Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
LA FILLE DU PAPE de Luís Miguel Rocha

Chronique Livre : LA FILLE DU PAPE de Luís Miguel Rocha sur Quatre Sans Quatre

photo: Pixabay


Le pitch

Lorsque Niklas, un jeune prêtre, est enlevé, personne ne s’imagine que cet événement est seulement le point de départ d’une grande conspiration qui vise à mettre fin à l’un des secrets les mieux gardés du Vatican – l’existence de la fille du pape Pie XII. Ce même Pie XII dont l’attitude pendant la Seconde Guerre mondiale reste plus que controversée.

Rafael, un agent du Vatican, a pour mission de découvrir qui se cache derrière tous les crimes qui sont commis et de protéger la vie de la fille du pape. Va-t-il y parvenir ?

Ou est-ce que, cette fois-ci, l’Église catholique n’en sortira pas indemne ?


L'extrait

« L’orage ne lui a pas permis d’entendre la voiture arriver, mais ça n’a pas d’importance. Elle savait qu’il viendrait. Elle a appris qu’il a quitté Rome il y a quelques jours, sans que personne ne sache où il se trouve, et elle n’a pas eu besoin d’en savoir plus pour comprendre qu’il était en route. Elle le connaît mieux que personne : sa façon de pense, comment il gère ses sentiments, ses doutes. Elle craignait que sa perspicacité ne l’amène à découvrir son refuge tôt ou tard, et il ne peut pas arriver à un pire moment. Un jour plus tard, et il n’en aurait jamais rien su.
La sueur qui imprègne les vêtements de la religieuse les font coller à sa peau, et sa respiration haletante trahit son effort. Elle est couchée sur le dos, les jambes écartées, une position très inconfortables pour une femme habituée à se cacher sous sa robe. Une sage-femme est agenouillée entre ses jambes, une main posée sur son ventre. Sonja, dans son habit bleu foncé, entre affolée dans la chambre, des serviettes propres soigneusement pliées à la main, et regarde timidement celle qui est allongée.
« Il est arrivé,, ma soeur », dit-elle en déposant les serviettes sur une commode tout en essayant d’éviter de croiser le regard de la sage-femme.
La religieuse lui répond par une grimace, suivie d’un gémissement qu’elle essaie immédiatement de contenir avec difficulté. » (p.13-14)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Premier conseil qui me vient à l'esprit, après avoir lu La fille du pape, c'est de porter un gilet pare-balle si vous désirez visiter une église aux alentours du Vatican. Ça défouraille à tous les coins de piliers ronds et Claudel aurait eu du plomb dans la tête avant d'avoir sa fameuse révélation. C'est vrai que l'affaire est d'importance : on a enlevé un jeune prêtre, Niklas, fils de l'ambassadeur d'Allemagne, en espérant faire sortir enfin la fille cachée de Pie XII du bois. Comme le dossier de canonisation de ce souverain pontife, contesté pour son attitude face aux nazis durant la guerre, est en phase terminale, l'affaire est on ne peut plus gênante pour la curie. S'ajoute à cet épineuse question de savoir si Pie XII doit être canoniser ou pas, quelques possible révélations d'un journaliste américain, John Scott, toujours à jouer les empêcheurs de magouiller des comptes tranquillement.

Rafael, le meilleur agent secret du Vatican, astique et recharge ses flingues, manipule à tout-va et plonge dans le panier de crabes qu'est l'administration du mini-état catholique. Il sera aidé, comme à l'accoutumée dans cette saga, par la journaliste Sarah Monteiro et son ami, l'historien Jacopo Sebastiani, plus quelques alliés bien mystérieux à ne pas dévoiler ici. Ce James Bond en soutane, bien qu'il ne la porte pas, est le dernier rempart de Rome, un exécuteur qui efface les problème de l'Église, ce qui implique une gymnastique apostolique légèrement complexe, il faut bien l'avouer.

Certes, cette embarrassante fille du pape est au centre de l'attention, mais le fric n'est jamais loin dès que l'on s'approche des premiers cercles du pape. Détournements, blanchiment d'argent très sale, accords de Latran bâclés en catastrophe afin d'éviter la faillite, les secrets à protéger ne manquent pas et les moyens pour y parvenir ne sont pas vraiment différents de ceux de la mafia d'Al Capone. Même bénites, les balles font des trous dans les corps et les prières ne raniment pas les cadavres...

Comme dans les trois volumes précédents, Sarah et Rafael se tournent sentimentalement autour sans vraiment franchir le pas, il faut avouer qu'on ne leur en laisse pas le temps. À peine remise d'un cancer dans les précédents épisodes, Sarah doit venir au secours d'e John Scott qui a mis son nez dans les comptes d'une fondation pour les enfants déshérités qui ne lui paraissent pas catholiques du tout et a eu le grand tort d'en parler au numéro deux du Vatican. À cette intrigue s'ajoute celle de la fille cachée de Pie XII et l'assassinat en série de prêtres chargés d'instruire son dossier. Le travail ne manque pas pour l'agent secret, surtout que tout le monde tente de manipuler tout le monde et que la gendarmerie papale n'est pas plus fiable que le reste.

L'hypocrisie généralisée des hautes instances du Vatican, proclamant d'un côté la morale et la miséricorde, pratiquant de l'autre les exécutions sommaires et les magouilles financières comme le premier banquier venu, brouille considérablement les cartes, cette saga en quatre tomes a le mérite de regarder derrière les fausses pudeurs et de montrer l'envers du décor au travers d'enquêtes mouvementées et originales. On y apprend beaucoup de choses, ici, les tractations entre le Vatican et les fascistes ou les nazis, de larges chapitres étant consacrés à la vie du cardinal Lucarelli qui deviendra Pie XII, et à ses amours contrariées avec une nonne au caractère bien trempé.

Des secrets, des intrigues emmêlées, des meurtres à la pelle, un excellent thriller de plage, un de plus sur le Vatican qui, a la cote ces temps-ci dans le thriller portugais (voir Vaticanum). Les montages financiers, surtout, les histoires de filles et fils cachés, d'amours frauduleuses font toujours fantasmer, je pense que ce n'est pas fini. Il faut dire que l'imagination n'est pas nécéssaire pour tout ce qui concerne l'argent, il suffit de lire le journal pour s'en apercevoir, entre les différents scandales banquiers et les meurtres ou « suicides », l'institution catholique fournit largement de quoi écrire quelques volumes de plus.

Nul besoin d'avoir lu les autres épisodes pour aborder ce volume. La fille du pape tient en haleine jusqu'à l'ultime page, des personnages complexes et un aspect historique bien documenté, une écriture vive qui sait alterner le chaud et le froid, ce thriller clôt magistralement cette tétralogie.


Notice bio

Luís Miguel Rocha est né à Porto en 1976, il est décédé le 26 mars 2015. Il a vécu plusieurs années à Londres. Depuis son retour dans sa ville natale, il travaillait pour la télévision et écrivait des romans. Il fut le premier écrivain portugais à figurer parmi les meilleures ventes du New-York Times. Ses romans ont été traduit en une vingtaine de langues. Après Le dernier pape, La balle sainte et Le mensonge sacré, tous parus aux éditions de l'aube, La fille du pape est l’ultime volume de la série « Complots au Vatican ».


LA FILLE DU PAPE – Luís Miguel Rocha – Éditions de l'aube – collection l'aube Noire – 530 p. juin 2017
Traduit du portugais par Vincent Gorse

Chronique Livre : INAVOUABLE de Zygmunt Miłoszewski Top 10 : la sélection 2017 de Dance Flore ! Chronique Livre : SEPT JOURS AVANT LA NUIT de Guy-Philippe Goldstein