action et les situations périlleuses se succèdent, les décès brutaux également, tout au long du texte, sans un instant de répit.

Avec une habileté diabolique, l’auteur excelle à nous perdre dans une intrigue tentaculaire aux nombreux indices en trompe-l’œil. Tout comme Gabriel Moscato, perdu sans mémoire à la recherche de ce qu’il a su un jour, nous sommes contraints de suivre ses cheminements hasardeux dans les méandres d’une enquête qui ne semble pas avoir de fin et nous entraîner toujours plus loin dans l’indicible expression du mal absolu. Sans jamais y basculer, le récit frôle sans cesse le fantastique, l'atmosphère y est parfois irréelle avant de donner les clés de compréhension. Un splendide tour d'illusionniste.

Un magnifique thriller, complexe, méandreux, intelligent, construit avec un machiavélisme virtuose. Un père recherche sa fille et sa mémoire. Chapeau l’artiste !


Notice bio

Franck Thilliez est l’auteur d’une quinzaine de romans, parmi lesquels, Puzzle, Atomka, Pandemia, Sharko, Le Manuscrit inachevé et son précédent, Luca. Adapté au cinéma pour La Chambre des morts (prix SNCF du polar français), il est aussi scénariste et auteur de nouvelles, comme dans le recueil Au-delà de l'horizon et autres nouvelles. Ses livres sont traduits dans le monde entier.


La musique du livre

Johnny Hallyday - Les Portes du Pénitencier

David Bowie - Outside

Fréderic Chopin - Nocturne op.9 No.2

AC/DC - Highway to Hell


IL ÉTAIT DEUX FOIS - Franck Thilliez - Fleuve Éditions - collection Fleuve Noir - 528 p. juin 2020

photo : cvalette pour Visual Hunt

Top 25 : 25 romans pour votre été ! Chronique Livre : L’ART DE MOURIR de Ambrose Parry Chronique Livre : LA VALLÉE de Bernard Minier