Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

DTC #4 - Une Histoire de Fous de John Katzenbach

DTC #4 - Une Histoire de Fous de John Katzenbach sur Quatre Sans Quatre

Comme chaque dimanche, c'est DTC ! Kesako ? me direz vous, regardez ici, et là itou, vous aurez toutes les réponses

John Katzenbach, pour le lecteur lamba, c'est L'Analyste, voire Juste Cause ou Faux Coupable pour le cinéphile, un pro du thriller psychologique, du montage d'énigmes tordues et de personnages avalés par des spirales infernales concoctées par de sombres individus.

Ce n'est pas tout à fait le cas pour Une Histoire de Fous, plus polar classique avec cinq paires de guillemets tant les deux enquêteurs, l'un barjot homologué et l'autre mystérieux proscrit, sont hors normes et le lieu du crime particulierement glauque. Mais quoi de mieux que deux malades pour pister un criminel dans un hôpital psychiatrique ?


Le pitch

Dans les années soixante-dix aux États-Unis, Francis Petrel entre dans la psychose de façon tout à fait conventionnelle à la sortie de l'adolescence. Comme il a une forte tendance à l'agressivité envers sa famille, celle-ci n'a d'autre choix que de demander son internement au Western State, un hôpital psychiatrique surpeuplé du Massachusets, comme tant d'autres à l'époque.

Dans la grande machine à dépersonnalisation, il y devient C-Bird et rencontre un étrange personnage, plus mis à l'écart de la société que véritablement malade Le Pompier qui dévoilera son histoire au fil du récit. Une jeune infirmière est assassinée dans de sordides circonstances durant son hospitalisation et nos deux héros vont tant bien que mal enquêter pour résoudre ce meurtre.

Le roman débute vingt ans plus tard lorsque C-Bird accepte de participer à une cérémonie commémorative, sa mémoire remet en scène l'ensemble du drame...


Ce qu'on en pense

Laissons de côté le versant thriller du récit : les 5 premières pages sont une merveille de portrait d'un psychotique sous traitement. Tout y est juste, le choc des neuroleptiques, les effets secondaires, les traitements de ces effets qui viennent s'ajouter et qui déclenchent à leur tour d'autres troubles, la spirale sans fin de la constipation, maux de tête, dyskinésies que connaît chaque patient traité, surtout qu'à l'époque, les médecins ne lésinaient pas sur le dosage.

Les difficultés de C-Bird a démêler ses observations de la réalité et les hallucinations de sa pathologie ajoutent bien évidemment du piment dans cette affaire, Le Pompier jouant parfaitement le rôle de balise lui permettant de s'y repérer un tant soit peu.

Katzenbach a du rassembler une minutieuse documentation pour en arriver à un tel résultat absolument bluffant, le talent a fait le reste. Les lieux, le personnel soignant comme les autres patients sont dépeints sans concession, avec un réalisme efficace mais sans misérabilisme.

Ce récit sonne juste, c'est rare sur ce milieu. Pour le reste, il ne faut rien dévoiler mais tout de même signaler la très grande qualité d'écriture de l'auteur qui sait mener un suspense sans en faire trop tout en tenant de main de maître les rênes de l'histoire.

On est jamais déçu par un roman de John Katzenbah, Une Histoire de Fous n'échappe pas à cette règle, du grand art, original, passionnant du début à la fin, une plongée réaliste dans le monde de la folie et de ses hôpitaux ... Injustement mis un peu à l'écart de l’œuvre de John Katzenbach mais ce thriller est difficilement adaptable au cinéma sans en retirer toute la partie introspection de C-Bird qui en fait le sel...


Notice bio

Fils d'un ancien Procureur Général des États-Unis, John Katzenbach a été chroniqueur judiciaire. Son premier roman, In the heat of summer (1982) n'est toujours pas publié en France malgré son adaptation cinématographique.

Il connaîtra la consécration avec L'analyste (2002) récompensé par le grand prix de littérature policière en 2004.

Les films Juste Cause, Mission Evasion et Faux Coupable sont également tirés de ses romans.

Une histoire de fous – John Katzenbach – Presses de la Cité – 548 p. octobre 2005

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Jean Charles Provost

Chronique Livre : CITY OF WINDOWS de Robert Pobi Bilan 2019 : Les 20 articles les plus lus ! Top 10 : Les THRILLERS pour Noël 2019