Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
LA PEAU DES ANGES de Michael Katz Krefeld

Chronique Livre : LA PEAU DES ANGES de Michael Katz Krefeld sur Quatre Sans Quatre

photo : racolage nocturne (Le Monde)


L'auteur

Michael Katz Krefeld est un auteur danois né en 1966. Il a écrit des scénarios de courts-métrages et de séries télévisées danoises ainsi que des romans policiers. Ce roman est le premier qui met en scène Thomas Ravnsholdt, dit Ravn, le flic devenu détective privé.


L'extrait

«                                                                                                                                                                  

Copenhague, le 16 octobre 2010

Le garage désaffecté était sombre et désert. Seul le ronronnement du générateur, dans un coin de l'atelier, rompait le silence. De l'étroite fosse à vidange qui s'étirait au centre du garage s'échappait une lueur bleuâtre. Au fond, une lampe d'inspection brillait faiblement et, à côté, sur le béton dégoûtant, gisait une femme nue, recroquevillée sur elle-même. Elle avait le corps meurtri et présentait de larges hématomes sur les bras et les jambes. Le sang qui s'était écoulé de sa blessure à la tempe avait coagulé dans ses longs cheveux blonds. Son dos et ses fesses portaient des lacérations rouge vif de forme sinueuse comme si elle venait d'être fouettée.
Masja fixait de ses yeux écarquillés les néons de la lampe devant elle. Elle haletait. Elle sentait l'adrénaline et la peur tourner en rond dans son corps. Chacun de ses muscles était tendu et elle avait la gorge nouée par la soif. Lentement, elle essaya de se lever, mais ses affreuses douleurs dans le bas-ventre l'en empêchèrent. Elle n'avait aucun souvenir de la façon dont elle avait atterri au fond de ce trou puant. Elle avait trop mal partout pour pouvoir penser de manière lucide. Elle fit une nouvelle tentative pour se lever en s'appuyant contre la paroi en béton humide et glaciale. Dans le garage, la température devait frôler les zéro degré et elle grelottait. Plus loin dans la fosse, il y avait un petit tas de vêtements. Une robe rouge en soie, un string et des bottes en cuir couleur café. Elle les reconnut. C'étaient les siens. » (p. 13)


L'histoire

A Stockholm, on trouve de temps en temps dans les décharges des cadavres de femmes recouverts de plâtre et enfoncés dans les détritus jusqu'aux genoux.

Une jeune femme, Masja, prostituée, est vendue par son mec à la pire ordure qui soit pour solder sa dette de jeu. Il contrôle un réseau de prostituées étrangères et sa cruauté – c'est un ancien militaire qui a fait la guerre de Tchéchénie- n'a d'égal que sa toute-puissance. Masja disparaît de la surface de la terre.

Parallèlement, à Chritianshavn, au Danemark, Thomas Ravnsholdt, inspecteur de police pour le moment en congé suite au meurtre non élucidé de sa femme Eva, erre, imbibé d'alcool et en proie à un cafard surpuissant.

Et c'est à lui que Johnson, son ami et barman, s'adresse pour retrouver Masja, où qu'elle soit.


Ce que j'en dis :

Deux histoires intriquées, celle de Masja et celle de Thomas, à cheval sur la Suède et le Danemark. Deux êtres qui survivent comme ils peuvent au tournant complètement déraisonnable qu'a soudain pris leur vie, sans crier gare, sans leur demander leur avis. La prostituée d'un côté, le flic de l'autre. Et la vie qui leur plante soudain son cran d'arrêt dans le ventre.

Thomas n'a plus de goût à rien, il traîne dans les bars et cherche à savoir si le chagrin est soluble dans l'alcool. Il n'ose même plus rentrer dans son appartement, l'appartement dans lequel il a découvert sa femme gisant le crâne défoncé dans une mare de sang. Un vol qui a mal tourné, le coup de pas de bol pendant qu'il avait le dos tourné, mis en retard par une enquête de merde ne débouchant sur aucun résultat. Comme il a un peu mis le canon de son arme de service dans la bouche d'un suspect, on l'a gentiment placé en congé. Thomas, on ne sait plus comment lui parler sans avoir peur de lui faire mal, faut dire qu'il n'encourage pas la parlotte depuis qu'il est tout le temps dans un état éthylique avancé. Comme il souffre trop de retourner dans son appartement parce que c'est juste pas possible de retrouver les odeurs, les vêtements, les livres, les disques d'Eva sans avoir envie de mourir immédiatement, il se réfugie avec son chien Møffe, un bouledogue très affectueux, envahissant et pas très propre, sur son bateau - un vieux voilier déglingué et qui prend l'eau – amarré à côté de celui de son ami Eduardo, qui veille sur lui comme il peut et s'occupe aussi du chien, accessoirement, quand Thomas n'est pas là.

L'autre ami de Thomas, c'est Johnson, le barman qui voit Thomas s'abrutir chaque jour un peu plus sans savoir comment faire pour l'aider.

« - Celle-là, tonna une voix dans le noir. On l'a déjà bien dressée! »

Masja, elle est lituanienne. Elle est belle, beaucoup trop belle pour son sale type de copain, Igor, un connard fini qui joue aux cartes avec des plus gros et moins stupides que lui et qui perd, évidemment. Alors que fait-il, à votre avis ? Mais c'est tout simple : plutôt que de perdre sa grosse BMW adorée et de devoir rembourser le reste de sa dette, il vend sa copine ! Ben tiens, pas bête!Alors voilà comment ça se présente,explique Slavros, celui devant qui tout le monde a la trouille et à qui elle appartient désormais : elle démarre avec une dette à rembourser qu'elle n'a même pas contractée, ça va lui prendre quelque chose comme plusieurs années pour le faire, puisque des frais viennent sans cesse s'ajouter à sa dette initiale, rendant dérisoires et encore plus vitale chaque passe. Elle travaille dans un bar avec d'autres filles et fait monter les clients, les taureaux comme les filles les appellent, dans des locaux immondes, avec l'obligation d'accepter tout ce qu'on lui demande sans rien refuser sous peine d'être frappée, punie, mutilée. Toute tentative de rébellion est très sévèrement réprimée, tout manquement puni, toute velléité de discuter quoi est lourde de conséquence. On les dope pour les faire bosser, elles se cament presque avec gratitude parce que c'est la seule manière, avec l'alcool, de s'anesthésier assez pour survivre. Elles ont toutes en tête les filles mutilées ou tuées par Slavros ou ses hommes de main parce qu'elles avaient osé ne pas être assez soumises.

« Je suis Masja. Je ne suis rien. »

Masja se soumet, accepte comme les autres de tout subir. Mais elle, elle écrit son journal pour se souvenir, parce qu'elle garde l'espoir de revoir sa mère encore au Danemark, parce qu'elle a besoin de garder un tout petit endroit de sa conscience encore à elle, secrètement intact. Elle puise dans ce carnet sa force de survie. Mais sa situation ne fait qu'empirer, bientôt elle dégringole encore un peu plus bas, si c'était possible, esclave dans le bordel secret que possède Slavros...
Un jour, Johnson demande - pari tout à fait fou mais qu'il tente quand même, on ne sait jamais - à Thomas d'enquêter sur la disparition de la fille de sa femme de ménage qui est sans nouvelles d'elle depuis deux ans. Elle la savait à la colle avec un crétin du nom d'Igor. Elle s'appelle Masja. Il s'en tamponne, Thomas, sa femme à lui est morte alors les disparues, qu'est-ce que ça peut bien lui faire. Et puis l'instinct du chasseur revient...

D'abord aborder sans fard la prostitution, et dire que l'avoir rendue hors la loi n'a fait que rendre les choses plus difficiles pour les prostituées qui travaillent cachées et sans plus aucune protection, sans visiblité. Montrer l'asservissement, le dressage, l'esclavage, la dépendance à la came et à l'alcool, la peur et le dégoût de soi-même qui rend tout impossible à part la soumission totale. Dans une scène, une des femmes est étranglée devant les autres juste pour leur montrer que Slavros est très très sérieux. Très très vicieux aussi, avec ces dettes qui ne diminuent jamais et ces différents degrés d'avilissement dans la prostitution,comme les cercles de l'enfer, le dernier, le plus dur, dans lequel elles sont à peine nourries, à un souffle de la mort. C'est à ce moment-là que Slavros les donne à la Hyène...

Et puis ce personnage de Thomas qui va au-devant des coups et des ennuis, regrettant à chaque fois d'être encore en vie, mettant son désir de mort au service de Masja, qu'il faut sauver, coûte que coûte finalement, une vie sauvée pour accepter la perte de l'autre. Un chemin de croix pour pouvoir se retrouver.


Une playlist ad hoc

Beaucoup de titres dans le récit, une petite sélection de ce que vous pourrez y découvrir en plus de Gasolin' - Love Kellerman, Mr DT, AC/DC - Highway To Hell, Lisa Nillson - I hörnet av hjärtat, Kim Larsen - This is My life, Hall and Oates - The essential, Patsy Cline - Crazy.

Daryl Hall - Everytime You Go Away

Joe Cocker - You can leave you hat on

Tina Turner - Private dancer 

Charlie Parker - Summertime


LA PEAU DES ANGES - Michael Katz Krefeld - Actes Sud - collection Actes Noirs 400 p. janvier 2017
Traduit du danois par Frédéric Fourreau

Chronique Livre : L'AFFAIRE SUISSE de Jean-François Paillard Chronique Livre : EN MOI LE VENIN de Philippe Hauret Chronique Livre : COUP DE VENT de Mark Haskell Smith