Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
LA FLEUR DE L'ILLUSION de Keigo Higashino

Chronique Livre : LA FLEUR DE L'ILLUSION de Keigo Higashino sur Quatre Sans Quatre

Illistration : le festival d'ipomées de Iriya à Tokyo (Jardin botanique japonais)


Keigo Higashino est un écrivain japonais, né en 1958 à Osaka et auteur de romans policiers très prolixe et très populaire au Japon où ses derniers romans se sont vendus à près d'un million d’exemplaires. C'est son sixième roman à paraître dans la collection Actes Noirs.


Une fleur pour DanceFlore ? 

Il y a des dizaines d'années, un homme vêtu d'un tricot de corps rouge et armé d'un sabre tue au hasard dans les rues, seul un bébé d'un an sera épargné.

Lino est une jeune fille, autrefois nageuse de compétition, pressentie pour les Jeux Olympiques mais qui a brutalement cessé de s'entraîner. Seule et sans véritable but dans la vie, elle se rapproche de son grand-père, un botaniste passionné. Elle tient un blog pour lui, afin de valoriser et de partager ses travaux de botaniste, sur lequel elle poste les photographie des fleurs qu'il cultive amoureusement.

Peu de temps après, elle apprend le suicide inexplicable de son cousin Naoto, un jeune homme musicien dans un groupe. Mais le malheur continue de s'abattre sur elle, car son grand-père aussi meurt, assassiné. C'est Lino qui le découvre et qui se rend compte aussi que la dernière fleur qui paraissait à la fois le ravir et l'intriguer, une fleur jaune magnifique, a été volée.

Elle est contactée par un homme mystérieux qui se réclame d'une entreprise botanique puissante et qui lui recommande de retirer la photo de la fleur jaune du blog. Cette fleur a l'air de l'intéresser au plus haut point. Très vite, Lino fait la connaissance du jeune frère du mystérieux botaniste, Sōta, étudiant dans la filière du nucléaire.

Ils enquêtent ensemble sur ce meurtre qui les touche de très près tous les deux et les unit plus qu'ils ne pouvaient le prévoir.


Je vous en ai cueillie une : 

« Environ deux mois plus tard, Lino le trouva un jour en train de consulter un gros livre dans le bureau attenant au séjour.
- Qu'est-ce que tu fais ? Tu vérifies quelque chose ?
- Oui, répondit-il d'un ton qui manquait d'entrain.
Elle découvrit sur l'écran de son portable posé sur la table une fleur comme elle n'en avait jamais vu.
- C'est quoi ? Une nouvelle fleur qui a fleuri ?
- Euh... oui, on peut dire ça, fit-il en relevant la tête de son livre.
- Ah bon !
- Tu sais, c'est celle qui venait juste de sortir de terre la première fois que tu es venue. Elle s'est ouverte ce matin.
- Ah, je vois...
Elle se souvenait du petit pot dans lequel elle était. Elle l'avait vue grandir à chacune de ses visites et son grand-père l'avait rempotée deux ou trois semaines auparavant. La fleur jaune avait de fins pétales qui poussaient dans toutes les directions et de longues feuilles effilées. Lino, qui ne s'y connaissait pas en botanique, n'avait aucune idée de ce que c'était.
Elle tourna les yeux vers le jardin et reconnut tout de suite son pot. La fleur n'y était pas.
- Qu'as-tu fait de la fleur ?
- Euh... Elle a fané, c'est dommage.
- Ah ?
Elle sortit une clé USB et la brancha sur le portable, pour sauvegarder la photo.
- Et le nom de cette fleur, c'est quoi ?
- Eh bien...commença Shūji en remettant le gros livre sur l'étagère, je ne peux pas encore te le dire.
- Comment ça ?
- Je n'en suis pas encore certain, je fais des recherches. On verra après. Après.
Les yeux brillants, il regardait l'écran. Lino réalisa qu'il était dans un état d'exaltation. Elle ne l'avait jamais vu ainsi.
- Mais alors, je mets quoi sur le blog ? Que cette fleur n'a pas encore été identifiée ?
Son visage s'assombrit.
- Il ne faut pas mettre cette photo en ligne. Surtout pas.
- Quoi ? Mais pourquoi ?
- Tout ce que je peux te dire, c'est que cela causerait beaucoup de problèmes. Disons que c'est notre secret, d'accord ?
Son ton était sérieux, son regard, rempli d'attente. Il est très content de la floraison de cette fleur, pensa-t-elle.
- D'accord. Je n'en parlerai à personne.
- Désolé, mais je suis sûr que tu comprendras un jour, répondit-il en caressant affectueusement du bout des doigts l'image de la fleur sur l'écran. » (p. 40 et 41)


Alors, alors, cette fleur ?

C'est un roman policier, très classique, avec un personnage de policier attachant, gentil loser qui veut réussir à démasquer le coupable pour obéir aux vœux de son fils qu'il ne voit presque plus et qui a une dette envers la victime qui l'avait tiré d'un mauvais pas deux ans auparavant.

Comme tout bon enquêteur, il suit ses intuitions et sort un peu du cadre légal, rien de bien méchant non plus, on n'est pas chez Ellroy, mais des manœuvres subtiles qui amènent la vérité à se montrer enfin. La subtilité avant tout.

Mais les vrais héros, ce sont ces deux jeunes gens malins, subtils et un peu paumés. Lino, d'une part, qui est très seule depuis qu'elle a décidé brutalement d'arrêter la natation de compétition. Sa vie entière tournait autour des entraînements et des compétitions, la voilà qui se heurte à l'incompréhension de ses proches et qui doit se reconstruire un univers sans maillot de bain. Son seul vrai soutien est son grand-père, un vieil homme bienveillant et doux, qui préfère la compagnie des fleurs à celle des humains car les fleurs ne trahissent personne et dont le grand plaisir est de faire pousser des espèces rares, belles, qui demandent de l'attention et des soins. Comment imaginer qu'on puisse avoir envie de tuer un être aussi charmant et inoffensif ?

Son cousin Naoto, musicien dans son groupe Pendulum, vient de se défenestrer, sans qu'on puisse comprendre ce geste désespéré.

Par amour pour son grand-père, Lino poste la photo de la fleur jaune incroyable qu'il lui avait montrée lors de sa dernière visite. Cette photo déclenche la visite d'un homme qui se fait passer pour un botaniste mais dont on comprend vite qu'il est en réalité le demi-frère de Sōta et qu'il travaille comme haut fonctionnaire pour la police.

Lino et Sōta vont enquêter, chacun a quelque chose à trouver et à se prouver. Lino ne sait plus trouver sa place nulle part puisqu'elle a déçu tout le monde et Sōta se sent mal aimé, il a l'impression de n'être légitime ni dans sa famille ni dans ses études, car la filière nucléaire, après Fukushima, on est en droit de la trouver un peu moins attrayante que prévu.

Très bizarrement, la fleur jaune semble être au liée au crime. Il est vrai qu'elle est étrange car c'est une ipomée, certes, mais d'une couleur qui n'existe pas pour ces plantes-là. Une fleur artificielle, une fleur mutante, alors ? C'est possible, puisque le grand-père de Lino travaillait précisément dans un laboratoire spécialisé dans ces recherches.
Mais de là à le tuer ?

Parallèlement, Sōta retrouve, dans le groupe Pendulum de Naoto maintenant disparu mais qui continue à se produire, une fille qu'il a rencontrée des années auparavant, au marché des ipomées, et qui fut son premier amour. La jeune fille avait, au bout de quelques mois, brutalement mis fin à leur relation sans lui fournir d'explication. Elle semble se cacher encore de lui et le fuir toujours, prétendant ne pas le reconnaître quand il se présente à elle.

La fleur est au centre de ce roman, la « fleur de l'illusion », l'ipomée jaune, fleur interdite dont on dit que celui qui la cultiverait s'y perdrait. Un pan de l'histoire du Japon se rattache à cet interdit, le présent est comme toujours nourri du passé et l'histoire personnelle rejoint l'Histoire nationale.

Dans ce roman, les deux jeunes gens perdent leurs illusions, mais comme on se débarrasse de quelque chose de superflu, qui encombre la vie et empêche de trouver sa place dans le monde. Tous les personnages sont amenés à jouer cartes sur table et à faire face à la vérité, celle qu'ils cachaient depuis des dizaines d'années, celle qu'ils charrient dans leurs veines avec leur histoire familiale, celle qu'ils découvrent, laide et sordide. La vérité qui se fait jour permet à chacun de construire l'avenir car le mensonge paralyse et rend esclave de ses peurs et de ses angoisses.


Un bouquet de musique ?

Pas franchement.
La musique est présente dans le roman puisque Naoto et son groupe sont souvent mentionnés. On assiste même à plusieurs concerts dont un au cours de laquelle Sōta reconnaît en la nouvelle claviériste son ancien amour. Le groupe s'appelle Pendulum et leur chanson emblématique Hypnotic Suggestion.
Il y a bien un groupe qui porte ce nom-là dans la réalité ! Pour vous donner une idée, Hold Your Color.

Un petit coup de pop japonaise tout de même, c'est plus conforme au roman avec The Pillowsスケアクロウ (Scarecrow)

LA FLEUR DE L'ILLUSION - Keigo Higashino - Actes Sud collection Actes Noirs - 352 p. octobre 2016
Traduit du japonais par Sophie Refle

Chronique Livre : LE COLLIER DU RAT NOIR de Pierre Chiron Chronique Livre : LE SICILIEN de Carl Pineau Chronique Livre : L'ASSASSIN QUI AIMAIT PAUL BLOAS de Pierre Pouchairet