Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
LA FORÊT SOMBRE de Liu Cixin

Chronique Livre : LA FORÊT SOMBRE de Liu Cixin sur Quatre Sans Quatre

L'auteur

Liu Cixin est un romancier chinois né en 1963 qui a déjà remporté neuf fois le Galaxy Award qui est le prix le plus prestigieux dédié au genre de la science-fiction. Le Problème à trois corps est le premier tome paru en 2016 chez Actes Sud.


Le résumé

J'ai attendu avec une grande impatience le tome deux de cette trilogie tant j'avais été conquise par le premier volume, chroniqué ici même par mézigue.

Un roman chinois de science-fiction, pensez !

Je vous rappelle à grands traits l'intrigue, mais ça ne suffira pas, je le crains. Lisez-le, c'est captivant et très très bien traduit.

Les habitants de la Terre sont menacés par les Trisolariens qui ont besoin de conquérir un autre espace vital où s'établir. Leur civilisation est incroyablement puissante et les Terriens sont partagés entre désir de s'allier à eux - et d'en finir avec l'espèce humaine - et panique totale. Une société secrète qui révère les Trisolariens comme des dieux, entre en communication avec eux et essaie de favoriser leur invasion terrienne. Mais les gouvernements réagissent à la menace.


Un extrait

« - Lao Zhang, ça me fait drôle de te le dire, mais j'en viens aujourd'hui à penser comme toi. Je ne m'occupe plus de ce que je ne peux pas comprendre. Crois-moi ou non, ça fait déjà quinze jours que je n'ai pas regardé les infos à la télévision. Avant, je me souciais des grands événements, mais c'était parce que les individus pouvaient avoir une carte à jouer, qu'ils pouvaient changer le cours des choses. Mais ça... c'est au-delà de nos compétences. A quoi bon se torturer l'esprit ?
- Mais tu ne peux pas simplement faire comme si ça n'existait pas ! Dans quatre cents ans, il n'y aura plus aucun humain sur cette planète !
- Bah... Dans quatre cents ans, ni toi ni moi ne serons plus de ce monde.
- Et notre lignée qui va s'interrompre ?
- Sur ce point, je n'ai pas le même souci que toi. Mon fils s'st marié aux Etats-Unis, mais il ne veut pas d'enfant, et ça ne me fait ni chaud ni froid. Quant à toi, ta descendance peut encore se prolonger sur une dizaine de générations, non ? Réjouis-toi !
Zhang Yuanchao fixa Yang Jinwen quelques secondes, ouis jeta un œil sur son horlage et alluma la télévision. La chaîne d'infos en continu retransmettait les principales nouvelles de la journée :

Selon un rapport de l'Associated Press des Etats-Unis, ce 29 août à 18 h 30 heure locale, le système de la Missile Defense américaine a exécuté avec succès un exercice de destruction d'un intellectron déployé en faible dimension à une orbite terrestre basse. Il s'agit du troisième essai depuis que les trajectoires d'interception du système de la Missile Defense ont été dirigés vers l'espace. La cible atteinte lors de cet exercice est l'ancienne membrane réfléchissante de la Station spatiale internationale abandonnée en octobre dernier. Le porte-parole du Conseil de défense planétaire (CDP) a déclaré que l'intercepteur, équipé d'ogives nucléaires, avait réussi à détruire la cible sans encombre. La surface de celle-ci était d'environ trois mille kilomètres carrés, c'est-à-dire que la technologie du système de la Missile Defense aurait pu anéantir l'intellectron avant qu'il ait pu se déployer en trois dimensions et prendre la forme d'un miroir réfléchissant potentiellement dangereux pour les habitants de la Terre... » (pages 35 et 36)


Ce que j'en dis (ce que je peux en dire sans trop en dire …)

« Donner de la civilisation aux jours lorsqu'on ne peut plus donner de jours à la civilisation. »

Quand s'ouvre le tome deux, tout le monde sait que la technologie des Trisolariens va leur permettre d'envahir le système solaire dans quatre siècles environ et il est donc décidé de prendre des mesures internationales pour empêcher cette catastrophe. Tout défaitisme est banni de la société qui doit se préparer en vue de l'Ultime Bataille. Afin de lutter contre Trisolaris, et de déjouer leurs plans, quatre Colmateurs sont désignés par le Conseil de Défense Planétaire, quatre hommes qui devront réfléchir en secret aux moyens de lutte, sans communiquer verbalement , sans jamais rien expliquer car les Trisolariens, grâce aux intellectrons qui surveillent et entendent tout ce que les humains se disent, en seraient immédiatement avertis.

Les pouvoirs des Colmalteurs sont infinis, tout ce qu'ils demandent doit être exaucé parce que cela « fait partie du plan », et ils n'ont aucun compte à rendre à qui que ce soit. Leur budget est quasi illimité. Leur but est de tromper l'ennemi et de trouver un moyen secret de gagner l'Ultime Bataille.
Pour voir si leurs plans seront efficaces, ils auront la possibilité d'avoir recours à la technique d'hibernation qui leur permettra de se réveiller plusieurs siècles plus tard, quand ce sera nécessaire.

Ces quatre hommes sont très différents, à la fois dans leurs parcours intellectuels et professionnels, leur nationalité et leurs aspirations. Chacun d'entre eux va essayer de trouver une parade à l'invasion trisolarienne, et va se couper ainsi du monde des humains car plus jamais on ne saura s'ils sont sincères ou s'ils mentent afin de déjouer les intellectrons.

Les plans varient d'un Colmateur l'autre, plus ou moins guerriers - arme de dissuasion massive, poinçonnage mental - plus ou moins coûteux en vie et en argent, plus ou moins difficiles à mettre en œuvre, plus ou moins moraux : « - Votre projet enfreint un principe moral fondamental des sociétés modernes : la vie humaine doit l'emporter sur toute autre considération.  Les nations et les gouvernements ne peuvent exiger des hommes qu'ils prennent part à ce genre de missions suicide. », surtout aussi longtemps à l'avance. Quatre siècles, c'est effroyablement long ...

Mais l'OTT, l'organisation Terre-Trisolaris, risposte en désignant des Fissureurs chargés de contrecarrer leurs plans voire de tuer le Colmateur auquel chacun est affecté.

« L'émancipation de la raison s'accompagne inévitablement d'un progrès scientifique et technologique. »

Les Trisolariens ont peur des humains car ils savent mentir et cacher leurs pensées quand eux en sont incapables, même si leurs avancées techniques sont bien supérieures. C'est d'ailleurs un des éléments majeurs du roman, la lutte entre la ruse dont sont capables les Terriens, avec son lot de revirements et de trahisons, de surprises et de secrets, contre la force implacable des Trisolariens, semblables à des dieux dans leur impassibilité inhumaine. Pour eux rien ne doit venir entraver leur recherche d'un autre espace à coloniser, car c'est ça ou la mort pour eux, leur propre planète ne leur garantissant plus d'avenir. Ce pendant, les Trisolariens sont conscients que les divisions entre les humains et leur incapacité à oeuvrer ensemble d'un commun accord retardent leurs progrès et en font des ennemis affaiblis qu'ils ne devraient pas avoir de mal à vaincre. Dès lors, rien ne les fait reculer...

Les chefs d'Etat et l'ONU en particulier s'inquiètent des projets évasionnistes en vogue qui ont pour but de permettre à ceux qui en ont les moyens de quitter la Terre pour aller vivre ailleurs, fuyant ainsi la menace de la guerre inévitable. Plus tard, le défaitisme sera puni aussi, chacun devant se montrer optimiste et positif pour mener l'humanité à la victoire. Il semble que l'analyse des Trisolariens soit malheureusement assez perspicace, les hommes oscillant d'un sentiment de confiance à un sentiment de défiance absolue. Incapables de fermeté face à la menace, ils sont pathétiquement malléables et passent d'une idéologie l'autre au rythme des peurs et des espoirs qu'on instille en eux ou qu'on leur ordonne d'afficher.

Img 1

Parmi les Colmateurs, on s'attache à un homme, cosmosociologue de son état, Luo Ji. Jeune homme plutôt coureur de jupons, peu enclin au travail mais plutôt à l'introspection. Personne ne comprend pourquoi il a été choisi comme Colmateur même pas la secrétaire générale de l'ONU. Lui-même commence par refuser cette charge qui lui paraît démesurée mais personne ne sait s'il ment ou s'il dit la vérité, personne ne peut le savoir puisque tout est maintenant destiné à leurrer les Intellectrons et donc Trisolaris. Cependant, il est victime d'une tentative de meurtre par un membre de l'OTT et il se rend compte que rien ne le protégera plus désormais et qu'il est impossible de se démettre de cette fonction de colmateur qui lui paraît cependant à la fois absurde, irréalisable et absolument pas à sa mesure.

Autant les autres Colmateurs se mettent au travail chacun dans son domaine de prédilection militaire, politique ou scientifique, autant Luo Ji ne fait rien de tout ça. Il a créé une femme imaginaire et veut simplement vivre coupé de tout, dans un paysage magnifique et très isolé, avec elle. Qu'on la lui trouve et qu'on lui permette de vivre avec elle, c'est sa seule requête. Cinq années de bonheur s'ensuivront, un amour parfait et la naissance d'une petite fille. Mais il va être brusquement tiré de son paradis et il lui viendra une idée pour sauver le monde, finalement, si originale et étonnante qu'il en a presque honte.

De son côté, un commissaire politique, Zhang Beihai, a une idée sur la conduite à tenir pour sauver la Terre. Mais elle doit rester secrète.

Comment parler du reste du roman sans en dévoiler trop ?
Autant le premier tome était axé sur la société chinoise et son passé, autant cette fois-ci rien ne subsiste plus du passé et la société chinoise ne se distingue plus en rien des autres. Les Colmateurs sont de nationalités différentes, d'ailleurs et il s'agit de sauver l'humanité et de mettre en commun les avancées technologiques pour le bien de tous.

Parallèlement, on va basculer dans un univers futuriste, après une ellipse temporelle étonnante et audacieuse, dans lequel les Hibernautes récemment réveillés vont avoir du mal à trouver leur place.

J'aime les questions que ce roman pose encore une fois : la responsabilité individuelle et collective, la capacité de l'homme à mentir et tricher, à trahir, l'aveuglement des humains, leur désir d'être dirigés et de se décharger de toute responsabilité sur quelques hommes qu'ils investissent de tous les pouvoirs sans sourciller, quitte à les conspuer s'ils échouent. Comme dans tous les romans de science-fiction, c'est notre humanité qui est questionnée : face à la menace, face à la possible extinction de l'homme, que faire, comment se comporter, surtout quand elle n'aura lieu que dans quatre siècles ? Un peu le même genre de questions qu'on peut se poser face au dérèglement climatique, par exemple...

Le roman, remarquablement traduit, est délicieusement retors, expert en manipulations psychologiques et trahisons et comporte à la fois des moments contemplatifs très beaux, des personnages attachants ainsi que des scènes d'action étourdissantes et effrayantes.


LA FORÊT SOMBRE - Liu Cixin - Actes Sud - collection Exofictions - 649 pages octobre 2017
Traduit du chinois par Gwennaël Gaffric

illustrations : Pixabay

Chronique Livre : LE PROBLÈME À TROIS CORPS de Liu Cixin Chronique Livres : L'obsession, par James Renner Série Télé : HELIX, un virus bricolé, un huis-clos étouffant et des zombis énervés