Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
REQUIEM de Tony Cavanaugh

Chronique Livre : REQUIEM de Tony Cavanaugh sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

Quelques mots prononcés dans la panique au téléphone : « Darian, il faut venir. Vous seul pouvez m'aider. Il y a tellement de corps ! » … puis plus rien.

L’appel vient d’Ida, une jeune fille que Darian Richards, ex-flic des homicides de Melbourne, a sauvée quelques mois plus tôt d’une sale affaire. Si Richards a décidé d’abandonner un métier trop éprouvant pour ceux qui, comme lui, prennent les choses trop à cœur, il ne peut pas laisser Ida sans réponse.

Après avoir localisé l'appel, Darian gagne la Gold Coast, région des plages d’Australie, où les étudiants se retrouvent pour fêter la fin de leurs examens. Il est alors loin de se douter que la disparition d’Ida n’est presque qu’un détail dans une enquête qui se transforme bientôt en véritable cauchemar.


L'extrait

« Je regardai autour de moi. Je me tenais dans à peu près dix centimètres d'eau noire, encerclé de toute part de melaleucas courbés et tordus comme des vieillards. Des gommiers nettement plus grands jaillissaient du sol pour monter à l'assaut du ciel, qui devait bien se trouver quelque part là-haut. Il faisait sombre, il faisait froid, il faisait humide. Pas de serpents, mais beaucoup de moustiques.
« Je ne vois que des arbres et encore des arbres, dis-je.
- Je ne peux t'amener que dans un rayon de six mètres. Son téléphone est tout près. »
La dernière fois que j'avais fait ça, j'avais trouvé la tête d'une adolescente pendant d'un arbre au-dessus de moi ; on lui avait prélevé la peau du visage. Instinctivement, j'ai levé les yeux. Je n'ai vu que des feuilles et des branches. Pas le moindre vestige humain nulle part.
Fermant les paupières, j'ai essayé de m'imaginer venant ici dans l'ombre d'une jeune Autrichienne. Ou dans celle d'un tueur. Ou d'un ravisseur quelconque. Ce qui faisait partie de mon problème. Je ne savais pas qui ou quoi rechercher. Que lui était-il arrivé ?
Oublie le téléphone. Pense à une personne.
J'ai reculé pour mieux observé le sol et les broussailles. Les manifestations de la nature sont sans doute aussi chaotiques – ou structurées – que celles de la vie humaine, mais je tentais néanmoins de percevoir des signes d'intervention dans ce qui s'étalait devant moi. J'étais en quête d'empreintes de pied, de brindilles ou de branches brisées, n'importe quoi dans ce fatras végétal pouvant me fournie un indice. Chose qui m'était beaucoup plus facile dans les rues d'une ville ou dans l'appartement d'une victime ou, mieux encore, sur le visage d'un suspect. Il me fallait m'intégrer à mon environnement, sentir les lignes et les formes autour de moi, comprendre les arbres et les broussailles.
Ça m'a pris très, très longtemps, mais j'ai fini par remarquer une zone d'herbes hautes qui semblaient avoir été aplaties. Je m'en suis approché pour les fouler à mon tour, dans l'espoir d'être sur une piste.
Je l'étais. » (p. 34-35)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Nouvelle aventure pour Darian Richards qui s’impose de plus en plus comme l’un des personnages récurrents parmi les plus sombres du paysage polar. Après L’affaire Isobel Vine et La promesse, Requiem vient confirmer que sa dérive l’éloigne de plus en plus de toutes les lignes du code de procédure et de la loi en général. Il n’est plus flic, me direz-vous, mais tu ne tueras point s’applique à chaque citoyen, même en Australie. Darian est une sorte de croisement entre Harry Bosch et Dexter, l’obstination du flic de L.A. et l’efficacité dans l’élimination des criminels du technicien en tâches de sang de Miami. Un taiseux, souvent renfrogné, dernière personne sur terre à croiser la vie de nombreux criminels ou policiers ripoux, il ne fait pas de quartier.

« J'ai toujours été un gosse tranquille. Je n'étais ni timide ni maladroit. Je n'avais pas grand-chose à dire, c'est tout. Des tas de gens avaient des tas de trucs à dire, mais pour moi, d'aussi loin que je me souvienne, c'était essentiellement des conneries. »

Damian, ancien policier, était responsable de la brigade criminelle de Melbourne. Lassé, usé par les nombreuses victimes et les images horribles de crimes qui l’obsèdent, il a décidé de prendre sa retraite sur la côte. Depuis il sort de sa tanière de temps à autre, mais ne s’embarrasse pas de fioritures et la rumeur prétend qu’il règle pour toujours le sort des sales types qu’on lui demande de traquer ou qu'il entreprend d'empêcher de nuire, que ceux-ci soient des tueurs en série ou des anciens collègues tomber du mauvais côté de la force.

Requiem est la suite directe de La promesse, bien que les deux romans peuvent se lire indépendamment. Une des jeunes filles sauvées par Richards lors de sa précédente expédition punitive, Ida, une Autrichienne, l’appelle en catastrophe et lui demande de venir sur la Gold Coast à son secours. Message sibyllin et urgence absolue. Il avait laissé un téléphone à chacune des rescapées, rien à faire, malgré ses réticences, il doit répondre au SOS.

Darian est un justicier solitaire, même s’il sait s’entourer des personnes les plus efficaces pour mener ses chasses aà leurs termes. Sa petite bande : Casey, l’ancien biker, au contacts toujours fructueux, Maria, la compagne de celui-ci, flique que Richards avait emmenée un peu trop loin dans sa précédente affaire et qu’il va tout faire pour éloigner sur ce coup alors qu’elle en est chargée, du moins en partie, et Isoceles, informaticien hors norme, travaillant pour les grandes agences américaines, CIA et FBI, mais toujours prêt à tout laisser tomber pour suivre Darian dans ses investigations et tracer tous les signes numériques des racailles qu’il poursuit. Et il est diablement habile.

Deux corps de jeunes filles en arrivant, plus l’assassinat d’un flic que Maria avait envoyé fouiner sur place en attendant l’arrivée de Darian, Requiem commence sur les chapeaux de roues, ne ralentit pas avant la toute dernière page et emmène son lecteur pied au plancher à travers toutes les turpitudes de ce décor de rêve où les étudiants de tout le pays viennent fêter la fin de leurs examens. Bien entendu, les cadavres vont se multiplier comme les petits pains à une autre fête, bien plus ancienne, et les parents vont commencer à s’inquiéter pour les étudiants en goguette alcoolisée. Début de psychose dans le pays...

Prostitution, corruption, trafic d’être humains, barbarie, commerce de très haut luxe de jeunes femmes jetables après usage, Darian va s’enfoncer dans les profondeurs du dark web en compagnie de son geek favori, afin de débusquer des criminels n’ayant d’autre excuse que d’avoir subi ce qu’ils font subir, des gens poussés au-delà de la raison par les rudesses effrayantes de la misère dans certains points du globe, contraignants les adolescents à toutes les ignominies afin de simplement survivre.

Tony Cavanaugh possède un talent fou, il sait entretenir un suspense et distiller les coups de théâtre pile aux bons moments pour relancer sans cesse l’intérêt d'un récit qu’il est impossible de lâcher avant de parvenir au dénouement. Un style sec, direct, comme son héros, qu’il approfondit de livre en livre, sans artifice, il va droit au but et appelle un chat un chat. Jamais il n’essaie de faire passer son ex-flic exécuteur pour un saint, et ses criminels ne sont pas le mal incarné. Ils peuvent le devenir, mais pas sans raisons et ces raisons sont décrites. L’intrigue est sinueuse, complexe, fouillée, les personnages tout autant, les paysages exotiques à souhait, avec la patte de Tony Cavanaugh en prime, tout cela donne un excellent polar, captivant et posant au passage quelques problèmes sociétaux sur lesquels il n’est pas inutile de réfléchir.


Notice bio

Tony Cavanaugh est romancier et scénariste, il a plus de trente ans d'expérience dans l'industrie du cinéma. Il vit à Melbourne. Requiem est son troisième polar publé en France, toujours chez Sonatine, après L’Affaire Isobel Vine (2017) et La Promesse (2018)


La musique du livre

Outre la sélection ci-dessous, sont évoqués : Deep Purple, Neil Young – Arc, Bob Dylan – Together Through Life, Kanye West, Led Zeppelin, Lana Del Rey.

Nick Cave & The Bad Seeds/Kylie Minogue - Where The Wild Roses Grow

Bob Dylan – Don't Think Twice, It's All Right

Johnny Winter - Tobacco Road

Johnny Cash - Heart Of Gold

Cold Chisel - Forever Now

Buckwheat Zydeco - Hey Good Lookin'


REQUIEM - Tony Cavanaugh – Sonatine Éditions – 333 p. février 2019
Traduit de l'anglais (Australie) par Paul Benita

photo : Gold Coast - Australie - Pixabay

Chronique Livre : ADIEU ORAN de Ahmed Tiab Chronique Livre : UNE ANNÉE DE CENDRES de Philippe Huet Chronique Livre : MEURTRE À MONTAIGNE de Estelle Monbrun