Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
Personne n'en saura rien de Sylvie Granotier

Chronique Livre : Personne n'en saura rien de Sylvie Granotier sur Quatre Sans Quatre

photo : Arcachon et ses plages, terrain de chasse de Jean Chardin (Wikipédia)


L'extrait

« L'accusé est avachi dans son fauteuil, un cachalot échoué, inerte et essoufflé pourtant, comme si la graisse lui écrasait le cœur et les poumons. À moins qu'il ne soit ému.
Il porte des lunettes cerclées de métal aux verres rectangulaires fumés. Ses yeux sont petits et gris pâle, ses cheveux gris et drus sont coupés court, son front dégarni. Ses épaules seraient puissantes si elles n'étaient enchâssées dans une enveloppe flasque qui entrave ses articulations, son ventre ondule en bouées successives. Un colosse mou. Son regard furète, incertain. Ses mains larges et potelées reposent à plat sur la tablette devant lui. Il se dégage de sa personne un mélange détonnant d'intelligence, de puissance et de défaite. »


Le pitch

Sur plusieurs années, de nombreuses jeunes filles ont disparu en revenant à vélo de la plage sans laisser de trace, personne n'a jamais été mis en examen pour ces faits. Pas de corps, pas de témoin, la thèse de la fugue n'a jamais pu être démentie.Mélusine, Jeanne et Irène n'existent tout simplement plus...

Isabelle Delcourt, jeune fille au caractère bien trempé, a été victime d'une agression sexuelle en revenant de la plage. Son agresseur, Jean Chardin, un mécanicien obèse, taiseux et récidiviste, va être jugé et la confrontation promet d'être violente. Isabelle et son violeur jouent chacun une partition qui ressemble à la vérité sans l'être tout à fait...

Les histoires de ces jeunes filles, de l'accusé et celle du procès s'enchevêtrent dans ce récit, les deux parties cachent des détails et des faits qui peuvent changer radicalement l'issue et le verdict. Qui manipule qui ? Pourquoi le criminel a t'il si peur de sa victime ?


L'avis de Quatre Sans Quatre

Sylvie Granotier ne perd pas une seconde dans ce livre pour plonger le lecteur au cœur du sujet. Dès le premier chapitre, il est complètement pris dans une intrigue impossible à quitter avant un dénouement qu'il devine peu commun. La psychologie des personnages principaux est peinte au pinceau fin, détails après détails, à petites touches pertinentes. Les portraits se dessinent sans pour autant dévoiler prématurément l'essentiel, leur entourage tout aussi minutieusement décrit donne la profondeur et la chair les rendant définitivement humains.

Avec une précision d'anatomiste, l'auteur dissèque les faits, les hommes, les adolescentes, mettant à jour leurs pensées les plus secrètes, leurs mécanismes et engrenages, et présente un tableau hyperréaliste de l'affaire, réaliste, dur, implacable. Accusé et plaignante ont franchi un cap, reste à savoir lequel et qui mène la barque...

Rien n'est caricatural ni banal dans cette histoire forte où le psychopathe présente bien des visages, mais la victime tout autant. D'un fait divers banal, Sylvie Granotier fait un scénario complexe, mixe les sentiments, raconte la genèse du crime et livre une œuvre prenante. La peur n'est pas où elle est attendue, la réalité non plus. L'auteur explique, argumente le déroulement de la vie de Chardin et Isabelle, elle construit sans tape à l'oeil et cela fonctionne particulièrement bien. Elle n'excuse rien mais explique tout. Et manipule tout le monde à merveille...

Loin des sentiments préfabriqués, des larmoiements obligés, ce polar est pétri d'une humanité, pas toujours triomphante, mais touchante. Il chemine hors des sentiers rebattus, passe des pensées confuses et dangereuses de l'adolescence à l'auto-justification du criminel en restant tout aussi crédible et vraie.

L'écriture est précise riche et belle, elle s'adapte aux différents protagonistes en gardant sa justesse et sa force. Sans se perdre en détails, tout y est et c'est, au final, un très beau roman et une réflexion très réussie sur le couple bourreau/victime, sur la manipulation, sur la nature humaine même. Ce n'est ni une grande intrigue criminelle, ni un grand procès aux joutes de procédures à suspense, c'est une tranche de vie littéralement extraordinaire, de celles qui révèlent les personnalités.


Notice bio

Sylvie Granotier est née en 1951 à Alger. Comédienne, scénariste de télévision et de cinéma, traductrice, elle a également réussi à prendre une place importante dans la sphère des écrivains de polars français. Personne n'en saura rien est son seizième roman.


La musique du livre

Pas vraiment de musique directement intégrée dans le roman mais quelques références glanées au fil des pages. Cécilia, l'amie d'Isabelle pousse à un moment « des petits cris aigus, excitée comme à un concert de Springsteen », donc Born to run, évidemment.

Jean Chardin se réjouit de l'acquittement de Michael Jackson dans son procès pour pédophilie, profitons en pour revoir Beat it...

Personne n'en saura rien – Sylvie Granotier – Albin Michel – 244 p. octobre 2014

Actu #18 : Premier semestre 2020 Chronique Livre : L’ÎLE ABANDONNÉE de Pierre Pouchairet Chronique Livre : L’ÉTRANGE ÉTÉ DE TOM HARVEY de Mikel Santiago