Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
LE JOUR DE MA MORT de Jacques Expert

Chronique Livre : LE JOUR DE MA MORT de Jacques Expert sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

Charlotte est une jolie jeune femme sans histoire. Elle a un travail qui lui plaît, un petit ami avec qui elle s’apprête à se marier, un chat. Elle se dit heureuse. Cependant, cette nuit d’un dimanche d’octobre, elle se réveille en sueur, tremblante de peur, à l’affut du moindre bruit. Elle est seule chez elle, il est minuit passé. On est le 28 octobre. Le jour de sa mort.

Trois ans plus tôt à Marrakech, Charlotte et trois copines sont allées consulter un voyant. Toutes les prédictions faites à ses amies se sont avérées exactes. Qu'en sera-t-il de Charlotte à qui il avait annoncé une mort violente le 28 octobre.

Commence alors un suspense de tous les instants.

La jeune femme est-elle victime d'une paranoïa alimentée par l'effrayant souvenir ou est-elle réellement en danger alors que rôde dans la ville un tueur psychopathe ?


L'extrait

« Les liens martyrisent ses poignets. Elle crie de douleur. Ils sont serrés si étroitement, ils lui lacèrent les chairs. Pieds et mains ligotés, Charlotte ne peut faire le moindre mouvement. Elle est à sa merci, elle est sa proie. Elle sent dans son cou le souffle de l'homme qui la tient prisonnière. Sa voix est rauque : « Reste tranquille, Charlotte, tu n'as pas de raison d'avoir peur, je ne vais pas te faire souffrir, je ne suis pas méchant. Alors sois gentille et jouons ensemble. Tu es d'accord ? » Ces mots portent sa panique à son paroxysme, elle se sait perdue. C'est ce qu'il veut.
Elle tremble d'effroi, pleure. Elle est en nage, ses larmes se mêlent à la sueur qui coule de ses cheveux blonds. Elle gémit.
« Tu n'as pas confiance en moi ? » chuchote-t-il à son oreille.
Elle sent son haleine, son odeur, un mélange de transpiration et de musc.
Elle secoue la tête avec affolement.
Il insiste, les lèvres collées à son oreille : « Plus fort, je n'entends pas ! » Il arrache d'un coup sec le ruban adhésif collé à sa bouche. « Je ne comprends pas, Charlotte, c'est oui ou c'est non ? »
Elle hoche frénétiquement la tête.
« Dis oui, j'ai envie de l'entendre.
- Oui, marmonne-t-elle, vaincue, avant de lui remettre le bâillon.
- Bien... je suis content... Et toi, Charlotte ? Tu es contente ? »
Elle baisse la tête, soumise.
Il répète : « je ne te ferai aucun mal »
Comment le croire, alors qu'il a ôté la cagoule qui dissimulait son visage, en disant : « Bonjour, Charlotte » ?
Maintenant qu'elle l'a vu, qu'elle pourrait le décrire, elle réalise qu'elle ne survivra pas. C'est impossible... Elle a vu cela dans un film où le tueur fait exprès de se dévoiler pour que sa victime n'ait plus d'espoir. Pour le seul plaisir d'ajouter cette certitude atroce à son supplice. » (p.9-10)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Tout commence par un cauchemar et se poursuit DANS un cauchemar. Seule dans son appartement parisien, au troisième étage d'un immeuble déserté par ses habitants pour cause de week-end, Charlotte se réveille en sursaut alors qu'elle est sur le point de se faire assassiner par un psychopathe. Enfin, c'est ce qu'elle vient de rêver. Son compagnon n'est pas à ses côté, il est en voyage d'affaire à Dubaï, les voisins sont tous partis, ne reste qu'un vieil homme sourd au premier étage, un rustre aux horaires décalés au cinquième et la concierge - une garce finie avec qui elle s'est embrouillée plusieurs fois - dans sa loge près du local poubelle. Charlotte a peur parce qu'un voyant marocain lui avait annoncé sa mort précisément pour aujourd'hui. Une mort violente, atroce, avant minuit le 28 octobre, trois ans après qu'elle l'ait consulté. Aujourd'hui. Encore près de 23 heures à tenir pour que la prédiction ne se réalise pas.

Charlotte n'y croit - ne veut - pas plus que cela à ces âneries, c'est une jeune femme moderne, indépendante, travaillant dans la communication, pragmatique, même si un fond d'angoisse ne la quitte jamais et qu'elle présente une certaine tendance à la paranoïa. Rien de grave, mais vu les circonstances, ça ne va pas aider. Elles étaient trois amies chez le médium et les prévisions du type se sont avérées exactes pour les deux autres malgré leurs caractères incroyables. Alors pourquoi pas celle qui lui a été faite ? Surtout que, comble de malchance, un tueur en série rôde dans Paris, un cinglé qui cible les jeunes femmes blondes, juste en-dessous de la trentaine, propriétaire d'un chat. Il viole et tue ses proies, mais également leur animal de compagnie préféré. Exactement son profil. En-dehors de Jérôme, le fiancé en voyage, le second amour de la vie de Charlotte est Grichka, son chat...

Vous voilà prévenu, telle la chèvre de monsieur Seguin, Charlotte va devoir lutter durant vingt-trois heures contre cette mort annoncée. Réalité d'une menace, ou auto-persuasion, les signes ne manquent pas pour alerter Charlotte, se multiplient même. Au fil des minutes, la jeune femme va se persuader que sa vie est bien en grand danger, elle va vivre vingt-trois heures de terreur absolue, entrecoupées d'espoir aussitôt déçus par les faits ou d'insidieux soupçons qui gâcheront le soulagement trop court éprouvé. Rien pour écourter l'attente, le sommeil impossible et peu de distractions. Juste le vide et la lenteur du temps, des minutes interminables, de heures s'allongeant sur une éternité.

Comme à son habitude, Jacques Expert distille le suspense et la peur grandissante de Charlotte en virtuose, le lecteur frémit avec elle, soupire lors des embellies pour mieux replonger dans l'épouvante au moindre doute. Montagnes russes émotionnelles garanties du début à la fin, des moments de tensions inouïs succèdent aux quelques plages d'instants de triomphes éphémères. À vivre ainsi avec Charlotte, on en apprend un peu plus sur elle, on comprend doucement pourquoi elle est aussi sujette à la panique, on soupçonne, avec elle, tout son entourage et chaque passant ou locataire d'être l'égorgeur de chats et de blondes. À la fin de cette lecture, vous serez à peu près aussi épuisés que Charlotte qui jamais ne renonce, résiste, minute après minute, contre ce temps qui ne passe pas, contre les coups du sort qui semblent s'acharner contre elle. Tenir jusqu'à minuit, passer au 29 octobre, voilà son unique objectif, faire mentir le devin.

Parallèlement, on suit avec intérêt les préparatifs du psychopathe, organisé, méthodique, calme, en opposition à la peur et aux actions brouillonnes de Charlotte, un peu comme si l'on assistait à une projection sur deux écrans séparés d'une même journée, en se demandant anxieusement si, et quand, quand ces deux images vont fusionner pour parvenir au terme de cette intrigue diabolique. On en arrive presque à l'espérer, songeant que Charlotte saura faire face et triomphera, impossible de ne pas la soutenir, elle fait montre de tant de détermination... Quelques autres personnages traversent le roman, mais vu avec les yeux de Charlotte, à travers son angoisse permanente, ils sont tous d'une ambiguïté telle qu'on ne sait jamais sur quel pied danser.

Un récit millimétré, précis, du superbe travail d'horlogerie dans lequel chaque rouage est essentiel, la marque de Jacques Expert, maître en suspense intense et en twist final machiavélique. Un thriller de grande classe !


Notice bio

Jacques Expert a été grand reporter à France-Info et France-Inter pendant 15 ans puis producteur et rédacteur en chef pour TF1 avant de devenir directeur des magazines de M6 et directeur général adjoint de Paris Première puis directeur des programmes de RTL. Il mène aujourd'hui une carrière d'écrivain, en particulier de polars avec des livres comme Adieu (2012), Qui (2013), Deux Gouttes d'Eau (2015) ou Hortense (2016), déjà chez Sonatine Éditions.


LE JOUR DE MA MORT – Jacques Expert – Sonatine Éditions – 319 p. avril 2019

photo : Pixabay

Actu #14 : avril/mai/juin 2019 Chronique Livre : LE COEUR ET LA CHAIR de Ambrose Parry Chronique Livre : 3 HEURES de Anders Roslund