Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
PAS D'ORCHIDÉES POUR MISS ARMAGNAC de G.D. Noguès

Chronique Livre : PAS D'ORCHIDÉES POUR MISS ARMAGNAC de G.D. Noguès sur Quatre Sans Quatre

 Photo : fresque romaine, grappes des vignes utilisées pour faire l'armagnac (Wikipédia)


Le pitch

Au pays de cocagne, il y a de tout, des superbes filles, Adrijana, Alima et Ashley, pas vraiment farouches, de la bouffe de première bourre et des endroits pour s'amuser.

Il y a Jean, étudiant en histoire de l'Art, amoureux d'Ashley qui vient d'être élue Miss Armagnac. Jean enquête sur une mystérieuse disparue du Moyen-âge.

Il y a Benoit, lieutenant de police et frère de Jean, qui investigue sur l'étrange disparition de la belle Ashley.

Il y a aussi Dragan, Nikola, Zlatan (non, pas celui-là, un autre...), Milos, de troublants ressortissants originaires des Balkans.

Il y a la Grosse Bibi, chat obèse.

Il y a des meurtres. Et des meurtres.

Il y a enfin de l'armagnac, et du bon où l'on fait confire les plus beaux fruits...


L'extrait

« Tu observes la scène depuis un bon moment sans réaction. Tu attends. Tu te concentres uniquement sur la fille.
Vas-y, sale truie, montre-toi mieux.
Tu as parlé à voix très basse, comme si c'était à quelqu'un d'autre à qui tu t'adressais. Pour te rassurer. Ta joue collée sur la crosse de la T3. Tu attends. Ta respiration est calme.
Le corps de la jeune fille se redresse, elle est debout sur le lit et passe nonchalamment ses mains dans son ample chevelure blonde. Tu attends. Elle se baisse lentement, tu le sais, maintenant elle va chevaucher son partenaire.
Dans le viseur, tu cherches la tête avant de pointer le faisceau laser. Tu attends. La petite tache rouge suit la tête de la fille dans ses allers-retours.
Maintenant. Et tu presses sur la détente. »


L'avis de Quatre Sans Quatre

Tout commence dès le titre par cette sympathique référence à James Hadley Chase, qui lui refusait les mêmes fleurs à Miss Blandish en 1939, et l'on retrouve cette drôlerie sérieuse, propre aux grands polars US des années quarante et cinquante, tout au long du livre, une forme d'hommage à ces « romans de gare » aujourd'hui cultes. Enrichie de belles descriptions architecturales de beaux bâtiments moyenâgeux, des personnages fortement implantés dans le terroir, d'anecdotes sur la vie des saints mêlées à une intrigue bien ficelée. Une sorte de tragédie épicurienne qui n'est pas sans rappeler le ton du grand San-Antonio.

On y trouve de tout dans ce coin de verdure. Des mafieux balkaniques, des hédonistes heureux, des flics paumés ou trop sûrs d'eux, un naïf intelligent, un châtelain savoureux, un chat gras comme un moine, un univers, un inventaire à la Prévert, décliné avec ferveur et truculence, sens du rythme, du suspense et de l'intensité dramatique.

Sans un temps mort, G.D. Noguès nous emmène à fond de train sur les routes départementales, les lieux de plaisirs campagnards avec, en toile de fond, la mort qui rôde sans parvenir à anéantir la soif de vivre qui explose dans ces pages. On veut tuer le désir, rendez-vous compte ! Les flics patouillent, lâchés comme des chiens fous dans ce monde qu'ils ont du mal à appréhender, toutes ces filles si jolies qui s'évanouissent ou sont retrouvées mortes, ça met un coup au moral des plus solides...

Les personnages sont solides, ils servent l'histoire autant qu'elle les nourrit. Jean, l'étudiant, découvre, apprend, les filles éclaboussent de joie de vivre, en sont victime, le tueur, tapi, sait seul où il veut en venir. Double énigme, puisqu'à la disparition de la Miss nouvellement élue s'ajoute la recherche d'une emmurée des temps anciens. La similitude des motifs de disparition des deux femmes démontre à l'envie que les mentalités n'ont pas évolué tant que cela depuis quelques siècles...

Toujours en rupture, entre cocasse et dramatique, Rabelais et Jérôme Bosch, Pas d'Orchidées pour Miss Armagnac est un vrai bon moment de lecture, agréablement parsemé de musique. Ce polar, outre la gravité des crimes et la noirceur des desseins de l'assassin, respire le désir et l'absolue nécessité de le préserver. En parlant des seins d'ailleurs, ce livre est également une ode à la liberté et au plaisir libéré de la morale racornie.

Ne pas oublier d'arroser le tout d'un excellent armagnac, évidemment ! Tous les sens sont en éveil dans ce livre mais pas que, l'art, le sens de l'humour, l'amitié, l'amour, l'ancrage dans le terroir, la folie des hommes tristes...


Notice bio

Gilbert Noguès alias G-D. Noguès est un touche à tout, cinéma, bande dessinée, dessin d'humour ou d'actualité, arts plastiques sous le pseudonyme de Djebel. Il vit depuis peu à Marciac, haut lieu du jazz. Après Gaz in Marciac (Cairn, 2014), Pas d'Orchidées pour Miss Armagnac est son second roman.


La musique du livre

Une superbe playslist en fin d'ouvrage pour donner au lecteur tous les titres et artistes parsemant le récit, et il y en a !!! Et du très bon. Le roman baigne autant dans l'armagnac que dans la musique. Vous y trouverez largement de quoi puiser dans les dix-huit titres allant du traditionnel local au classique, au jazz et au rock.

Un petit aperçu du mélange de style avec Dropkick Murphys-End Of The Night, Arvo Pärt - Berliner Messe, System Of A Down - Violent Pornography, Struttin' With Some Barbecue - Wynton Marsalis.

PAS D'ORCHIDÉE POUR MISS ARMAGNAC – G.D. Noguès – Éditions Cairn – 297 p. avril 2016

Chronique Livre : L'HEURE DE NOTRE MORT de Philippe Lescarret Chronique Livre : LA DANSE DE L'OURS de James Crumley Chronique Livre : LA LÉGENDE DE SANTIAGO de Boris Quercia