Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
Killer Country de Mike Nicol

Chronique Livre : Killer Country de Mike Nicol sur Quatre Sans Quatre

photo : la baie du Cap, capitale de L'Afrique du Sud (Wikipédia)


L'extrait

« Sur le siège passager, Spitz écoutait son iPod, les yeux rivés sur le paysage. Toutes les quarante-cinq minutes, il fumait une menthol. Manga l'avait remarqué. Toutes les quarante-cinq minutes précises, il allumait une cigarette. Comme si une alarme qu'il était seul à entendre se déclenchait. Après la cigarette, il avalait une gorgée d'eau pétillante. Replaçait la bouteille dans un support au-dessus d'un orifice pour la climatisation sur la tableau de bord. Pas un mot en deux heures. »


Le pitch

Mace et Pylon, deux anciens trafiquants d'armes en Afrique, ont monté une boite de sécurité au Cap. Ils escortent de riches clients voulant se prémunir de la réputation (non usurpée) de violence qui colle à la capitale de l'Afrique du Sud. Ils aimeraient mettre un terme à cette vie de danger en se reconvertissant dans la promotion immobilière et ils vont être obligés pour cela de rapatrier des fonds provenant de leur précédente activité cachés dans un paradis fiscal.

Obed Chocho est un caïd respecté par les plus hautes autorités. Il est tout de même en prison, mis à l'ombre pour fraude par un juge paraplégique qui n'a pas froid aux yeux. Obed a pour avocat le belle et dangereuse Sheemina February qui gère, outre les déboires judiciaires du truand, ces affaires avec Spitz, un tueur à gage très particulier. Elle a rencontré Mace et Pylon par le passé et mijote depuis lors une vengeance de gala.

Spitz honore ses contrats en écoutant des playlists de country compilées dans un iPod. Malgré ses réticneces, il devra travailler en duo sur les contrats passés par Obed avec un petit voyou local Manga et devra faire bien d'autres concessions à son code de conduite qui vont lui compliquer la tâche.

Une de ses exécution, ordonnée par Chocho, concernant un des possibles associés des apprentis promoteurs, tous ces personnages vont devoir jouer une terrifiante partie de poker-menteur...


L'avis de Quatre Sans Quatre

Aussi percutant qu'un Deon Meyer, moins cru que Roger Smith, Mike Nicol n'y va tout de même pas par quatre chemins pour mettre sur la table les tares de son pays. C'est du cru, du direct et tout y passe : le racisme, la corruption au plus haut niveau, la justice pourrie, la terrible insécurité et le blanchissement à grande échelle d'argent bien plus que sale. Il enrobe le tout de musique, d'un style agréable et d'une langue riche mais rien n'y fait, au contraire, la dénonciation n'en est que plus puissante.

Loin des brutes de base, ses personnages sont riches d'une palette de sentiments et d'expériences qui les rendent humains et crédibles. Spitz, par exemple, est un professionnel du crime, il n'en tire ni gloire ni jouissance, il tue parce qu'il est payé pour, pas par perversion. Il est sur un marché porteur de son pays qui découvre les charmes du libéralisme et de la loi du plus fort, il aime le travail bien fait et désapprouve fortement les caprices de Obed, même s'il paie bien...

L'histoire est multiple, passionnante, violente, évidemment, mais sans en faire trop. Mike Nicol relate, il n'amplifie pas à plaisir. L'intrigue, rudement bien menée, pleine de fausses pistes, d'hypocrisie, de jeux dangereux garde toute sa vitalité et son suspense jusqu'à la dernière page d'un roman très bien traduit.

Un thriller bourré de qualités et de musique avec tout ce qu'il faut pour ravir les amateurs du genre et séduire ceux qui cherchent de l'action et du dépaysement.


Notice Bio

Mike Nicol est né en 1951 et vit au Cap en Afrique du Sud. Journaliste et écrivain, il est l'auteur de plusieurs essais et romans. Il anime des cours d'écriture en ligne. La Dette (Ombres Noires 2013), premier épisode des aventures de Pylon et Mace, s'est classé en 2012 parmi les 10 meilleurs livres de l'année pendant plusieurs mois.


La musique du livre

Johnny Cash et When a man comes around, un titre qui permet à Spitz de reconnaître son iPod dans des mains où il n'aurait pas du être. Loom of the land de Nick Cave & the Bad Seeds qui vient à l'esprit de Mace qui crapahute dans le bush avec sa fille suivi par He will call you baby des Cowboy Junkies, un morceau des playlists de Spitz entendu par Sheemina et, pour finir, Arthur Mafocate, Oyi Oyi, du Kwaito, sorte de rap d'Afrique du Sud bien au goût de Manga.

Killer country – Mike Nicol – Ombres Noires – 533 p. septembre 2014
Traduit de l'anglais (Afrique du Sud) par Estelle Roudet

Chronique Livre : RISTRETTO de Bertrand Puard Chronique Livre : LE QUARTIER de Joakim Zander Chronique Livre : AVIS DE DÉCÈS de Zhou Haohui