Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
LE MAUVAIS CHEMIN de Mikel Santiago

Chronique Livre : LE MAUVAIS CHEMIN de Mikel Santiago sur Quatre Sans Quatre

L'auteur

Mikel Santiago est un écrivain espagnol qui a vécu aux Pays-Bas et en Irlande. C’est son deuxième roman publié chez Actes Sud mais il a aussi écrit des nouvelles, des récits et un thriller en 2017  : L’étrange été de Tom Harvey.


L’histoire

Bert est un écrivain de thrillers, les romans avec beaucoup d’adrénaline et de sang qui jaillit d’artères fraîchement coupées. Est-ce que c’est ce qu’il rêve d’écrire ? Pas forcément mais ça l’a rendu riche et il s’est engagé à continuer à faire vivre son personnage de tueur psychopathe.

Sur le plan personnel, ça ne va pas fort entre sa femme Miriam et lui, et leur fille de 16 ans Britney a frôlé l’overdose l’an passé. Ils se sont donc donné un peu de temps pour recoller les morceaux, en France, à Saint-Rémy de Provence, dans une superbe maison qu’ils louent en attendant de voir.

Son meilleur ami, Chucks, une star du rock dont la célébrité a pris un coup de vieux et qui a eu quelques difficultés à gérer le réel sans aide chimique, vient lui aussi se requinquer au soleil provençal, au grand dam de Miriam qui trouve qu’il a une mauvaise influence sur Bert qui a eu quelques soucis de dépendance, lui aussi.

Mais un jour, Chucks renverse un type, couturé de cicatrices, manifestement apeuré, qui, avant de mourir, lui confie un mot : ermitage.

Les ennuis commencent...


Un extrait :

« Tout a commencé quand Chucks a cessé de répondre au téléphone et aux mails pendant plusieurs jours, ne donnant aucun signe de vie, même sur WhatsApp, sans doute cloîtré dans sa cave, à enregistrer non-stop et à dormir sur le canapé.
Et s’il lui était arrivé quelque chose ?
Je lui ai envoyé un message mercredi, j’ai essayé de le joindre jeudi soir, mais il n’a même pas pris la peine de répondre : « Désolé. Occupé. » Cette semaine-là, entre les coups de fil des journalistes et les courses avec Miriam pour faire le plein de nappes, coffres, chandeliers en bronze et autres babioles qui allaient saturer notre grotte provençale déjà bien encombrée, je n’avais pas franchement chômé non plus. J’étais donc sans nouvelles de Chucks depuis quatre jours et ça a fini par m’inquiéter.
J’avais d’abord pensé que son silence n’avait rien d’alarmant, qu’il était sans doute parti faire une virée en mer avec Jack Ontam et ses poulettes, en Italie, mais dans ce cas pourquoi ne pas m’avoir prévenu la dernière fois qu’on s’était parlé ? Quatre jours plus tôt, au Sapin Rouge, le bar situé à mi-chemin entre nos deux maisons, on s’était quittés sur un « À très vite ».
À présent, ce vendredi 25 mai au matin, je me trouvais seul chez moi, les femmes de la famille étant parties de bonne heure, Miriam pour visiter une galerie niçoise, Britney, au lycée Charles-de-Gaulle, où l’année scolaire tirait à sa fin. J’avais fait mes étirements, mon yoga, ma série de cent abdos et je m’apprêtais à attaquer ma « dure » journée d’écrivain.
Je m’étais servi un café, j’avais posé deux beignets dans mon assiette (ce qui me vaudrait vingt abdos supplémentaires) et, la tasse à la main, j’avais traversé le jardin jusqu’au cabanon en bois qui me servait de lieu de travail. J’ai allumé mon Mac et vérifié sur mon téléphone si Chucks avait répondu à mon dernier message (« T’es toujours en vie ou quoi ? »), mais rien. On en était à quatre jours de silence radio. » (p. 11 et 12)


Moi, j’en dis que :

Bert Amandale est un écrivain britannique. Après plusieurs romans publiés, il a enfin décroché le jackpot en écrivant un thriller qui a super bien marché, et qui fera même l’objet d’une adaptation cinématographique. Après avoir claqué du fric sans compter et sans écrire, Bert doit se rendre à l’évidence : la suite de ce roman à succès est attendue et il faut s’y mettre. L’angoisse de la page blanche associée à celle d’être à la hauteur du succès précédent… les petites pilules défendues – promesse faite à Miriam, nouveau départ en France oblige - sont cachées mais disponibles…

Miriam s’occupait d’une galerie de peinture, à Londres. Au bout de quinze ans de mariage sans ombre, voguant de succès en succès et menant une vie très divertissante, Bert et Miriam ont chacun donné un gros coup de canif dans le contrat et abouti à la presque rupture. Leurs intempéries conjugales ont ébranlé leur fille unique Britney qui a fini par être retrouvée en overdose dans un appartement miteux.

Tous les trois ont choisi de se donner une nouvelle chance en quittant Londres pour s’installer loin de tout au soleil de Saint Rémy.

La barque tangue évidemment, Britney regrette Londres et les époux doivent réapprendre à se faire confiance mais, bon an mal an, chacun se débrouille pour s’acclimater et se recréer une vie agréable. Les amis ne manquent pas à Britney grâce au lycée, et elle s’est fait remarquer en chantant magnifiquement au spectacle de noël qui s’y est donné. Depuis, elle a trouvé d’autres musiciens et va de fêtes en répétitions sur son scooter, avec l’assentiment de ses parents qui oscillent entre inquiétude de la voir faire des bêtises à nouveau et nécessité de la laisser voler de ses propres ailes.
Miriam a trouvé des amis qui correspondent à son idée du standing : riches et ayant pignon sur rue, propriétaires de belles grosses bagnoles et de larges villas, parfois même de gros bateaux de plaisance...

Surgit dans le paysage celui par qui le malheur arrive, le meilleur ami de Bret, ancienne rock star tombée dans tous les pièges que l’on devine, ayant même fait un séjour en HP pour une crise de paranoïa violente : Chuks. Ils se connaissent depuis l’enfance, ces deux-là et se sont enfuis de leur minable chez eux à 16 ans pour aller chercher fortune à Londres. Et ça ne leur a pas trop mal réussi, la gloire et la célébrité étaient bien au rendez-vous, sauf que Chucks n’a plus rien produit depuis un bon paquet d’années, neurones un peu inhibés par l’afflux de substances licites et prohibées qu’il avait l’habitude de prendre en partie pour surmonter le décès tragique de sa femme Linda, amie de Miriam. Et il est très seul. Tellement seul qu’il a décidé de venir s’installer tout près de Bert, son seul ami, et ça, ça a le don d’énerver Miriam. Il a d’ailleurs les meilleures raisons du monde puisqu’il enregistre un super nouvel album qui va le remettre en selle, c’est sûr !

On se doute très vite que, fidèle à sa réputation « d’aimant à emmerdes », Chucks va vite venir déranger le plan Réconciliation et Bonheur retrouvé de Miriam.

Et, bien sûr, un soir où les deux amis ont un peu abusé de la boisson, Chucks, en rentrant chez lui, heurte un type manifestement bouleversé, présentant de vilaines coupures à la tête. Il sort de son véhicule et se porte à son secours mais l’homme meurt en prononçant le mot « ermitage ».

Au lieu d’appeler les secours et de rester les attendre, Chucks s’enfuit, dans un état de panique totale car il a reconnu le blessé. C’est un journaliste spécialisé dans les investigations qui peuvent rapporter pas mal d’ennuis, et Chucks l’a déjà rencontré dans une soirée.

Plus tard, pris de remords, il retourne sur les lieux de l’accident : plus de corps. Plus aucune trace. Il furète dans les lieux alentours, champs, forêt bordant une clinique de désintoxication super luxe pour givrés VIP, mais rien.

Bien sûr, il appelle Bert et lui raconte toute l’histoire, ajoutant qu’il a fait quelques recherches sur ce journaliste et qu’il semble avoir été sur les traces d’une organisation assez mystérieuse mais puissante qui pratique des expérimentations horribles sur des humains… Il explique aussi qu’il se sent surveillé et qu’il entend des voix dans son enceinte…

Les hallucinations sont fréquentes chez Chucks, Bert le sait bien, et il est à peu près sûr que son copain déconne à pleins tubes cette fois encore mais il est troublé et étonné de se rendre compte qu’aucun accident n’a été signalé cette nuit-là.

Et puis Chucks est retrouvé mort dans sa piscine…

Absolument dévasté par ce deuil, Bert va continuer ce que Chucks avait entrepris et mener l’enquête. Bien moins habile que les personnages qu’il met en scène, il commet beaucoup d’erreurs et se retrouve pris dans un engrenage terrifiant, aux prises avec des criminels complètement dingues qui sont bien pires que ce tueur qui a fait le succès de ses thrillers.

En dire plus serait en dire trop, vous m’en voudriez de divulgâcher, je le sais.

Disons simplement que les apparences bien tranquilles cachent un secret effroyable et que le suspense est à peu près aussi chaud que les températures estivales 2018…


Musique

Bob Marley - Buffalo Soldiers

The Beach Boys - Sloop John B

The Beatles - Black Bird

The Rolling Stones - Time Waits for no One

The Rolling Stones - Tumbling Dice

Off the Record - My Morning Jacket


LE MAUVAIS CHEMIN - Mikel Santiago - Éditions Actes Sud - ciollection Actes Noirs - 336 p. juin 2018
Traduit de l’espagnol par Aline Valesco

photo : Quatre Sans Quatre

Chronique Livre : LE TROISIÈME RAPPEL de Gilles Sevastos Chronique Livre : LES RETOURNANTS de Michel Moatti Radio : DES POLARS ET DES NOTES #50