Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
SANS MOBILE FIXE de Guillaume Grivet

Chronique Livre : SANS MOBILE FIXE de Guillaume Grivet sur Quatre Sans Quatre

Quatre Sans... Quatrième de couv...

Pour son premier jour à Rennes, le capitaine Barbara Martin hérite d’une mission simple : retrouver un clochard soupçonné d’avoir tué une jeune fille en pleine rue. La policière au physique impressionnant va bénéficier de l’aide de Max, un SDF impliqué malgré lui.

Tous deux sont bien placés pour savoir que les apparences peuvent être trompeuses. Ils ne vont pas être déçus.


L'extrait

« Yvon souffla sans s'en rendre compte, de décrispa, se détendit. Il appuya nonchalamment ses coudes sur le fatras du bureau.
- Parfait, dit-il. Soyez la bienvenue parmi nous ! Maintenant il va falloir que je vous bizute un peu.
- C'est à dire ?
Il sourit malicieusement, content de son effet.
- Vous allez faire vos armes sur un truc chiant. Pas compliqué, mais chiant. On a une pauvre petite poulette qui s'est fait dézinguer hier soir en bas de chez vous, vous avez dû vous en rendre compte ?
- Euh... J'ai bien vu qu'il se passait quelque chose, dit-elle sur la défensive, mais...
- Laissez, laissez, vous venez d'arriver, vous n'êtes pas Zorro ! De toute façon, vous n'auriez rien pu faire. La gamine s'est pris plusieurs coups de couteau de la part d'un clochard du coin, une des figures de la ville. On l'a cherché une bonne partie de la nuit, mais on a pas remis la main dessus. Donc votre cadeau du jour, c'est de me ramener Pervers Pépère.
- Pervers Pépère ?
- Vous connaissez le personnage de Gotlib ?
- Le dessinateur ?
- Oui.
- Ben... Je ne suis pas très BD, à vrai dire...
- Ah ! Eh bien vous irez vous instruire sur Internet ! Vous verrez, c'est hallucinant ! Karim est en train de monter tout le dossier, il vous enverra ça par mail tout à l'heure. Ah oui, il faut que je vous présente Karim, vous allez faire équipe...
- Je sais qui c'est, je l'ai vu en arrivant.
- Ah ! Très bien. De toute façon, vous allez avoir le temps de faire connaissance avec tout le monde. Mais là, désolé, on a un assassin dans la rue, donc vous vous mettrez plus tard dans vos pénates. Je veux pouvoir juger tout der suite de votre efficacité. Vous comprenez ?
Ça plaisait beaucoup à Barbara qu'Yvon joue carte sur table. » (p.18)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Un corps ensanglanté est découvert, poignardé, dans la rue de la Soif à Rennes. Celui d'Océane Germain, brillante étudiante aux Beaux-Arts, peintre de grand talent promise à un avenir radieux. Voilà la première affaire confiée à la capitaine Barbara Martin, pour son arrivée dans cette nouvelle affectation, une manière de bizutage, presque une plaisanterie, puisque le coupable est déjà tout trouvé, un clodo trop connu des services de police : Bertrand Mongin, alias Pervers Pépère. Un alcoolo, grande gueule, qui a du mal à garder sa bouche et sa braguette fermées lorsqu'il a un coup dans le nez, apostrophant souvent le bourgeois en termes peu amènes ou arpentant sorties d'écoles et jardins publics pour des expositions sauvages d'un souvenir de virilité flétrie, confite dans le gros rouge. Grand, maigre, le pif crochu et la goutte de morve au bout, vêtu d'un imper et d'une casquette, le portrait craché du personnage de Gotlib. Du gâteau ! Suffit de mettre la main dessus. Sauf que...

Sauf qu'il est possible, peut-être, éventuellement, que ce ne soit pas aussi simple, puisque des témoins ne sont pas tout à fait en accord avec cette version. Max, pour commencer, autre SDF, qui a passé la soirée avec Pervers Pépère, Clémentine, l'amie d'Océane, et Barbara elle-même qui commence à avoir de sérieux doutes malgré les certitudes de son commissaire, Yvon Le Cloarec et de son coéquipier, le capitaine Karim Benaoud. Ces trois-là vont s'allier afin d'en avoir le cœur net et de rendre justice à Océane.

Une montagne, cette capitaine Barbara Martin. Grande, costaude, imposante, cachant soigneusement les raisons de sa mutation du prestigieux 36 Quai des Orfèvres à Rennes, ce n'est pas une promotion. Un fond dépressif, des failles dans le passé, des fissures dans le présent, et une certaine tendance à bosser en solitaire en suivant son pif, ce qui exaspère ses collègues. Mais elle n'est pas la seule à avoir une grosse part d'ombre. Chaque protagoniste de cette histoire, Karin, Clémentine, le commissaire, et, surtout, Max, qui va se révéler déterminant dans la résolution de l'intrigue, dissimule de larges zones de leur vie.

Guillaume Grivet a particulièrement bichonné ses personnages, tous, complexes, torturés, dissimulateurs, traumatisés, accablés par la culpabilité, le sort ou les remords, ils sont le point fort de ce roman à l'intrigue relativement conventionnelle, mêlant flics obstinés, miséreux, jeunesse désargentée et notables lubriques. Max et Barbara tiennent le haut du pavé, il faut dire aussi que ce sont eux qui ont le plus gros secret à taire et le plus de volonté, avec Clémentine, à retrouver l'assassin d'Océane. Ils n'hésiteront pas à risquer de se dévoiler pour mettre le criminel sous les verrous. Ce couple d'enquêteurs improbable, la flique fantasque et le sans-abri malin, cultivé, aux intuitions souvent justes, investiguent en dehors de clous, ce qui ne va pas sans difficultés avec Karim et le commissaire.

Une affaire menée tambour battant entre les squats d'artistes et les demeures bourgeoises aux placards bourrés de cadavres, un commissaire qui rechigne à abandonner un coupable tout désigné et craint de devoir dévoiler un épisode peu glorieux de son passé, tout ce petit monde louvoie, navigue au plus serré, afin d'éviter de trop en dire. Très actuel, ce roman aborde de multiples aspects de notre société : les dangers des réseaux de rencontres, le transsexualisme, les magouilles du marché de l'art, les coups bas entre artistes pour percer, la cruauté du regard des autres...

Un bon polar, sympathique, très agréable à lire, aux personnages attachants qui semblent bien partis pour revenir dans de nouvelles aventures...


Notice bio

Né en 1979 à St Malo, Guillaume Grivet vit et travaille près de Rennes, où il est également auteur, acteur et metteur en scène de théâtre. Inspiré tant par les auteurs modernes que par la littérature classique, la culture télévisuelle, le cinéma, la poésie, le rock ou la bande dessinée, il hybride ses influences dans un style aussi singulier qu’efficace. Sans Mobile Fixe est son premier roman, dans lequel il introduit des personnages qu’on aura plaisir à retrouver.


La musique du livre

Outre la sélection ci-dessous sont évoqués : Kurt Cobain, Tokyo Hotel

The Doors – Build me à Woman

TH da Freak - Peeling The Onion

The Dø - Miracles

The Pixies – Where Is My Mind

Cavalera Conspiracy - Insane


SANS MOBILE FIXE – Guillaume Grivet – Éditions du Lamantin – 256 p. mars 2019

photo : Rue de la Soif à Rennes

Chronique Livre : PLAYLIST de Laure Lapègue Chronique Livre : LA PRIÈRE DU MAURE de Adlène Meddi Chronique Livre : LA VIE EN ROSE de Marin Ledun