Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
Territoires de Olivier Norek

Chronique Livre : Territoires de Olivier Norek sur Quatre Sans Quatre

Photo : voiture incendiée (Wikipédia)

« Nous vendons de la drogue pour tenir les quartiers et nous tenons les quartiers pour vous être indispensables. C'est le seul moyen d'obtenir votre attention. Le seul moyen d'exister. En fait, tout ça est un peu votre faute. Si on ne vous fait pas peur, vous nous abandonnerez, tout simplement. » (Le Boss à un adjoint au maire)


Le pitch

Trois dealers qui tenaient le marché de la dope sur la ville de Malceny (93) se font descendre brutalement. De quoi mettre la pression sur les deux groupes « Crimes » du SDPJ 93, dont, bien évidemment celui du capitaine Victor Coste. Surtout qu'un adjoint au maire est bientôt massacré chez lui...

Entre la came planquée chez les retraités, les gamins psychopathes, les politiques qui magouillent tant qu'ils peuvent pour assurer leur réélection ou la paix sociale, il va falloir toute la cohésion du groupe Coste et la collaboration des stups pour essayer d'y voir clair dans les plans machiavéliques tissés en coulisses. D'autant plus que les relations avec Lara Jevric, la capitaine de l'autre groupe ne se sont pas arrangées depuis Code 93, le premier opus des aventures de Coste.

Parer le coups fourrés, démêler les intrigues, gérer, plutôt mal que bien, sa vie privé et ses amours naissantes avec Léa Marquet, Victor Coste va encore devoir jongler avec les limites des procédures contre des criminels et des politiques pour qui la notion de légalité n'est plus qu'un vague souvenir. Il va, entre autres, devoir affronter Andréa Vesperini, maire de Malceny, diablement manipulatrice et autoritaire.


L'avis de Quatre Sans Quatre

La grande qualité d'un polar est de permettre à l'auteur de plonger ses mains dans le cambouis de la société et, en lisant Territoires, il est évident qu'Olivier Norek applique mieux que bien cette maxime. D'une suite de faits divers qui auraient fait quelques lignes dans la presse, il en tire un constat terrible des mœurs politiciennes locales en banlieue parisienne, de l'implacable logique économique des gangs et de la position inconfortable des flics qui sont coincés entre la marteau et l'enclume.

L'auteur est policier et ça se voit! Ce polar sent le poulet de plein air, celui qui a du côtoyer le système gagnant/gagnant entre politique et voyous, les discours lénifiants qui ne trompent que ceux qui ne connaissent pas la réalité, les petits arrangements entre amis pour garder une mairie ou détourner des subventions. L'ensemble du roman sonne juste, une précision documentaire servie par une écriture talentueuse et vraie. Des chapitres courts, un rythme respectant celui de toute affaire, ses accélération et ses passages à vide, une sorte de pièce en trois actes, une tragédie quotidienne vécue par trop de nos concitoyens.

Rien de tel que Territoires pour pénétrer aussi bien une escouade de CRS en pleine émeute que les magouilles de ceux qui poussent au combat. Olivier Norek évite le piège du manichéisme, de la dénonciation stérile, il nous livre l'enquête du groupe Coste telle que nous aurions pu la suivre, avec ses poussées d'adrénaline et ses jours sans, ses boulots obscurs et pénibles et ses succès revigorants.

Territoires est un de mes gros coups de cœur polars de cette année, comme Code 93 l'était l'an dernier. Loin du roman d'une affaire de plus, c'est une photographie crue et rude de la réalité du 93. Une photo qui dérange et qui doit donc être exposée au plus grand nombre.. A lire d'urgence avant de gloser sur la politique du vivre ensemble ou les atermoiements autour de la légalisation du canabis.


La notice bio

Olivier Norek est lieutenant de police à la section enquêtes et recherches du SDPJ93 depuis 15 ans. Il est l'auteur de Code 93 (Michel Lafon), un premier polar particulièrement réussi.


La musique du livre

Pas de musique identifiable tout au long du roman mais en regardant bien les « Remerciements », une mention à Mass Hysteria suffit à ne pas résister au plaisir d'écouter un « Même si j'explose » tout à fait en phase avec Territoires.

Territoires – Olivier Norek – Michel Lafon – 392 p. octobre 2014

Chronique Livre : PLAYLIST de Laure Lapègue Chronique Livre : LA PRIÈRE DU MAURE de Adlène Meddi Chronique Livre : LA VIE EN ROSE de Marin Ledun