Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
QUE TOMBE LE SILENCE de Christophe Guillaumot

Chronique Livre : QUE TOMBE LE SILENCE de Christophe Guillaumot sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

En cet été caniculaire, Renato Donatelli, dit le Kanak, s’ennuie à la section des courses et jeux. Lorsqu’il apprend que Six, son partenaire, serait impliqué dans l’exécution d’un baron de la drogue, il se lance dans une contre-enquête au grand dam de sa hiérarchie. Mais à fouiller le passé, on ressuscite de vieux démons que le gardien de la paix aurait aimé ne plus croiser.

Comme une trainée de poudre, sa vie personnelle s’embrase alors que les coups montés et règlements de compte s’accumulent. L’hôtel de police est en ébullition, il y a de l’électricité dans l’air. À un rythme effréné, le Kanak, géant au grand cœur, est entraîné bien malgré lui dans un tourbillon d’évènements tragiques.

Luttant contre les vents contraires, il avance tant bien que mal, porté par ses ancêtres, par ses coutumes et souhaitant qu’enfin tombe le silence.


L'extrait

« Son tuba émerge et expulse un jet d'eau. À travers la buée de son masque, il distingue l'herbe verte d'un green. Le soleil à son apogée brûle le fair way malgré l'arrosage indécent. Les joueurs se font rares par temps de canicule.
Le vent griffe la surface de l'eau. Renato ne perd pas un instant, une profonde inspiration et il s'enfonce à nouveau sous les vaguelettes agressives, dans les eaux sombres, doucement, sûrement. Il poursuit sa fouille méticuleuse. Son épuisette est lourde, la pêche fructueuse. Travail addictif, sans fin.
Un reflet éblouissant le frôle et glisse dans la vase, un truc insignifiant, mais qui aiguise sa curiosité. Avec la main, il remue à l'aveugle au sol et retrouve la breloque sans valeur qui vient d'être jetée dans l'eau.
Un collier atterrit à ses pieds, un bracelet rebondit sur son épaule. Une pluie de bijoux qui étincelle comme un banc de sardines affolées. Une bague se prend dans ses cheveux crépus. Qui s'amuse à ce jeu ?
Il donne deux coups de palmes pour gagner à nouveau la surface. Avec précaution, il sort la têtre de l'eau. Un camion utilitaire de couleur jaune pisse, avec une bande noire sur le côté, a emprunté le chemin de terre qui traverse la forêt. En marche arrière, il s'est arrêté au bord de l'étang. Portes ouvertes, deux Gitans trient le contenu d'un coffre-fort. La serrure a été percée à l'aide d'un chalumeau et d'un burin. Seul l'or semble les intéresser.
Sur le sol mouvant, le Kanak se dresse sur ses jambes avec difficultés, crache son tuba et retire son masque. Ses yeux se plissent, réflexe à la lumière du soleil.
Une pierre jetée derrière lui l'éclabousse. Il se retourne, il y a un troisième larron de l'autre côté de l'étang. Il a alerté ses compagnons de vagabondage avant de le prendre pour cible. Les cambrioleurs éberlués restent figés devant l'inexplicable apparition. Renato doit sortir de ce trou d'eau, vite. Ses palmes peinent à s'extraire de la vase.
C'est l'heure du partage les gars ? Vous ne m'invitez pas ? » (p. 23-24)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Si Renato Donatelli, alias le Kanak, le brigadier hors norme, héros récurrent de Christophe Guillaumot, risque quelque chose en cet été caniculaire, c'est de mourir d'ennui. Ou noyé, parce qu'il occupe ses très larges plages de temps libre à récupérer, au fond des mares des parcours de golf, les balles perdues qu'il revend aux joueurs maladroits. Seul rescapé de la brigades des Courses et Jeux du SRPJ de Toulouse, il expédie, sans motivation, les affaires courantes, partageant le reste de son temps entre un galetas à l'arrière d'un troquet que lui alloue une patronne sympathique, et ses visites à sa grand-mère, le Diamant noir, toujours dans sa maison de retraite de luxe (cf La chance du perdant).

Son désoeuvrement ne va pas durer et un déluge d'emmerdements, tous plus graves les uns que les autres, va se mettre à lui tomber dessus. Son ex-chef, le lieutenant Jérôme Cussac, alias Six, pour commencer, qui est soupçonné d'avoir abattu un dealer, un certain Shabani Dardanus. L'IGPN (pour une fois) n'est pas débordée par des affaires de violences policières à classer, et Six se retrouve au trou sans possibilité de chercher qui a pu faire le coup. Ce sera donc au Kanak de s'en charger, même si sa hiérarchie lui conseille fermement de ne pas y mettre son nez et ses larges paluches. Et lorsque le Kanak se charge d'une affaire, ça déménage, le Néo-calédonien n'est pas du genre à faire dans la dentelle.

Comme un malheur n'arrive jamais seul, Edulice, une lointaine cousine du Kanak, qu'il a perdu de vue alors qu'elle n'était encore qu'une enfant, en Nouvelle-Calédonie, n'a rien trouvé de plus intelligent pour payer sa came que de faire la mule, et de trimballer dans ses intestins de quoi faire planer la ville rose et ses environs. Après quelques tribulations violentes aux mains de ses employeurs, Edulice parvient à s'enfuir, et à se réfugier pour un temps chez Renato, déjà plongé dans l'affaire Dardanus. Afin de corser le tout, le gros Georges, un ex-flic corrompu, que Six et le Kanak avaient fait tomber, sort de taule prématurément et propose un étrange marché au brigadier afin de prouver l'innocence du lieutenant Cussac.

Seul lueur bienveillante dans ce tableau catastrophique, Renato croise par hasard Avril, la femme qu'il aime et qu'il désespérait de revoir. Encore faut-il qu'il se décide à lui parler et, pire encore, lui avouer ses sentiments, la jeune femme n'étant pas plus douée que lui en ce domaine. À sa décharge, avec tout ce qui lui est tombé sur le dos en si peu de temps, il n'a guère le loisir à consacrer à sa Dulcinée...

Nouvelles tribulations donc pour le Kanak, bien sombres, à l'atmosphère lourde d'humiliations subies et de rebuffades de sa hiérarchie. Ce personnage hors norme, force de la nature, aussi amical qu'il peut être redoutable pour ses ennemis ou ceux qui s'attaquent à ses amis, va prendre la défense de son ex-supérieur Six, tout en essayant de sauver, malgré elle, sa cousine. Quitte à manger avec le diable, le Gros Georges, à désobéir, à provoquer la colère de sa cheffe. Cussac n'est pas un agneau innocent, il a fauté, mais pas au point de servir de bouc émissaire. En tant que flic, au cours de ses missions, il a risqué sa peau, ce qui explique, en partie, cette addiction qui l'a conduit à fréquenter des dealers, à se montrer imprudent.

Mais que vaut la parole d'un simple brigadier, unique membre d'un service moribond ? Peu importe au Kanak, il ira jusqu'au bout, dans sa demande de respect dû à ceux qui ont partagé son travail. Même si Six voulait démissionner, même s'il n'était pas le meilleur des flics, le sort qui lui est réservé par ceux qui gèrent les services comme des rayons de supermarché, ne s'attardant que sur les chiffres, sans se soucier des conséquences humaines, jetant les hommes devenus inutiles ou encombrants, le révolte. Il a beau être solide comme un roc, Donatelli a une sensibilité à fleur de peau, une âme de poète qui n'est pas la meilleure arme pour affronter le monde d'aujourd'hui.

Christophe Guillaumot se bonifie de livre en livre, son Kanak gagne en épaisseur et en complexité. Il réussit peu à peu à éliminer le superflu pour en arriver à l'os du personnage et des conditions qui lui sont faites dans notre société actuelle. Sa double culture est un atout non négligeable, une certaine naïveté le protège également du cynisme et pessimisme. Son institution le lâche comme elle lâche Six, parce qu'elle y trouve un bénéfice. Triste constat contrebalancé par cette part d'irrationnel, conservé de ses origines, et cette confiance dans l'humanité qui lui permettent d'avancer malgré les embûches.

Que tombe le silence est un polar foisonnant et tourmenté, à intrigues multiples, aussi captivantes les unes que les autres, qui n'oublie pas de laisser passer un rayon de soleil dans son dénouement...


Notice bio

Christophe Guillaumot, né à Annecy en 1970, est capitaine de police au SRPJ de Toulouse, responsable de la section «courses et jeux». En 2009, il obtient le prix du Quai des orfèvres pour Chasses à l’homme. Avec Abattez les grands arbres (éditions Cairn, 2015) et La Chance du perdant (Liana Levi 2017), il impose une série mettant en scène le personnage de Renato Donatelli, dit le Kanak, librement inspiré d’un collègue aujourd’hui décédé. Depuis 2010, Christophe Guillaumot est membre de l’organisation du festival Toulouse Polars du Sud.


La musique du livre

Outre la sélection ci-dessous, on trouve quelques chansons kanaks dont je n'ai pas trouvé traces...

Michael Kiwanuka – I'm a black man in a white world

Georges Brassens – Putain de Toi

Elvis Presley – Love Me Tender


QUE TOMBE LE SILENCE – Christophe Guillaumot – Éditions Liana Levi – 300 p. janvier 2020

photo : raie manta - Pixabay

Actu #17 : décembre 2019/janvier 2020 Chronique Livre : L'ÎLE DÉCHIRÉE de Aude Lafait Chronique Livre : L'OR, LA PAILLE, LE FEU de Charles Senard