Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
L'ERREUR de Susi Fox

Chronique Livre : L'ERREUR de Susi Fox sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

Sasha a toujours voulu un bébé.

Sa grossesse se déroule à merveille, jusqu’au jour où elle se retrouve à l’hôpital pour subir une césarienne d’urgence. À son réveil, elle demande à voir son enfant. Alors qu’elle s’attend à vivre un moment magique, Sasha plonge dans un cauchemar bien réel. Le nourrisson qu’on lui amène n’est pas le sien.

La jeune mère n’a aucun doute, même si personne ne la croit. Ni les infirmières qui évitent ses questions, ni son mari qui essaie de la convaincre d'accepter cet enfant.
Seule sa meilleure amie, pourtant loin, semble lui faire confiance.

Pour tous, Sasha souffre d'un stress lié aux circonstances de la naissance. Mais ce serait oublier combien l’instinct d’une mère est profondément ancré en elle, en dépit des apparences.

Si le bébé devant elle n’est pas le sien, où est passé son enfant ? Et qui a pu faire cette erreur ?


L'extrait

« Je suis seule à nouveau.
Peut-être qu'ils ont raison et que j'ai tort. Une conspiration hospitalière, c'est un peu tiré par les cheveux, c'est certain. Et comment pourrait-il y avoir eu une interversion de bébés, voire un décès, alors que Mark était là tout le temps, avec Ursula ? Peut-être que je ferais mieux d'écouter les médecins. De les croire. Les médecins savant de quoi ils parlent, en général. Non ?
Respire, me dis-je. Ils t'ont écoutée. Ils ne mentiraient pas à une patiente. Tu es fatiguée, tu as la nausée...
Ce ne serait pas la première fois que je me trompe. Mon intuition au sujet de Damien était erronée. Après lui, j'ai craint de ne plus être capable de m'occuper d'enfants, j'ai cru ne pas être assez responsable. Même avant ça, je doutais déjà de mon aptitude à être une bonne mère, je me demandais si j'avais le droit d'essayer étant donné que ma propre mère avait abandonné ses responsabilités parentales. J'avais peur d'avoir hérité d'une espèce de gène de mauvaise mère.
Je suppose qu'il y a une solution toute simple : j'ai seulement besoin de passer davantage de temps avec Toby, de faire plus d'effort pour être sa mère. Même si je suis encore loin d'être convaincue qu'il est mon enfant, il faut que j'essaie de l'aimer, de la même façon que j'ai réussi à aimer les autres bébés qui ont cessé de grandir, sans même y penser.
Ce n'est pas la faute de Toby, s'il est coincé dans une boîte en plastique à l'étage. Ça ne peut pas être si difficile que ça, d'essayer de lui donner de l'amour, si ? » (p. 85)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Ce devait être une fête, un grand jour, et ce ne le fut pas. La naissance tant attendue du bébé de Sasha, médecin légiste, et Mark arrive trop tôt, l’enfant est prématuré et il naît par césarienne. Ce devait être une fille, on annonce un garçon à la jeune maman à peine réveillée de son anesthésie. Une erreur d’échographie, ça arrive, rien de grave. Pourtant, c’est la panique, Sasha commence à sentir monter une angoisse terrible qui ne va plus la quitter : elle est persuadée qu’on a échangé son bébé avec un autre, qu’il y a eu une confusion. Tout le monde a beau lui assurer qu’il n’en est rien, Ursula, l’aide-soignante, son mari, son père, elle n’en démord pas. La preuve, impossible pour elle de ressentir quoi que ce soit envers ce petit Toby dont on veut absolument qu’elle devienne la mère.

Ses soupçons se portent sur chacun des personnages ayant eu accès à son enfant alors qu’elle était séparée de lui en salle d’opération. Mark lui affirme qu’il n’a pas quitté une seconde, qu’elle se fait des idées, Sasha commence à examiner les autres nourrissons dans les couveuses afin de repérer le sien, sa fille, puisque ce n’est pas celui qui lui a été désigné. Le diagnostic de psychose post-partum tombe assez vite, et, comme tous ceux qui dérangent, la jeune mère atterrit en psy.

Son histoire familiale et personnelle ne plaide pas en sa faveur : sa mère a disparu alors qu’elle était toute petite, déstabilisée par sa naissance, et elle a commis une erreur médicale, du moins le croit-elle, qui a conduit à la mort d’un enfant dont elle avait la charge en pédiatrie, un drame qui lui a valu d'être soignée pour dépression. Et qui l’a conduite à entamer une carrière de médecin légiste. La jeune femme s’aperçoit que ses proches doutent de plus en plus de sa santé mentale, ou l’incite fortement à modifier son comportement. Elle doit se forcer, ne pas se faire des idées, on lui ment, elle s'en aperçoit, ce qui n'arrange pas les choses...

Sasha, peu à peu, se sent trahie, doute d’elle-même, n’hésite pas à se remettre en question, mais rien n’y fait, rien ne peut la convaincre que ce tout petit Toby est son fils. Certains indices l’encouragent dans sa conviction, des comportements suspects, des paroles ambigües surprises alors qu’on ne la savait pas présente. Et Susi Fox embarque parfaitement son lecteur dans ces retournements permanents entre certitudes et doutes, suspicion et culpabilité, capitulation et rébellion de Sasha. Un yoyo émotionnel permanent et douloureux, dont la jeune femme tente de s’extraire en en appelant à sa raison alors que son instinct lui dicte le contraire. Un combat âpre, cruel, contre elle-même, tous ceux qu’elle aime et l’institution qui ne peut tolérer d’être mise en cause et se défend par tous les moyens.

Sans longueur, des faits nouveaux surviennent à chaque paragraphe, chaque situation est analysée par Sasha et lui donne matière à envisager des possibilités multiples, jusqu’au dénouement particulièrement inattendu et superbement amené.

Un très bon thriller psychologique à déconseiller aux femmes sur le point d’accoucher, oscillant sans cesse entre la conviction intime du personnage principal et les discours raisonnables de son entourage...


Notice bio

Susi Fox a étudié la médecine et les arts à l'université de Melbourne. Elle a participé au programme de développement des manuscrits QWC / Hachette en 2015. Elle vit dans l’État du Victoria en Australie, où elle travaille comme médecin généraliste.
L’Erreur est son premier roman, actuellement en cours de traduction dans de nombreux pays, et qui l’a immédiatement établie comme un des nouveaux talents du suspense psychologique féminin.


La musique du livre

Billie Holiday – Strange Fruit

Les Marins d'Iroise - My Bonnie Lies Over the Ocean

Roxette - Must Be Love, Love, Love


L'ERREUR – Susi Fox – Éditions du Fleuve – collection Fleuve Noir – 359 p. janvier 2019
Traduit de l'anglais (Australie) par Héloïse Esquié

photo : Visual Hunt

Actu #11 : janvier/février 2019 Chronique Livre : L'EMPATHIE d'Antoine Renand Radio : DES POLARS ET DES NOTES #53