Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
LA LETTRE ET LE PEIGNE de Nils Barrellon

Chronique Livre : LA LETTRE ET LE PEIGNE de Nils Barrellon sur Quatre Sans Quatre

photo : Berlin 1945 (Wikipédia)


Le pitch

Berlin, avril 1945 : la ville est en ruine, les derniers débris du Reich s'effondrent dans les hurlements des orgues de Staline. Les Russes sont là, la rumeur enfle, court, terrifie les femmes et les enfants, des hommes, il n'y en a plus, ou si peu, des résidus d'hommes même plus assez bons pour se faire massacrer. Anna Schmidt n'a plus rien, elle déambule dans les ruines pour trouver de quoi se terrer, vivre encore un peu.

Berlin-Est, 1953 : Anna remet une lettre à son cousin Heinrich. Il ne doit pas l'ouvrir, ne sait pas ce qu'elle contient, il devra juste la remettre à Josef, le fils d'Anna s'il lui demande.

Septembre 2012 : un gardien de nuit est tué dans un musée d'Histoire de Berlin, le butin est dérisoire, un peigne avec une croix gammée. La capitaine Anke Hoffer du BKA, chargée des enquêtes sur les crimes potentiellement politiques, ne va pas poursuivre très longtemps ses investigations, d'autres affaires l'attendent à Wiesbaden.

Quelques mois plus tard, le hasard met Hoffer en contact avec Jacob Schmidt venu au commissariat porté plainte après une agression. Il sortait d'un club où il avait joué avec son groupe. Anke est troublée par son témoignage.

Jacob Schmidt ne se sent plus en sécurité, il se sait suivi. Il se souvient alors de la lettre dont son père lui a parlé et part dans une impossible quête, de Francfort à Paris en passant par Berlin...


L'extrait

« - Hé ! Pédale ! Ici, c'est un trottoir privé ! Bouge !
Erich, jusqu'alors hésitant quant à la manière de procéder, sauta sur l'occasion. Ses yeux bleus et ses cheveux blonds seraient son laissez-passer. Il accéléra le pas (son cœur fit de même) et fondit sur le môme. Avec un sang-froid exceptionnel, il vint coller son visage contre celui de son interlocuteur.
- Je pourrai te renvoyer le compliment, gros lard, dit-il d'une voix basse, les dents serrées. Le race aryenne n'a rien à gagner à te garder dans ses rangs. T'es gros, t'as les yeux sombres et si ça se trouve, t'as les cheveux noirs.
Le groupe s'était rapproché, formant un cercle autour d'eux, et attendait dans un silence soudain religieux que l'altercation en vînt aux poings. Erich s'écarta d'un pas, regarda le garçon de la tête aux pieds avant d'asséner :
- T'es juif ?
Le gamin devint rouge. Il hoqueta comme soufflé par la question. Un de ses amis lui tapa l'épaule :
- Alors, David, tu réponds au monsieur ?
L'assemblée éclata de rire.
- Eh ! Samuel ? T'as perdu ta langue ou quoi ? ajouta un autre crâne rasé.
Rires. »


L'avis de Quatre Sans Quatre

La Lettre et le Peigne débute dans un paysage de désolation absolue, en avril 1945, les rues de Berlin en ruine, résidu d'un empire prévu pour mille ans, effondré en à peine douze. Des êtres hagards errent pour tenter de survivre encore un peu. Ils savent à peine pourquoi tant la sidération est grande. Les Russes sont là, ils sont partout. On leur a tant dit qu'ils étaient des sauvages sanguinaires que les rares rescapés du désastre sont tétanisés. Anna, une jeune femme sortie de nulle part, titube entre les chicots de murs dans le fracas des obus et les rafales soviétiques. Quand ce sont les SS qui vous expliquent que les ennemis sont des brutes, on comprend la terreur ! Mais la vie d'Anna ne s'achèvera pas ici. La vie, comme toujours, se glisse entre les gravats...

Ensuite, Nils Barrellon va swinguer entre les histoires d'Anna et de sa descendance, il passe de la République Démocratique d'Allemagne, les débuts de la Stasi et l'Allemagne d'aujourd'hui où des spectres répugnants s'agitent encore. Jacob est un bon gars, simple, musicien sans grande ambition, amant sans trop de conviction d'une jeune institutrice, orphelin sans histoire, heureux avec ses potes. Jusqu'à cette tentative d'enlèvement devant chez lui. Celle-ci va l'entraîner dans une course-poursuite démente au cours de laquelle il va découvrir bien des secrets sur ses origines, et pas des plus simples à assumer...

En dehors des passages historiques passionnants, Jacob tient le roman, il est la pièce centrale et l'auteur lui fait vivre un enfer. De sombres individus, un peu stupides mais pugnaces, le traquent à travers la France et L'Allemagne. Anke Hoffer lui vient en aide presque par hasard, mais il est avant tout seul. C'est son chemin, il doit l'affronter ou périr. Mère française, père est-allemand, il est le fruit direct de la guerre froide, de la fin de la seconde guerre mondiale même. Mauvaise nouvelle pour l'humanité, la même saloperie raciste, antisémite, xénophobe persiste à corroder la société. Elle redresse de plus en plus la tête, partout, même en Allemagne qu'on avait longtemps cru vaccinée contre cette lèpre.

Outre son écriture vitaminée, ce thriller percute également parce que personne ne sait vraiment après quoi il court. Le lecteur le découvre en même temps que les protagonistes, sursaute aux déconvenues de Jacob, aux rebondissements qui fourmillent. Avant de terminer sur un final totalement incroyable, inouï. Le culte du secret aussi bien chez les poursuivants que chez les ascendants de Jacob donne une course à l'aveugle, guidée seulement de quelques jalons plantés par sa grand-mère, Anna. S'il faut en tirer une morale, peut-être est-ce celle que le fascisme et l'horreur n'est pas forcément morte en avril 1945 dans un bunker de Berlin, la relève est là, aux aguets...

La Lettre et le Peigne, ce sont deux récits parallèles, Jacob, la proie, suit sa route, cherche cette damnée lettre sur laquelle il a si peu de renseignements, ses prédateurs chassent Jacob sans savoir après quoi il court. Chaque page est une découverte, un rebondissement, un piège, le final termine le boulot et vous laisse pantois !

Pour tout savoir sur le propriétaire du peigne volé au musée, sur le contenu de la lettre mystérieuse, qui vaut vraiment le détour, suivez les tribulations de Jacob et des brutes qui le poursuivent, vous gagnerez au passage un petit voyage dans l'ex RDA, pas vraiment un pays pimpant...


Notice bio

Nils Barrellon est né en 1975 à Bron. Des parents professeurs et une enfance paisible dans la banlieue lyonnaise… Avant d’obtenir le Capes de Sciences Physiques à 21 ans. Puis c’est l’exil en région parisienne pour ses premiers postes d’enseignant. Il enchaîne avec le conservatoire d’art dramatique puis se met à écrire, tout d’abord des comédies avant de se lancer dans la littérature, la noire ! Il est déjà l'auteur de plusieurs ouvrages.


La musique du livre

Jacob est bassiste dans un groupe qui reprend des standards du jazz, ils interprètent, entr'autres titres, But Not For Me de Chet Baker.

La capitaine Anke Hoffer narre l'historique du mouvement skinheads à Jacob et évoque la partie musicale raciste de cette sinistre saga, le groupe Screwdriver qui a fait preuve d'un prosélytisme, en se bouchant le nez et aussi un peu les oreilles, parce que c'est assez mauvais, juste en référence, White Power.

Jacob, bien avant le début de ses déboires, offre à son père l'album Flashpoint des Rolling Stones, Josef écoute Ruby Tuesday pour commencer.

Ce même Jacob qui se souvient des Noël de son enfance, en Allemagne de l'est, où son père mettait Weihnachten in Familie interprété par Aurora Lacasa & Frank Schöbel sur le poste à cassettes.


LA LETTRE ET LE PEIGNE – Nils Barrellon – Jigal Polar – 290 p. septembre 2016

Bilan 2020 : Les 20 articles les plus lus Top 10 : Les THRILLERS pour Noël 2020 Chronique Livre : FACE MORT de Stéphane Marchand