Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
IRRÉVOCABLE d'Andreas Pflüger

Chronique Livre : IRRÉVOCABLE d'Andreas Pflüger sur Quatre Sans Quatre

Le pitch

Barcelone, il y a cinq ans : une opération tourne au cauchemar. Ce jour-là, Jenny Aaron, membre d’une unité très spéciale de la police allemande, perd tout : son amour, son honneur, sa vue. Elle survit grâce à ses autres sens et à la philosophie des samouraïs. Les arts martiaux constituent un de ses atouts majeurs, en dépit de sa cécité.

Mais les interventions à haut risque sont désormais remplacées par les interrogatoires les plus délicats. Écouter les silences, comprendre les non-dits, est devenu sa nouvelle spécialité. Un coup de fil de Berlin va pourtant propulser Jenny au sein de son ancienne équipe qu’elle pensait ne plus jamais revoir.

Un détenu de la prison de la capitale se déclare prêt à parler à condition que ce soit elle qui mène l’interrogatoire. Malgré ses réticences, la spécialiste accepte.

À peine entend-elle la voix de l’homme, que Jenny comprend : l’accident qui lui a coûté la vue n’était que le prologue. Dans les prochaines trente-six heures va se jouer sa vie…


L’extrait

« Elle a une ouïe hors du commun. Un jour, au stand de tir, Pavlik a laissé tomber du pupitre quelques cartouches.
Aaron avait su qu'il y en avait cinq, sans même regarder.
Pour l'heure, alors qu'elle entend trois détonations étouffées à l'extérieur, elle sait qu'il n'y aura pas de tableau dans l'emballage.
Que Jordi n'aura jamais son travail dans un bureau.
Comme par magie, le dénommé Egger brandit un Remington. Aaron vole au-dessus des sacs, sent la trajectoire des balles, fait une roulade, se relève, voit Niko s'effondrer, court en zigzag vers le fond de l'entrepôt. Une brûlure lui mord le bras. Elle ne pense rien d'autre que : Niko ! Niko ! Niko !
Deux portes : roulette russe. Elle mise tout sur le rouge, ouvre violemment celle de droite et se retrouve dans un corridor obscur. Trébuchant, elle avance avec précaution jusqu'à heurter un mur. Mauvaise porte, cul-de-sac. Elle se recroqueville dans une niche. Quelque chose de chaud coule le long de son bras. Pas de douleur. La lumière s'allume. Son cœur est une pompe qui envoie de la peur dans son sang. Des pas légers. La femme a enlevé ses talons.
Encore cinq mètres. Aaron voit l'interrupteur sur le mur d'en face. Trop loin. Ses pensées tournent dans son cerveau à la recherche d'une échappatoire.
Aucune. » (p. 21-22)


L’avis de Quatre Sans Quatre

Tout s'est joué, semble-t-il, en quelques interminables minutes pour Jenny Aaron. Cinq ans plus tôt, elle a perdu la vue pour une vilaine blessure par balle à la tête lors d'une opération délicate de son unité très spéciale de police, le « Service ». Accompagnée de l'homme qu'elle aimait, Niko, elle devait appréhender de dangereux trafiquants d'art. Mais rien ne s'est déroulé comme prévu, il y a comme un trou noir dans ses souvenirs et elle pense avoir, contrairement aux usages de son groupe, abandonné son compagnon mourant sur les lieux pour fuir une mort certaine.

Aveugle, déshonorée, elle a quitté l'unité d'élite pour intégrer la Criminelle où elle est en charge des interrogatoires les plus difficiles. Passionnée de tir et d'arts martiaux, Jenny cherche du réconfort dans le bushido, le code d'honneur des samouraïs, blessée à jamais de ne pas savoir ce qu'il s'est réellement passé à Barcelone. Une affaire de meurtre dans une prison proche de Berlin, dont le coupable exige de n'être questionné que par elle lui est proposée. Ce qui devait être une banale séance de questions la replonge dans un ancien traumatisme, ayant eu lieu avant même son entrée dans la police.

Cette rencontre la remet en contact avec son ancienne équipe et en prise avec le responsable de son état, les mâchoires d'un piège semblent se refermer sur elle. Par la même occasion elle retrouve Niko qui a réchappé à ses blessures. Jenny a développé des qualité sensorielle fantastique au cours de sa rééducation, elle sait compenser son handicap par mille astuces lui permettant d'être encore une redoutable adversaire.

Irrévocable est un thriller de compétition : les balles sifflent, les coups tombent et les explosions fleurissent aux détours de chaque phrase, accumulation de cadavres, dont aucun de mort naturelle, de rebondissements, d'entourloupes et de pièges tous plus sophistiqués les uns que les autres. Le lecteur ne voit guère plus clair que l'héroïne qui est précipitée de charybde en scylla malgré toute l'attention que lui porte son ancien groupe et, en particulier Pavlik, le meilleur de l'équipe, ami de longue date du père de Jenny, un héros de la police aujourd'hui décédé. Pavlik a perdu une jambe dans un accident de moto, ce qui ne l'empêche nullement d'être le meilleur tireur d'élite et un second extrêmement efficace pour la nouvelle chef du Service.

Le méchant, l'abominable, c'est Holm, un sérieux client qui n'hésite jamais à tuer, pour qui l'argent n'est pas un moteur mais qui semble s'acharner à provoquer la perte de Aaron. À Barcelone, il se faisait appeler Egger mais c'est bien le même homme. Lui seul peut désormais apprendre la vérité à Jenny sur ce qu'il s'est réellement passé lors de l'opération qui a mal tournée et si elle a effectivement manqué à son devoir de secours envers son collègue et amant. Pourquoi est-elle partie dans une course folle en voiture, pourquoi n'a-t-elle pas appelé ni les secours, ni l'équipe en renfort qui était prête à intervenir ?

Pourquoi ? Vous le saurez au bout des plus de 540 pages du récit, épuisé par les prises d'otages, les coups fourrés, les surveillances sans résultat et des hectolitres de sueurs froides. Tout cela s'avérera évidemment plus complexe et torturé que le génie du mal à l'état pur contre la blanche colombe. Holm traîne comme un boulet son frère caractériel et psychopathe, Sasha, mauvais comme la gale, qui voue une haine féroce envers Jenny qui l'a blessé à Barcelone, ce qui a eu pour effet de l'envoyer en prison cinq ans plus tôt. C'est un des enjeux de l'affaire pour Holm, faire sortir son frère de taule, le reste se noie dans un passé qui lie étroitement la jeune aveugle et le tueur.

Au-delà des rouages multiples de l'intrigue qui est sous haute tension en permanence, Andreas Pflüger nous livre deux êtres en quête de leur rédemption. Ils sont tous deux persuadés d'avoir une dette à payer, d'avoir failli sur ce qui leur était le plus cher. Fins connaisseurs du code des samouraïs, ils savent que leurs vies seules peuvent être le prix à payer pour effacer leurs manquements. Encore faut-il, pour Jenny, savoir s'il y a eu manquement, son amnésie partielle l'empêche de répondre à cette question, mais elle est prête à tout pour enfin connaître la clé de l'énigme.

De l'action à revendre, un suspense époustouflant, tous les ingrédients d'un thriller policier de haute volée qui fera sans doute un blockbuster cinématographique du même tonneau, pour peu que l'adaptation soit réussie, on sent la patte du scénariste de talent dans le découpage du roman. Truffé de symboles, de nombreux non-dits lourds de sens ou égarant ceux qui cherchent, ce récit est d'un bout à l'autre sur la corde raide. Comme il est de plus très bien écrit, superbement construit afin que le lecteur colle aux actions et aux doutes de tous les protagonistes, Irrévocable est hautement recommandable si vous avez envie de suivre aveuglément son héroïne.

Un régal pour les amateurs de suspense insoutenable !


Notice bio

Andreas Pflüger est l’un des scénaristes allemands les plus renommés. Il a notamment collaboré avec Volker Schlöndorff et coécrit plus d’une vingtaine d’épisodes de la fameuse série Tatort pour la télévision allemande.
Irrévocable l’a immédiatement propulsé sur le devant de la scène littéraire et est en cours de traduction dans de nombreux pays, dont l’Angleterre.


La musique du livre

Roy Orbison - Pretty Woman

John Hiatt – Have a Little Faith in Me

Peter Gabriel – Solsbury Hill


IRRÉVOCABLE - Andreas Pflüger - Fleuve Éditions - collection Fleuve Noir - 538 p. janvier 2018
Traduit de l’allemand par Pierre Malherbet

photo : Pixabay

Chronique Livre : CORPS ACCORDS d'Anne-Marie Gaignard Quatre Sans Quatre : Actu 7 - août 2018 Chronique Livre : LE MAUVAIS CHEMIN de Mikel Santiago