Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
Une terre pas si sainte par Pierre Pouchairet

Chronique Livre : Une terre pas si sainte par Pierre Pouchairet sur Quatre Sans Quatre

photo : Naplouse (source : Wikipédia)

« Ce que j'aime dans ce pays, par rapport à la France, c'est qu'on ne nous emmerde pas pour les délits de faciès...Ici, c'est quand on ne contrôle pas les arabes qu'on ne fait pas son boulot ! » (Guy, flic israélien)


Le pitch

La Palestine, un pays qui peine à, peut-être, pouvoir exister un jour. Un prologue de nation, mais déjà profondément divisé idéologiquement entre la vieille garde de l'OLP de Yasser Arafat et les jeunes militants, manipulables à merci, du Hamas et, géographiquement, entre la Cisjordanie et la bande de Gaza.

A Naplouse, haut lieu de la résistance contre Israël, une famille de colons juifs est retrouvée sauvagement assassinée. Dany et Guy, tous deux d'origine française, officiers de la police judiciaire israélienne sont désignés comme observateur d'une enquête qui va être confiée au Shabak, l'équivalent de DCRI en France, les méthodes locales en plus. L'affaire va très rapidement être étiquetée « terroriste » dans un imbroglio de procédure propre à la complexité du lieu et des lois israéliennes, il faut apaiser l'opinion.

L'autorité palestinienne délègue la jeune Maïssa pour mener des investigations de son côté et éviter que de jeunes palestiniens ramassées dans l'urgence soient accusés d'un crime qu'ils n'ont, peut-être, pas commis. Maïssa est la fille d'un ministre, militant de la première heure de l'OLP, et peut compter sur les réseaux de son père pour l'aider dans des démarches particulièrement ardues puisque le Hamas a décidé de provoquer des manifestations en réponse à l'arrestation de jeunes suspects palestiniens. Le cycle émeutes/répression semble bien parti pour être encore une fois meurtrier!

Rien n'est simple, la moindre requête est suspecte, le moindre regard dangereux dans cette région et un flic français poursuivant une enquête débutée à Nice va venir perturber encore un peu plus le paysage...


L'avis de Quatre Sans Quatre

Chapeau bas Pierre Pouchairet ! Ce roman délivre un message essentiel, trop rarement mis en avant. Il y a vraiment des gens qui vivent et meurent dans cette région scrutée de tous côtés mais dont les habitants sont, la plupart du temps, ignorés, massifiés. Dans Une terre pas si sainte, ils ont un nom, des qualités, des défauts, des ambitions, une vie au-delà des bombes, de la peur, des postures et des déclarations définitives qui ne durent que le temps d'un souffle. Les dissensions politiques, les haines affichées ne résistent pas plus qu'ailleurs à une bonne dose de fric bien sale. Chacun habille sa malhonnêteté des haillons de conscience qui lui restent.

C'est un livre « caméra à l'épaule », au plus près de la réalité du terrain et de la vie quotidienne, emplie de tracasseries, de peurs, de manipulations et mensonges de tous les partis en présence. La vieille OLP, corrompue jusqu'à l'os, désabusée et usée, le Hamas, tirant toutes les ficelles sous des airs compassionnels et les israéliens qui empilent des réglementations kafkaïennes, des pratiques plus que répréhensibles avec les prisonniers et qui ne s'embarrassent pas de scrupules pour calmer leur opinion publique. L'intime de chaque personnage est minutieusement décrit, on suit l'ensemble de l'affaire comme un observateur pourrait le faire après avoir fait connaissance avec les protagonistes.

Entre Gabin, le flic français qui endosse le rôle du candide, Maïssa, la jeune palestinienne, Guy et Dany, l'effroyable Shabak, l'impitoyable Hamas, l'auteur nous plonge dans un univers où la « vérité » doit être utile, doit servir l'intérêt de celui qui l'annonce et peut donc être tordue à volonté pour atteindre ce but. Comme dans tous les ghettos du monde, la came est à l’œuvre, apaisant les pauvres et finançant toutes les dérives, politiques ou personnelles, son trafic habillé selon les circonstances sous de pâles oripeaux idéologiques.

Une terre pas si sainte rappelle l'atmosphère intelligente des romans de Matt Rees et de son héros Omar Youssef, un regard rare sur des sociétés dont les médias parlent tant et si mal, un univers aux mécanismes tellement complexes que, seule, une grande plume connaissant parfaitement le terrain peut faire vivre sans manichéisme ni lieux communs.

Un polar exceptionnel pour toucher du doigt des réalités qui nous échappent, un suspense oppressant pour une énigme labyrinthique dans laquelle l'auteur se plaît à nous promener comme on fait le tour du propriétaire. Bref, un livre à lire de toute urgence.


Notice Bio

Pierre POUCHAIRET est né en 1957. Il a été commandant de la police nationale puis chef d’un groupe luttant contre le trafic de stupéfiant à Nice, Grenoble ou Versailles… Il fût également à plusieurs reprises en poste dans des ambassades, a représenté la police française au Liban, en Turquie, a été attaché de sécurité intérieure à Kaboul puis au Kazakhstan. Aujourd’hui à la retraite, il vit à Jérusalem. Il a publié en 2013 un livre témoignage Des flics français à Kaboul et Coke d’Azur en 2014.


La musique du livre

Le capitaine Gabin Mouret écoute un CD de Miles Davis en travaillant ses dossiers, ce sera donc So What suivi d'une vidéo de This is the new shit par Marylin Manson vue au Blues Power, une boite dans laquelle les flics français font une descente.

Un petit titre couleur local, le jazzman israélien Avishaï Cohen et Seven Seas que Guy et Dany font découvrir à Gabin lors de son périple en Palestine.

Une terre pas si sainte – Pierre Pouchairet – Jigal Polar – 292 p. septembre 2014

Chronique Livre : SIX-QUATRE d'Hidéo Yokoyama Chronique Livre : À L'OMBRE DU POUVOIR de Neely Tucker Chronique Livre : UN BILLET POUR L’INCONNU de Véronique Zaborowski