Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
PLAYLIST de Laure Lapègue

Chronique Livre : PLAYLIST de Laure Lapègue sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

« Je m’appelle Lola. Un prénom bien cool pour une nana qui ne l’est pas du tout. Une signature de rock star pour une VRP sans envergure. J’ai quarante ans depuis quatre mois. En fait je suis sans âge. Surtout des soirs comme celui-là. En pleine nuit, au volant de ma Ford au kilométrage à six chiffres. »

Un soir de pluie sur les routes du nord de la France. C’est l’endroit que choisit Babeth pour échouer sur le capot et dans la vie Lola. L’une jeune, belle et impulsive, l’autre silencieuse et abîmée par la vie, tout les oppose et pourtant, elles décident de ne plus se quitter, le temps d’un roadtrip, le temps d’une playlist, pour le meilleur mais surtout pour le pire...


L'extrait

« J’allume une cigarette, crache la fumée vers la rainure où s’engouffre un souffle frais, mêlé de fines gouttes de pluie. Vingt-six mois déjà, que j’approvisionne et que je nettoie des machines à café d’entreprise. Pour une ex- étudiante en sciences politiques, cela peut surprendre. En fait, c’est une longue histoire. Je vous la raconterai plus tard. En attendant, je suis là, sur la route, revenant d’un bled à la frontière belge. J’ai encore deux bonnes heures de trajet avant de rejoindre le Vieux Lille où m’attend mon studio de trente mètres carrés. Je ne reçois personne, alors pas besoin de plus grand. Dans la pièce unique, j’ai mis un grand canapé-lit et ma platine vinyle d’étudiante. Mon ordinateur et une séance de natation une fois par semaine, voilà mes seules autres distractions. Comme toute célibataire qui se respecte, j’ai aussi un chat. Contrairement à ce que les gens ont tendance à penser des animaux de compagnie et de leur maître, il ne me ressemble pas du tout. Mon chat est grand et arbore un pelage roux très remarquable. Dans le quartier, tout le monde le connaît et le respecte. Si je dois m’absenter, il sort par la chatière et trouve toujours une gamelle pour se nourrir. Il n’est pas rancunier non plus. Ni nerveux. Ni triste. Bref, Nek, c’est son nom, est à la fois mon opposé et mon seul ami ; en dehors de lui, je ne communique que peu avec les êtres vivants. Seulement lorsque j’y suis obligée. Pour le travail surtout. Après tout, je n’ai pas grand-chose à leur dire, aux autres.
Mes collègues me traitent de bête curieuse, de misanthrope. Peut-être le suis-je devenue. Si la misanthropie est l’endroit où finissent par vous pousser ceux qui ne vous voient plus, alors oui, je suis certainement misanthrope. Invisible aux yeux des autres, je ne suis pourtant pas fâchée avec l’être humain. Tout au plus avec moi-même. Et je n’ai plus envie, ni de me justifier, ni d’en parler. Ni avec des psys, ni avec des avocats, ni avec personne.
Bientôt un village. Je ralentis, écrase le mégot dans la boîte de fer me servant de cendrier - je ne suis pas censée salir celui de la voiture de fonction - avant de relâcher l’embrayage. Lorsque je relève la tête, elle est là, statue sombre dans la lumière blanche de mes phares. À peine le temps d’ouvrir la bouche, de piler. Lorsque je rouvre les yeux, la première chose que je vois est un béret rose, faisant des va-et-vient, coincé entre mes essuie-glaces. » (p. 13-14)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Lola, elle parle pas. Rien. Pas un son ne sort de sa bouche. Aucun problème somatique, c'est dans sa tête que ça se passe. La quarantaine déprimée, Lola ne fait que survivre comme elle peut dans le naufrage qu'est sa vie. Divorcée, elle a perdu la garde de son fils unique, Jérémy. Il faut dire qu'elle est passée par la case clinique psy après avoir provoqué un accident de voiture alors que son ex-mari était sur le siège passager. Bien sûr, il l'a trompée, il l'a abandonnée, mais tout de même, il a failli y laisser sa peau. Depuis elle végète, à Lille, dans un petit boulot de commerciale pour une entreprise gérant des machines à café. Un appartement minable, un chat, rien d'autre. Elle qui n'aimait que Corfou et les lumières de la Méditerranée ! Jusqu'à ce qu'elle manque de peu d'écraser, un vendredi soir de pluie, une jeune fille inconnue, Babeth.

Babeth, vingt-cinq ans, remarquablement belle, lui demande de l'amener à Lille. La jeune fille est fantasque, spontanée, drôle, énigmatique, elle rayonne d'une énergie communicative, même si leurs échanges se limitent, pour Lola, à écrire sur un bloc-note. Bientôt la quadragénaire se sent en confiance, se raconte un peu, un lueur d'espoir commence à renaître en elle, la présence de Babeth, totale inconnue, lui devient indispensable. Elles décident de s'offrir un week-end de folie, de voir la mer, d'entamer un road-trip où tout peut survenir...

Lola, chemin faisant va se découvrir de plus en plus, au fil d'un nombre incalculable de « hasards » qui lui font oublier ses difficultés, de Paris au Touquet, de Lille à Saint-Malo ou Bordeaux. Il ne va pas survenir que de bonnes choses au cours des tribulations des deux jeunes femmes, bientôt le road-trip va se transformer en cavale, la confiance en Babeth en méfiance, la jolie ballade se change en cauchemar permanent. N'empêche, elle aura eu le mérite de redonner à Lola l'envie de décider de sa vie, l'énergie suffisante pour reprendre son destin en main. Un parcours initiatique rempli de dangers, de suspense, de surprises fort peu agréables et de rebondissements qui l'amènera à se dépasser, jusqu'à un twist final totalement inattendu, rappelant très fortement un grand roman noir américain - dont je ne peux vous donner le titre sous peine de divulgâcher votre lecture.

Lola est un beau personnage, intimement décrit, riche d'un passé plus que difficile au point d'avoir abandonné l'espoir d'une vie meilleure. Babeth, en catalyseur, va lui redonner cette pointe de folie qui lui faisait défaut, la sortir d'une routine mortifère, la contraindre à devenir actrice de son destin, malgré toutes les péripéties qu'elle va lui faire vivre. La jeune écervelée va ranimer la flamme éteinte, souffler sur des braises que la commerciale croyait depuis longtemps étouffées.

Ce roman fonce dans le brouillard, tous feux éteints, accumule les rebondissements et les coups de théâtre, la pauvre Lola avancera de choc en choc, de peurs en frayeurs, embarquée dans une histoire dont elle ne sait comment se dépêtrer, avant de commencer à prendre des initiatives, s'affirmer, oublier la personne falote et grise qu'elle présente aux autres, pour redevenir elle-même, retraverser son passé afin de mieux l'appréhender et ne plus se murer dans le silence.

Comme son titre l'indique, la musique est omniprésente dans ce texte, l'auto-radio, la playlist du téléphone rythment les kilomètres avalés, accompagnent les souvenirs et les moments-clés.

Un polar road-trip sur un tempo très rock, deux femmes lancées sur les routes dans un voyage fou jusqu'à un final surprenant !


Notice bio

Laure Lapègue vit à Bordeaux . Elle est à ce jour l’auteur de sept romans à suspense, Comme un garçon (2011), La Bascule (2013) Mea Culpa (2015) , Une Vie Meilleure (2016) Female ( 2017) , Le fauteuil de César ( 2018) et Playlist, sorti en Juin 2019. Elle est depuis mars 2014 la fondatrice et dirigeante de www.booknseries.fr, le premier site de promotion et de publication en épisodes de séries et de romans à suspense indépendants . Elle est aussi conseillère en communication d'auteur.


La musique du livre

Toute l'histoire de ces deux jeunes femmes est construite autour d'une playlist de 42 titres que vous retrouverez à la fin de l'ouvrage, dont :

Alain Souchon – La Ballade de Jim

Jimi Hendrix – Crosstown Traffic

The Kooks – Seaside

Kodak Black – Close to the Grave

Kanye West – All Falls Down

Eminem & Joyner Lucas – Lucky You


PLAYLIST – Laure Lapègue - Éditons BookNseries – 259 p. juin 2019

photo : Pixabay

Chronique Livre : LA PRIÈRE DU MAURE de Adlène Meddi Chronique Livre : LA VIE EN ROSE de Marin Ledun Chronique Livre : LE COLLIER DU RAT NOIR de Pierre Chiron