Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
LA CAGE DE L'ALBATROS de Pierre Pouchairet

Chronique Livre : LA CAGE DE L'ALBATROS de Pierre Pouchairet sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

Commandant de police, chef de la PJ finistérienne, Léanne est maintenant bien installée à Brest où elle a retrouvé ses amies d’enfance: Élodie, devenue médecin légiste, et Vanessa, psychologue judiciaire. Noreen, jeune flic fraîchement affectée en Bretagne, apporte du sang neuf à cette équipe de quadragénaires.

Alors que la nouvelle recrue participe à l’interpellation houleuse d’une bande de dangereux malfaiteurs, la gendarmerie découvre au pied de la falaise de la Pointe du Van le corps sans vie de son oncle. Chute accidentelle ? Meurtre? Aucune hypothèse n’est à écarter.

La jeune femme, aidée de ses amies, est bien décidée à faire la lumière sur cette mort suspecte. Mais la vérité se trouve rarement où on l’attend et sa quête ne sera pas sans risques. Personne n’en sortira indemne...


L'extrait

« Obélix dirait que le ciel leur est tombé sur la tête, des seaux d'eau ! Aucune visibilité, circulation à dix kilomètres-heure, route bloquée pendant une trentaine de minutes et maintenant, ciel d'azur. Il est passé où, cet orage ? Plus un nuage, que du bleu. Certes, légèrement foncé, c'est surtout dû à l'heure. C'est qu'il commence à se faire tard. Pas loin de vingt-et-une heures. Pour un témoin lointain, qui mettrait dans le même paquet flics et voyous, ils ressemblent à un convoi funéraire. Ils en ont d'ailleurs la vitesse d'évolution. Sauf que dans ce cas, le corbillard est un semi-remorque transportant un voilier et que les accompagnateurs sont devant et derrière, et un peu ailleurs aussi, car les flics jouent à cache-cache avec leur objectif. La responsable de tout ça, côté police, c'est la chef de la PJ du Finistère dont le siège est à Brest. La commandant Léanne Vallauri est une grande blonde aux yeux clairs, la quarantaine affirmée, au caractère bien trempé. Bien foutue mais casse-couilles, résument certains de ses collègues.
Ray-ban sur les yeux, assise en passager, comme chaque fois qu'ils en sont à la conclusion d'une affaire, la chef est fébrile. La radio crépite :
- Isaac au dispo : nous avons passé Nantes, ça prend direction autoroute, vers Bordeaux. Toujours vitesse de soixante kilomètres-heure avec trois véhicules d'accompagnement, une ouvreuse et deux suiveuses.
- Bien reçu de Léanne. On se contente de les borner avant et après chaque sortie d'autoroute, inutile de les coller, ils ne risquent pas de nous échapper.
Elle ramène son épaisse tignasse en arrière et souffle.
- J'en ai marre, ça va durer des heures cette histoire.
- Il faut voir le côté positif des choses. Cette cargaison de came ne risque pas de nous échapper.
- Encore faut-il qu'elle existe... » (p. 19-20)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Opération de police à Radio Évasion !

Jogging tragique sur la falaise surplombant la baie des Trépassés ! Un endroit qui porte bien son nom, sauf que d'habitude, c'est de l'océan que proviennent les cadavres que l'on y découvre, une histoire de courants porteurs de noyés, pas tombés des rochers escarpés. Le vieil oncle de la capitaine de police Noreen Lebel, veuf depuis de longues années, est aidé par une main inconnue à faire le grand plongeon, le définitif. Sa nièce, au même moment, est en pleine opération de flag sur un convoi exceptionnel transportant, sur un semi-remorque, outre un voilier, une solide cargaison de came, le tout escorté de mafieux bretons et niçois. Du moins c'est ce que Guénolé le Gall, l'indic de sa chef, le commandant Léanne Vallauri a indiqué. Et mieux vaut qu'il ne se soit pas foutu d'elle, leur relation est en équilibre très instable sur la fine ligne séparant la légalité de la faute professionnelle, voire du délit, il faut que le déploiement de force et le déplacement des huiles, promptes à venir pointer leurs nez lorsqu'une belle prise est en vue, en vaille la peine.

Après Haines, paru aux éditions Palémon en mai dernier, voici donc un nouvel épisode des aventures policières des trois amies brestoises : Léanne, chef de la PJ de Brest, Vanessa, la psy, qui apporte son expérience quand le besoin s'en fait sentir, et Élodie, la médecin-légiste dont on devine bien le rôle au cours des enquêtes. Nouvelle venue, Noreen, la capitaine un peu farouche, solitaire, très vite adoptée par la bande des trois après qu'elle ait sauvé la vie de Vallaury au cours d'une opération de police.

D'un côté donc, le meurtre de l'oncle de Noreen, sa seule famille, ses parents étant décédés, en raison d'un chauffage défectueux, d'une intoxication à l'oxyde de carbone. L'affaire est confié au lieutenant-colonel Erwan Caroff, accessoirement amant de Léanne, celle-ci ayant déjà les suites du flagtant délit à traiter. De l'autre, un truand fou de rage d'avoir vu son frère se faire abattre sous ses yeux par les flics, ce qui expliquerait peut-être le danger qui semble rôder autour de Noreen, et la poursuite de l'enquête relative au trafic de stupéfiant qui s'étend de la pointe bretonne jusqu'à Nice. Comme si tout n'était pas assez compliqué comme ça, s'ajoute aux soucis de Léanne, sa relation avec Guénolé, non officielle, la mettant en porte-à-faux vis-à-vis de sa hiérarchie et pouvant mettre un terme à sa carrière, la gendarmerie menant des investigations de plus en plus pressantes sur le jeune homme, menaçant plusieurs fois de l'interpeller en compagnie de la policière. Et donc, sa relation avec le bel officier de gendarmerie, qui sait qu'elle lui a menti, déjà que leurs emplois du temps ne leur permettent plus que de se croiser...

Quelques cadavres, anciens ou récents, plus tard, le crime dont a été victime l'oncle de Noreen semble bien amener les enquêteurs sur la piste d'un tueur en série...

Et... Damned ! Une de ces investigations les conduit à entreprendre une opération d'interpellation, couronnée, bien entendu, par une course-poursuite musclée, acrobatique et haletante au Faou, sur les toits glissants de la mairie et à l'intérieur des studios de Radio Évasion ! Oui, oui, vous ne rêvez pas, là même où sont enregistrées les émissions Des Polars et des Notes. Pas de chance, il a fallu que ça tombe un jour où je n'étais pas là, sinon, soyez-en sûrs, vous aviez droit à une interview en direct de Léanne Vallaury et des différents participants. Raté...

En vieux routier des procédures er des enquêtes, Pierre Pouchairet nous promène encore une fois dans le dédale d'une affaire complexe, labyrinthique, au dénouement inattendu, comme il en a le secret, celui-ci ne signifiant pas la fin du roman, loin s'en faut, puisqu'un cliffhanger du feu de dieu, annonçant tambour battant que les trois Bretonnes n'ont pas fini de nous faire frissonner, attend encore le lecteur quelques pages plus loin. Le coup du rasoir à deux lames appliqué à la chute d'une histoire, imparable pour donner envie de connaître vite la suite des aventures de Léanne et de ses amies.

Vanessa, Élodie, Léanne, les trois copines paient chacune de leur personne dans ce volume, flirtent avec le danger, et même un peu plus, afin de résoudre les énigmes semées dans les splendides paysages de la pointe bretonne. Une affaire tragique, sordide, menée tambour battant par le trio et l'équipe de Léanne, un univers familier désormais qu'on aura plaisir à retrouver.

Un super polar breton, sans coiffe, biniou ou bombarde, une passionnante et solide histoire, une enquête haletante et des intrigues parallèles pleines de suspense !


Notice bio

Pierre Pouchairet est né en 1957. Il a été commandant de la police nationale puis chef d’un groupe luttant contre le trafic de stupéfiants à Nice, Grenoble ou Versailles… Il fût également à plusieurs reprises en poste dans des ambassades, a représenté la police française au Liban, en Turquie, a été attaché de sécurité intérieure à Kaboul puis au Kazakhstan. Aujourd’hui à la retraite, il vit à l'Île-Tudy. Il a publié en 2013 un livre témoignage, Des Flics Français à Kaboul, puis Coke d’Azur en 2014. La même année sort son premier polar, Une Terre Pas Si Sainte, édité par Jigal Polar, suivi par La Filière Afghane (2015), À L'Ombre Des Patriarches (2016), La prophétie de Langley (2017) chez le même éditeur. Il obtient le très convoité Prix du Quai des Orfèvres 2017 pour Mortels Trafics publié comme tous les ans par les éditions Fayard en novembre 2016. En 2018, est sorti chez Plon, Tuez-les tous... mais pas ici, dans la collection Sang Neuf, Mort en eaux grises publié par Jigal Polar et donc, Haines et La cage de l'albatros édité par Palémon Éditions.


La musique du livre

Outre les titres sélectionnés ci-dessous, vous croiserez dans ce roman : Eminem, Madonna, Mariah Carey, Marilyn Manson, Eric Clapton, Serge Teyssot Gay et Paul Bloas

Jeanne Cherhal – Nantes

Sisters of Mercy – This Corrosion

Jimi Hendrix - All Along The Watchtower (Electric Ladyland)

Amy MacDonald – This is the Life

John Lennon – Imagine

The Rolling Stone – Sympathy for the Devil


LA CAGE DE L'ALBATROS – Pierre Pouchairet – Palémon Éditions – 329 p. décembre 2018

photo : la baie des Trépassés

Chronique Livre : L'USURPATEUR de Jørn Lier Horst Chronique Livre : AU NOM DU PÈRE de Éric Maravélias Chronique Livre : L'AIGLE DES TOURBIÈRES de Gérard Coquet