Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
UNE DOULOUREUSE ENQUÊTE de Mathias Goddon

Chronique Livre : UNE DOULOUREUSE ENQUÊTE de Mathias Goddon sur Quatre Sans Quatre

Le pitch

Modeste Kirambali, rescapé du génocide rwandais, habitant d'une zone sensible grenobloise, élève du mieux qu'il peut ses deux enfants, dont l'un rentre au lycée et l'autre est récemment sorti de prison. Les cauchemars liés à son passé n'en finissent pas de le hanter.

À l'autre bout de la ville, les policiers Lecouerc et Jacquier se lancent dans une enquête sur l'assassinat du bras droit d'un mafieux local. Le lieutenant Jacquier, être solitaire et désespéré, se voit dans l'obligation de suivre une psychothérapie pour avoir tiré une balle de trop sur un forcené...


L’extrait

« Cinq minutes après son arrivée, il se félicita de n’avoir rien mangé en observant la victime à terre. Et encore, on avait pris soin de recouvrir d’un drap la zone des parties génitales.
- Homme noir, environ cinquante ans, brun, un mètre soixante-quinze, assez corpulent, pas d signe particulier. On a retrouvé son portefeuille, Félicien Boubaye…
- Boubaye, Boubaye, ça me dit quelque chose…
- Oui, Jacquier, vous allez y arriver.
- Un des bras droits de Mazzini… Ça sent le règlement de compte à plein nez…
- Sauf que contrairement à l’habitude, il n’a pas été tué avec une arme à feu.
Jacquier observa sa coéquipière. Pas de signe de faiblesse. Décidément, elle était faite pour ce job ! D’une froideur à vous mettre directement le cadavre au frigo ! Ne se sentant pas trop bien, Jacquier émit un son plus qu’il ne posa une question.
- Des témoins ?
- Non, à part le jogger ayant l’habitude de courir à six heures du matin qui a découvert le corps.
Elle jette un regard en biais sur la droite. L’homme chauve portait une barbe grisonnante. Il se tenait prostré, adossé à un arbre. Cela faisait maintenant une heure que la découverte macabre avait eu lieu. Les pompiers lui avaient donné une couverture. Juste avant l’arrivée du lieutenant, Lecouerc avait récolté son témoignage. Elle lui avait dit qu’il pouvait partir, mais il se donnait encore quelques minutes pour récupérer. Pas sûr qu’il recourrait un jour à cet endroit à cette heure du matin… Il choisirait sans doute un autre coin, si jamais l’envie le reprenait. » (p.23-24)


L’avis de Quatre Sans Quatre

Grenoble, ses cités sensibles, et le génocide rwandais, a priori, peu de points communs, si ce n’est aucun. C’est pourtant un tel lien que réussit à créer Mathias Goddon dans Une douloureuse enquête. Les hasards des migrations, les regroupements des plus pauvres dans les mêmes zones d’habitat génèrent, si l’on y regarde de plus près, des retrouvailles parfois explosives à des milliers de kilomètres du théâtre du conflit originel.

Modeste Kirambali, rescapé du génocide où il a perdu une bonne partie de sa famille dont sa première épouse, éduque ses enfants du mieux qu’il le peut, il tient à s’intégrer sans faire de vagues. Pacifique, son cadet, travaille bien à l’école, il est élève au lycée professionnel et vit jusque-là l’existence paisible d’un adolescent d’aujourd’hui. Léopold, son aîné, est lui déjà allé en prison et il a une liaison avec l’ex petite amie d’un homme de main du caïd local, Mazzini. Or, ce lieutenant du mafieux, Boubaye, est retrouvé assassiné à la machette. Apparemment un règlement de compte entre truands, mais l’arme du crime n’est pas usuelle et les enquêteurs sont sceptiques.

Les deux policiers chargés de l’enquête, Jacquier et Lecouerc trimballent eux-aussi leurs lots de problèmes comme dans tout polar qui se respecte. Ce ne sont pas de supers flics en titane, ils sont tiraillés entre leurs anciennes blessures et leur devoir, cette enquête bien plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. On y retrouve la loi du silence de la pègre, l’amour, la jalousie, les blessures du passé, tout un écheveau complexe et subtil qui sera bien difficile de dénouer.

Une partie du récit se déroule dans le lycée où étudie Pacifique et ses copains, là, on sent le professionnel, Mathias Goddon est prof et cela se voit dans sa connaissance fine des rapports de force au sein de l’établissement scolaire, des réactions des adolescents et de leur façon bien particulière de régler les conflits. Quelques scènes venues directement du génocide rwandais rappelle l’horreur de ce qu’il s’est passé là-bas et le très difficile résilience pour les survivants des massacres, surtout que la justice est bien lente à accomplir son travail et de nombreux crimes demeurent impunis.

le lecteur progresse au rythme lent des policiers, part sur de fausses pistes avec eux, le scénario tient debout jusqu’à la fin et le suspense demeure présent. Même si le rythme aurait peut-être gagné à être un peu plus soutenu, l’intrigue tient la route et les anecdotes concernant les errements de Jacquier ou le passé de Modeste servent toutes le récit et le rendent intéressant.

Un bon polar au sujet original, à découvrir !


Notice bio

Né en 1974 à Annecy, issu du milieu ouvrier, Mathias Goddon n'était pas destiné à devenir écrivain. Passionné d'histoire, il devint enseignant au début des années 2000. Après un premier ouvrage sur le service militaire, l'auteur se consacre à la littérature policière.


La musique du livre

Faith No More - Falling To Pieces


UNE DOULOUREUSE ENQUÊTE - Mathias Goddon - Éditions Encre Rouge - 309 p. juillet 2017

photo : Grenoble nocturne (Pixabay)

TOP 10 : Les POLARS pour Noël 2017 Chronique Livre : LA DISPARUE DU VENEZUELA de Diane Kanbalz Chronique Livre : TUE-MOI de Lawrence Block