Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
LES CICATRICES de Claire Favan

Chronique Livre : LES CICATRICES de Claire Favan sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

Centralia, État de Washington. La vie d’Owen Maker est une pénitence. Pour s’acheter la paix, il a renoncé à toute tentative de rébellion.

En attendant le moment où il pourra se réinventer, cet homme pour ainsi dire ordinaire partage avec son ancienne compagne une maison divisée en deux. Il est l’ex patient, le gendre idéal, le vendeur préféré de son beau-père qui lui a créé un poste sur mesure. Un type docile. Enfin, presque. Car, si Owen a renoncé à toute vie sociale, il résiste sur un point : ni le chantage au suicide de Sally ni les scènes qu'elle lui inflige quotidiennement et qui le désignent comme bourreau aux yeux des autres ne le feront revenir sur sa décision de se séparer d’elle.

Mais, alors qu’une éclaircie venait d’illuminer son existence, Owen est vite ramené à sa juste place. Son ADN a été prélevé sur la scène de crime d’un tueur qui sévit en toute impunité dans la région, et ce depuis des années. La police et le FBI sont sur son dos. L’enfer qu’était son quotidien n’est rien à côté de la tempête qu’il s’apprête à affronter.


L'extrait

« Un sourire flottant sur les lèvres tandis qu'il entend encore le rire de Jenna, Owen s'apprête à aller se coucher quand quelqu'un se met à cogner contre la porte avec frénésie. C'est la douche froide. Il fait le geste de poser la main sur la poignée avant de se souvenir qu'il est cul nu et de foncer dans sa chambre pour se rhabiller. Sally l'appelle.
- Owen. Ouvre immédiatement ! Je sais que tu es là !
Il revient aussi vite que possible, c'est-à-dire avant qu'elle ameute tout le quartier. Dès qu'il voit son visage anguleux, il se crispe sous l'effet d'une colère rentrée qu'il n'a jamais eu l'occasion d'extérioriser.
- Qu'est-ce que tu veux ?
- Entrer.
En voyant son expression hagarde, il décide de couper court au cortège de complications que cette phrase va drainer dans son sillage et s'interpose pour l'empêcher de passer à l'acte.
- C'est inutile, Sally. Nous en avons déjà discuté des dizaines et des dizaines de fois. Je ne reviendrai pas avec toi. Je ne peux pas ! lance-t-il d'un ton qu'il voudrait fort, mais qui au final semble plus suppliant qu'autre chose.
Elle se jette sur lui et se met à frapper sa poitrine avec les poings.
- Espèce de salaud ! Je t'aime ! Tu n'as pas le droit de fréquenter d'autres filles alors que moi, je souffre...
Calmement, comme à chaque fois qu'elle s'en prend physiquement à lui, il la tient à distance en espérant que la crise sera de courte durée.
- Sally, je t'en prie. Tout le monde te voit te donner en spectacle, lâche-t-il, les dents serrées.
À cette heure tardive, ses hurlements de folle hystérique ont attiré l'attention de leurs voisins. Owen aperçoit plusieurs têtes curieuses surgir aux fenêtres éclairées. Sally se fige.
- Ne me laisse pas, Owen..., pleurniche-t-elle en posant le front sur son torse.
Son contact lui répugne à un point qu'il ne saurait même pas exprimer. Il a un mouvement de recul.
Quand il l'a rencontré, Sally était une jolie blonde élancée, beaucoup plus jeune que lui, capricieuse et trop gâtée. Ses bons côtés compensaient toutefois ses défauts. À présent, elle ressemble à un sac d'os. Un sac d'os totalement barge ! » (p. 25-26)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Même si l'on est un brave type, la situation d'Owen Maker n'est pas tenable. On se demande comment il a pu accepter de se retrouver coincé à ce point. Sally, son épouse, dont il est séparé, très fortement perturbée psychologiquement, lui fait tous les jours du chantage au suicide, il ne compte plus les appels aux services d'urgence afin de la sauver, lui rend la vie infernale. Dans son esprit malade, Owen doit revenir sur sa décision et vivre de nouveau avec elle. Même divorcés, ces deux-là habitent dans la maison dans laquelle ils vivaient en couple, qu'ils ont aménagée en deux logements distincts. De plus, Owen travaille dans l'entreprise de son ancien beau-père qui fait quotidiennement pression sur lui afin qu'il accepte de vivre à nouveau avec Sally. Un petit enfer personnel qui s'est transformé peu à peu en train-train déprimant. Maker fait tout ce qui est en son pouvoir afin d'éviter les crises de jalousie et les tentatives théâtrales de suicide. Jusqu'au jour où il rencontre Jenna, une technicienne de police scientifique avec qui il noue une relation qu'il aimerait approfondir.

Owen Maker vit à Centralia, une petite ville de la banlieue de Washington où sévit un meurtrier en série surnommé Twice. Cet individu opère là depuis des dizaines d'années et possède la particularité de toujours avoir deux victimes prisonnières sous sa coupe, qu'il conserve jusqu'à s'en lasser et d'abandonner le cadavre. Dès qu'une est éliminée, il capture une remplaàante et le cycle recommence. Ce type n'a jamais laissé aucune trace de quelque nature que ce soit. Il kidnappe, viole, tue et se débarrasse de ses captives parfois après des années de tortures, sans qu'aucun indice ne puisse guider la police.

Justement un corps vient d'être découvert et Dwain Cartwright, le flic chargé de l'enquête, pense à fair appel à Lyle Esteves, un agent du FBI, obsédé par Twice au point d'être à deux doigts de se faire éjecter du bureau à cause de cette obsession. Dès son arrivée, Esteves émet des doutes sur l'implication de Twice dans l'assassinat de la victime récemment découverte. Le mode opératoire ressemble à s'y méprendre mais, il y a un gros mais, la morte n'est pas une des deux femmes retenues depuis des années par le serial killer... et d'autres signes ne collent pas.

Pas de chance pour Owen, qui n'est déjà pas verni dans sa vie personnelle, son ADN est découvert sur le cadavre. Dès lors, l'agent du FBI, voyant enfin peut-être la fin de sa traque, va tout faire, jusqu'à en tordre les faits, pour le relier à tous les autres crimes commis. Cartwright est moins enthousiaste, mais c'est Lyle le spécialiste, et Carol Bowns, son adjointe, semble convaincue par l'agent du FBI.

D'autres disparitions vont survenir, d'autres victimes vont être découvertes, portant toutes l'ADN de Maker. Malgré ses alibis, pas très solides, il semble bien que ce pauvre type ne pourra échapper aux accusations qui se multiplient contre lui. Mais, comme à son habitude, Claire Favan va redistribuer toutes les cartes, brouiller le jeu et faire tomber un à un les masques de tous ses personnages. Cette autrice est diabolique et joue sur tous les tableaux, ne vous enfonçant dans des certitudes que pour mieux les briser en quelques pages. Elle joue sur tous les registres des émotions et des interactions entre les protagonistes et le lecteur pour mieux vous perdre et vous amener là où elle a décidé que vous irez.

On retrouve dans ce roman tout le machiavélisme étincelant de Serre-moi fort (Robert Laffont) ou du Dompteur d'anges (Robert Laffont), une machinerie implacable dans laquelle se glisse un grain de sable faisant tout basculer, des êtres en apparence transparents qui se révèle complexe et retors dans une intrigue aux allures de billards à dix bandes totalement imprévisible, tout ce qu'on aime dans un thriller. Claire Favan fait exploser les codes du bien et du mal, du gentil et du méchant, on le sait avant d'entamer un de ses romans, ce qui n'empêche en rien de se faire prendre à chaque fois. Plusieurs histoires et narrateurs s'entrecroisent, ce qui ajoute à la confusion et prépare à merveille le terrain à toutes les surprenants rebondissements qui parcourent le roman.

Les cicatrices, c'est un monde d'illusions, de masques, de dissimulations et de machinations complexes, mené de main de maître, sans grands renforts d'effets spéciaux et d'hémoglobine, tout est dans l'atmosphère, les faux-semblants et le talent de prestidigitatrice de l'autrice, et c'est un véritable plaisir de se faire avoir.

Un excellent thriller à l'intrigue démoniaque, au suspense oppressant, astucieusement distillé, qui vous guidera, jusqu'au dénouement, par le bout du nez.


Notice bio

Née à Paris en 1976, Claire Favan travaille dans la finance et écrit sur son temps libre. Son premier thriller, Le Tueur intime, a reçu le Prix VSD du Polar 2010, le Prix Sang pour Sang Polar en 2011 et la Plume d'or 2014 catégorie nouvelle plume sur le site Plume Libre. Son second volet, Le Tueur de l'ombre, clôt ce diptyque désormais culte centré sur le tueur en série Will Edwards. Elle a également participé aux recueils de nouvelles du Collectif des auteurs du noir : Santé !, Les Aventures du concierge masqué et Irradié. Après les succès remarqués d'Apnée noire et de Miettes de sang. Vient ensuite Serre-moi fort (2016), Le dompteur d'anges (2017) puis Inexorable (2018) chez Robert Laffont dans la collection La Bête Noire.


La musique du livre

The Black Pumas - Oct 33

James Bay – Us

The Kooks – Bad Habit

Lil Nas X & Billy Ray Cyrus – Old Town Road

Q Lazzarus – Goodbye Horses


LES CICATRICES – Claire Favan – Éditions HarperCollins – collection HarperCollins Noir – 359 p. mars 2020

photo : Ichigo 121212 pour Pixabay

Top 15 : Tour du monde en 15 romans Roman Graphique : DE L’AUTRE CÔTÉ DE LA FRONTIÈRE de Berthet & Fromental Actu #17 : décembre 2019/janvier 2020