Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
TUEZ-LES TOUS... MAIS PAS ICI de Pierre Pouchairet

Chronique Livre : TUEZ-LES TOUS... MAIS PAS ICI de Pierre Pouchairet sur Quatre Sans Quatre

Le pitch

Julie Loubriac a disparu. Âgée de 17 ans, ce n'est pas la première fois qu'elle se volatilise. Ses parents sont pourtant persuadés qu'il ne s'agit pas d'une simple fugue. Divorcés, ils vont unir leurs forces pour découvrir ce qui a pu arriver à leur fille, qui préparait le bac.

Face à l'immobilisme de la police, Martine et Louis Loubriac vont se lancer à sa recherche. Elle tient un magasin de vêtements plutôt haut de gamme. Quant à Louis, il a presque près tout raté dans sa vie. Ex-flic, ex-journaliste, ex-époux... Parfois, il parvient à être père de famille. Il lui reste cependant une chose, sa guitare pour jouer du blues dans le bar de sa nouvelle compagne, Jenifer.

Même s'il n'a pas été un grand flic, il garde quelques réflexes de l'époque.Et il va tout faire pour découvrir ce qui est arrivé à sa fille. L'affaire se corse quand il est approché par un agent de la DGSI, qui le met sur une piste surprenante...

Une enquête qui va mener le couple Loubriac de Quimper à Istanbul, en passant par la Syrie. Entre drame familial et manipulation des services de renseignements, il va se retrouver au coeur d'un secret d'État, sur fond de guerre contre le terrorisme...


L'extrait

« La dernière partie du trajet, bien que courte, avait été la plus éprouvante. rentrer dans la cuve d’un camion-citerne, sommairement nettoyé, inhaler les vapeurs toxiques, chercher à aspirer un air aussi rare que brûlant provenant de l’extérieur par le capot des réservoirs ouverts. L’angoisse à l’idée qu’il suffisait de verrouiller cette trappe pour qu’elle soit asphyxiée et abandonnée à une mort certaine.
Tout cela pour être déposée au milieu de nulle part. Pas de sable, ni de paysages désertiques comme elle l’imaginait. C’était plutôt de l’herbe rase, quelques cultures, des champs. Étaient-ils en Syrie, en Irak, encore en Turquie ? Elle n’en savait rien, et inutile de demander aux autres. ils devaient baigner dans la même ignorance.
Impossible de dormir. Elle grimaça en ramenant sur elle la couverture puante qu’elle avait trouvée par terre. Nouvelle idée, celle-ci lui vrilla le ventre, bouffée d’angoisse, surtout de remords. Elle devait faire quelque chose, même si c’était un peu tardif et certainement vain. Sa main glissa vers son sac, effleura l’ourson brun aux pattes blanches accroché à une des boucles, son porte,bonheur, son plus vieil ami. Presque dix-sept ans qu’ils se connaissent. Ils en avaient vécu des aventures ensemble… Elle fouilla dans son petit sac à dos. pas grand-chose, presque plus rien, les quelques affaires laissées par les passeurs : un bloc de papier. Un stylo. » (p. 21)


L'avis de Quatre Sans Quatre

Zones de guerre, zones d’embrouilles, paradis des barbouzes de tous poils, de sadiques, de truands, de fanatiques de tous horizons. Parfois, il arrive que les-dites embrouilles perturbent large, bien au-delà des théâtres d’opérations ou des frontières où passent volontaires, réfugiés harassés, combattants et matériels. C’est précisément le décor d'une partie de l’intrigue de ce roman absolument époustouflant.

Outre un scénario tordu à souhait dont il est plus que délicat de parler pour ne pas gâcher le plaisir du lecteur, Pierre Pouchairet, une fois de plus, comme dans son précédent polar - La théorie de Langley (Jigal Polar 2017) - nous raconte une histoire totalement crédible et effroyable. Un récit dans lequel il est bien difficile de trier ce qui est la part de fiction des turpitudes avérées se produisant tant à la frontière turco-syrienne (Kilis) que dans les réseaux de recrutements djihadistes, les rues et les cités de Quimper ou les cabinets feutrés dans lesquels se décident les coups tordus des services de renseignements.

Anti-héros parfait, loser, ex tout, futur rien, Louis Loubriac retrouve un peu d’énergie pour partir à la recherche de sa fille, Julie, dont tout donne à penser qu’elle a rejoint le territoire tenu par Daesh en Syrie ou en Irak, via la Turquie. Aidé de son ex épouse, Martine, et de sa nouvelle compagne Jenifer, Louis va tenter de remonter la filière. Il croise au cours de ses investigations des individus plus que louches, venant de tous les bords : flics des renseignements, recruteurs et passeurs de djihadistes, ex policiers turques. Un monde pour lequel, malgré son expérience de policier, il n’est pas taillé. Un univers de billard à trois, quatre, cinq bandes sur le tapis duquel les acteurs de terrain et ceux qui y sont précipités ne sont que des pions sacrifiables à merci.

L’énergie du désespoir de Louis et de son épouse, la bonne volonté - teintée tout de même d’un fort sentiment de jalousie envers Martine - de Jenifer vont se heurter à la machinerie implacable d’une opération sordide mise en place par de très hauts personnages. Ils n’ont pas une chance, a priori, mais c’est sans compter sur la rouerie des espions et les guerres entre chefs au sein des services. Aidés par les uns, trahis par les autres, Loubriac va avancer, rebondir de Quimper à Paris, puis jusqu’en Turquie. Une partie d’échec où chaque coup est forcé, dans laquelle il se pense joueur alors qu’il n’est qu’un pion comme les autres. Un pion agaçant, servi pas une forme de chance, un pion rebelle qui a perdu la partie depuis trop longtemps pour renoncer encore une fois.

Julie, sa fille, est une ado pleine d’empathie, et pire encore, amoureuse. Personne n’a rien vu venir ni ne comprend sa fugue vers ces lieux où l’horreur est quotidienne. Ce polar, en filigrane, démonte les réseaux, leurs trucages de la réalité, la violence subie par les jeunes une fois embarqués. Tuez-les tous...mais pas ici est un jeu de dupes multi plateformes avec du vrai sang, de vraies larmes et des tonnes de désespoir. Un des visages de notre quotidien, dérangeant, perturbant, pour lequel les réponses toutes faites ne suffisent pas. Pierre Pouchairet sait comme personne montrer que la complexité ne peut se résumer à quelques préjugés et se résoudre en deux ou trois phrases lapidaires. il fait pénétrer son lecteur dans les arcanes du combat de l’ombre, des combats de l’ombre, entre ennemis, évidemment, mais également entre factions rivales luttant sous la même bannière.

Certes, la situation syriennen et turque, est un labyrinthe, un fatras dans lequel il est bien ardu de s’orienter et d’en extraire une opinion éclairée. la diplomatie internationales entre alliés n'est guère plus limpide et les différentes agences gouvernementales luttant contre le terrorisme apparaissent, dans ce récit, lutter autant entre elles que contre les djihadistes. Alliance avec les mafias, petits trafics juteux des Turcs ne rechignant pas à traiter avec terroristes, un capharnaüm incroyable règne et Louis ne va certainement pas contribuer à arranger les choses...

Depuis la défaite militaire annoncée de Daesh se pose le problème du retour des combattants français passés à l’ennemi. Question éminemment difficile au centre de ce roman. Son titre donne une idée assez bonne de la position de certains stratèges nationaux et de ce qui est en jeu dans le scénario. Loin d’être une histoire essentiellement géopolitique et policière, ce livre parle de Louis, de Martine, de Jenifer, de Julie, des êtres ordinaires pris dans des mécaniques qui leur échappent, poussés par l’amour dans les rouages d’une mécanique infernale dont ils ne comprennent pas le fonctionnement, des zones grises de la politique et des opérations secrètes.

Loubriac est un beau personnage, un personnage puissant dans sa décrépitude, dans sa hargne. Un Don Quichotte sans peur qui ne défie pas des moulins à vent mais des chars. Il me fait penser à ces cavaliers polonais chargeant au sabre les divisions de Panzers nazies au cours de la seconde guerre mondiale. Il sera le grain de sable inattendu, celui qui grippe, contre toute attente, seul ou presque, le piège soigneusement étudié…

Coutumier du fait, Pierre Pouchairet cloue le lecteur par un dénouement époustouflant, inimaginable, un frisson, un malaise qui perdure longtemps après le livre refermé. Tuez-les tous...mais pas ici n’est pas un roman confortable, il bouscule, dérange, perturbe les certitudes servies à longueur de journée par les canaux d’information divers et variés. Surtout il raconte la terrifiante aventure humaine d’un type revenu de toutes ses illusions mais prêt à s’arracher les tripes pour retrouver sa fille, une épopée, un périple héroïque impossible à lâcher.

Un must par un boss du polar, ne passez pas à côté !


Notice bio

Pierre Pouchairet est né en 1957. Il a été commandant de la police nationale puis chef d’un groupe luttant contre le trafic de stupéfiants à Nice, Grenoble ou Versailles… Il fût également à plusieurs reprises en poste dans des ambassades, a représenté la police française au Liban, en Turquie, a été attaché de sécurité intérieure à Kaboul puis au Kazakhstan. Aujourd’hui à la retraite, il vit à l'Île-Tudy. Il a publié en 2013 un livre témoignage, Des Flics Français à Kaboul, puis Coke d’Azur en 2014. La même année sort son premier polar, Une Terre Pas Si Sainte, édité par Jigal Polar, suivi par La Filière Afghane (2015), À L'Ombre Des Patriarches (2016), La prophétie de Langley (2017) chez le même éditeur. Il obtient le très convoité Prix du Quai des Orfèvres 2017 pour Mortels Trafics publié comme tous les ans par les éditions Fayard en novembre 2016.


La musique du livre

Louis Loubriac étant musicien, forcément, de nombreux titres émaillent le récit, principalement du blues, outre la sélection ci-dessous, vous pourrez trouver dans le roman : Bobby Gentry - Rainy Night in Georgia et AC/DC - Highway to Hell

Bob Dylan - Absolutely Sweet Mary

Jimi Hendrix - Like a Rolling Stone

Bobby Gentry - Ode to Billy Joe

Muddy Waters - Hoochie Coochie Man

Kriss Kristofferson - Me and Bobby McGee

Eric Clapton - Tears in Heaven


TUEZ-LES TOUS... MAIS PAS ICI – Pierre Pouchairet – Éditions Plon – collection Sang Neuf - 463 p. janvier 2018

photo : Camp de réfugiés de Kilis à la frontière turco-syrienne (Wikimédia)

Chronique Livre : NID DE VIPÈRES d'Andrea Camilleri Chronique Livre : LA DERNIÈRE COUVERTURE de Matthieu Dixon Chronique Livre : LÀ OÙ VIVENT LES LOUPS de Laurent Guillaume