Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
TROP DE MORTS AU PAYS DES MERVEILLES de Morgan Audic

Chronique Livre : TROP DE MORTS AU PAYS DES MERVEILLES de Morgan Audic sur Quatre Sans Quatre

Illustration : Alice au Pays des Merveilles (Pixabay)


Le pitch

Christian Andersen, avocat au barreau de Paris, a-t-il tué Alice, son épouse ? Cela fait maintenant trois ans qu'elle a disparu sans laisser aucune trace. Trois ans que les soupçons plus ou moins avoués et le doute le poursuivent. Surtout ceux du procureur Leloir qui s'est occupé de l'affaire. Même lui n'est pas très sûr de son innocence. Il a eu un grave accident quelques jours après la disparition d'Alice et en est resté amnésique.

Depuis quelque temps, il reçoit d'étranges SMS en forme d'énigmes, ce qui ajoute à son malaise. Le détective qu'il emploie pour retrouver la trace d'Alice sillonne les routes pour suivre la moindre trace de femmes pouvant lui ressembler. Il faut dire que l'épouse de Christian a un profil qui correspond à celui des victimes d'un tueur en série, le Marionnettiste, traqué depuis des mois par la brigade criminelle.

Diane Kellerman, virée de la police pour violence, est devenue championne de boxe. Elle connait mieux que personne l'affaire du Marionnettiste et est prête à tout pour se glisser à nouveau dans l'enquête quand le dossier Andersen refait surface. Elle n'est pas toute seule, bien des personnages plus ou moins recommandables tournent autour des miroirs d'Alice...


L'extrait

« Andersen ne s'attarda pas à l'extérieur du palais. Il voulait passer au vestiaire des avocats avant la fin de la suspension d'audience, pour récupérer son courrier dans sa toque. Autrefois, les avocats palidaient avec une toque noire sur la tête ; l'usage s'était perdu, mais les casiers où ils rangeaient leur carton à chapeau servaient toujours de boîte à lettres professionnelle. Comme d'habitude, la sienne débordait de paperasse. Malgré la dématérialisation croissante des procédures, beaucoup de documents se transmettaient exclusivement sous forme de papier.
Alors qu'il triait le courrier, une enveloppe bleue attira son attention. Elle lui était adressée et les mots « lisez-moi » y étaient imprimés en grosses lettres. Il la décacheta délicatement et trouva à l'intérieur une carte avec une simple phrase écrite à l'encre violette :
À quoi ressemble un corbeau ?
Intrigué, il remit la carte dans l'enveloppe et la rangea dans sa pile de courrier afin de l'examiner plus tard. L'audience allait reprendre ; il retourna vers les chambres correctionnelles. Leloir arriva presque en même temps que lui à la vingt-troisième. Le procureur ne put s'empêcher de lui lancer une pique cinglante au moment où il passait devant lui.
- Vous êtes véritablement digne de louanges, maître. Grâce à vous, un criminel de plus peut sereinement vendre son poison à notre jeunesse.
Andersen toisa un long moment Leloir avant de lui répondre :
- C'est la loi, monsieur le procureur. Si elle ne vous convient pas, présentez-vous à l'Assemblée nationale pour la changer. »


L'avis de Quatre Sans Quatre

Bienvenue au royaume des illusions ! Chausse-trappes, miroirs déformants, artifices, faux nez et autres illusions mènent le bal d'un monde, sans Alice apparente, qui n'a rien de merveilleux. Chacun la cherche, subodore sa mort, suppute sur le ou les coupables. Mais pas pour les mêmes raisons, c'est tout l'enjeu de ce roman. Un mari potentiellement assassin qui cherche désespérément des femmes pouvant être Alice, une flic révoquée têtue, un policier fâché, un père plus que mystérieux, le monde tourne autour de l'absente.

Christian et son amnésie opportune, les chicaneries entre services de police, rien ne concourt à éclaircir la disparition. Chacun court après l'ombre qu'il a choisie ou tente de gêner l'autre dans sa poursuite entamée. Morgan Audic joue remarquablement de toutes les possibilités du conte de Lewis Carroll, il brode ses personnages sur la trame et leur donne une réelle profondeur. Les interactions sont multiples, passionnantes, le suspense va crescendo, les coups de théâtre se succèdent. Ce drame est construit au millimètre, les pièces du puzzle jouent entre elles, ne semblant pas s'apparier avant d'enfin se mettre en place.

Peuplé de personnages de conte, ce polar aux indices en forme de charades, avec ses références constantes au monde délirant de Lewis Carroll, emmène son lecteur dans une superbe intrigue animée par sa propre logique et il lui faudra la suivre jusqu'au dernier chapitre pour en percevoir toute la profondeur. Noire. Tragique.

Hormis Christian, Diane Kellerman anime l'enquête de bout en bout, elle en est l'essence. Sa rage, sa fragilité, elle est incarne l'impuissance et la volonté, mais aussi la réalité brutale. Déchargée des barrières de la procédure et de la hiérarchie policière, c'est en électron libre qu'elle va évoluer sur tous les registres de l'affaire. Comme un chien fou, elle court sur toutes les pistes, mord, aboie, s'affole, se trompe mais ce Marionnettiste est tellement vital pour sa propre survie que rien ne la fera renoncer. Car, oui, rien n'est réglé.

Si certain cherchent Alice, d'autres investiguent sur ce tueur en série particulièrement violent. Entre la police officielle qui cherche toujours et Diane, persuadée d'avoir arrêté le bon coupable, il n'y a plus de dialogue possible. Des alliances de circonstances aussitôt rompues, des trahisons, des mensonges, rien ne sera épargné aux héros aussi perdus que la pauvre Alice. Au fait, perdue ? Ou morte ? Comme un hologramme déchiré, la jeune femme est partout, protéiforme, insaisissable, pas tout à fait la même, mais pas tout à fait une autre. Aucune piste ne peut être abandonnée a priori. Christian, Diane et les flics courent en regardant anxieusement le temps qui passe et les pistes s'enfoncer inexorablement dans des terriers insondables.

Un nouvel auteur à découvrir urgemment et un premier roman bien noir super original où le monde du conte sert de toile de fond à une manipulation sordide.


Notice bio

Morgan Audic est né à Saint-Malo en 1980 et a grandi à Cancale. Il vit depuis plus de dix ans à Rennes, où il enseigne l'histoire et la géographie en lycée. Trop de morts au pays des merveilles est sont premier roman.


La musique du livre

Un petit peu de musique dans ce roman, à commencer par Don't You Remember chanté par Adele que Christian entend chez son thérapeute, celui qui essaie de lui redonner sa mémoire.

Le disque jouait chez l'enquêteur privé d'Andersen lors de la visite de Diane, c'était Der Doppelgänger de Schubert (interprété ici par Dietrich Fischer-Dieskau.

Dans un camp de Roms, dans la zone aux frontières de la ville, le Requiem pour un fou de Johnny Hallyday sort d'une radio...

 

TROP DE MORTS AU PAYS DES MERVEILLES – Morgan Audic – Rouergue Noir – 358 p. avril 2016

TOP 10 : Les POLARS pour Noël 2017 Chronique Livre : LA DISPARUE DU VENEZUELA de Diane Kanbalz Chronique Livre : UNE DOULOUREUSE ENQUÊTE de Mathias Goddon