Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Chronique Livre :
ZACK de Mons Kallentoft et Markus Lutteman

Chronique Livre : ZACK de Mons Kallentoft et Markus Lutteman sur Quatre Sans Quatre

Photo : DIscothèque (Pixabay)


Le pitch

Zack Herry passe pas mal de ses nuits dans les boites illégales de Stockholm. Il aime la coke et les aventures d'une nuit. La journée, il est, à 27 ans, le plus jeune membre d'une unité spéciale de la police chargée des crimes les plus importants.Son meilleur ami, Abdula, est un petit délinquant. Ils ont grandi ensemble dans un quartier difficile, sont devenus indispensable l'un à l'autre pour survivre au milieu des hyènes. Mais il redoute l'instant où une enquête pourrait le mettre en face d'Abdula...

Son passé est lourd, il explique ses écarts de conduite fréquents, la dope, les femmes qu'il collectionne. Sa mère, elle-même policière a été assassiné le laissant seul avec un père malade et dépendant.

La brigade de Zack se voit confier l'enquête sur un massacre particulièrement atroce : le meurtre de quatre employées d'un salon de massage thaïlandais de Stockolm, servant la plupart de temps de façade à des maisons de prostitution. Celles-ci rapportent gros et sont tenues par des gangs féroces. Ces assassinants sont-ils un message d'un clan à un autre ? Un crime xénophobe ? Un pervers ?

Zack et ses collègues devront fouiner chez les pervers sexuels, dans les milieux nationalistes, les clubs de motards ou les mafias étrangères pour tenter de discerner un sens à cette barbarie. La pression s'accentue avec de nouveaux massacres.


L'extrait

« La tête de la femme heurte le sol avec fracas. La moitié du visage de Mi Mi a été emportée. Le femme assise près d'elle a des morceaux de cervelle plein la bouche et n'est plus en mesure de crier.
L'homme presse à nouveau la détente. L'arme est équipée d'un silencieux et la détonation sonne davantage comme un coup de poing dans un sac de frappe que comme un coup de feu. L'homme sent son bras encaisser le recul du pistolet et une autre femme est projetée en arrière, frappée en pleine poitrine.
Deux des Asiatiques gisent sur le sol, la troisième sur le canapé.
Plus qu'une.
La vieille sorcière.
Sait-elle à quel point elle est répugnante ?
Ces putains n'auraient jamais dû le prendre de haut. Mais les femmes sont toutes les mêmes, il faut toujours qu'elles la ramènent et qu'elles essaient de s'imposer. Et parfois, il arrive que l'on soit obligé de leur lâcher un peu la bride, du moins en apparence.
Mais pas là.
Pas maintenant. »


L'avis de Quatre Sans Quatre

On pourra dire ce qu'on veut, les personnages avec le cul entre deux chaises sont souvent les meilleurs. Zack le prouve une nouvelle fois superbement. Ni ange ni démon, il s'arrange avec son passé et les règles de conduite du flic suédois ce qui n'est pas si simple. Il n'a pas forcément vu venir l'addiction, les effets secondaires des doses qu'il renifle de plus en plus frénétiquement mais n'a pas pour autant perdu sa motivation de policier.

Le vent de Millenium souffle sur ce roman, fort. Ce plus qui a fait le succès mérité des Scandinaves, avant que le marché soit surchargé de productions sans intérêt, voire franchement mauvaises. Zack est de cette veine, un héros protéiforme, capable de tout, faiblesses et exploits pas toujours très intelligents, mais profondément humains. Un polar riche également en personnages secondaires attrayants, finement décrits un à un. Les scènes de police succèdent aux errances nocturnes d'un Zack perdant pied peu à peu. Ce polar bouge sans cesse, comme son héros, il saute d'une action à l'autre, changeant de point de vue, multipliant les pistes et les indices, les certitudes qui se transforment en doutes.

L'intrigue plonge dans le très actuel problème des migrants, ou des réfugiés, termes aléatoires toujours réducteurs et impropres à traduire une terrible réalité. Ces femmes massacrées, sans réelles identités, aux origines plus que floues, traquées dans leur pays, simple marchandise en Suède, jetées au rebut quand elles ne servent plus ou gênent le bizness de leurs prédateurs, vont faire écho dans l'esprit de Zack, lui dont la mère a été suppliciée par le même type de salauds. Ce sont toutes les résonances entre sa difficile enfance et le terrible sort de ces Thaïlandaises que développent les deux auteurs, Zack essaie autant d'apaiser ses contradictions et tensions personnelles que d'arrêter l'assassin.

Zack Herry est un acrobate, un bateleur qui jongle à l'aveugle, ou presque, entre ses addictions, son job de policier, son amitié avec Abdula - une amitié à la vie à la mort -, les femmes plus ou moins régulières ou très temporaires, sa hiérarchie. Si l'on ajoute à cette liste le manque cruel de sommeil qui lui fait perdre une partie de sa lucidité, le besoin de "remontant" de plus en plus fréquent, prégnant, le flic prend une dimension exceptionnelle.

Mons Kallentoft et Markus Lutteman n'en font pas que des victimes, des ombres bonnes à la boucherie. Ces femmes prennent corps sous leurs plumes, ils leurs donnent une humanité qui fait souvent défaut lorsque ce type de sujet est traité. L'excellent personnage de Deniz, la collègue, aux origines kurdes, de Zack vient également en miroir, elle est une réfugiée avec une arme et du pouvoir, mais les réflexions et l'incompréhension ne cessent pas pour autant.

Zack est un polar qui va au fond de son sujet, de ses sujets car ils sont multiples, comme la meute de prédateurs attirée par les profits ou de pervers sadiques qui peuvent laisser s'exprimer leur vice sans trop de risque sur des faibles à l'existence en pointillé ou les contradictions de son personnage principal. Nulle cruauté n'est passé sous silence, aucune complaisance ou compromission, le scénario est, malheureusement, tout à fait crédible.

Un très grand polar événement pour débuter l'année de la Série Noire qui sait mêler le rythme haletant de l'enquête aux réflexions plus profondes sur les failles de la vie et la réalité d'un monde de plus en plus dur pour les exclus. Mons Kallentoft qui m'avait déjà séduit par son cycle des saisons confirme son immense talent de conteur intelligent et passionnant.


Notice bio

Mons Kallentoft et Markus Lutteman, nés respectivement en 1968 et 1973, sont tous deux journalistes et écrivains. Le premier s'est fait connaître en France grâce à la série des « Saisons », romans policiers mettant en scène l'enquêtrice Malin Fors (plus de 165 000 livres vendus).
Le second est l'auteur de six ouvrages, non encore traduits en français. Zack constitue leur première collaboration, un succès puisque plus de 100 000 exemplaires ont été vendus en Suède et les droits du roman ont été achetés par 11 pays. Zack est le premier ouvrage d'une série qui promet d'être passionnante.


La musique du livre

Pas vraiment de titre identifiable, la musique est là mais en arrière-fond. Zack fréquente les boites clandestines et croit reconnaître un morceau d'Avicii, ou d'un autre DJ, ici, Waiting For Love.

Zack toujours qui a une vieille chanson de Nirvana en tête alors qu'il met une femme à l'abri lors d'une intervention de police à hauts risques, About a Girl

ZACK – Mons Kallentoft et Markus Lutteman – La Série Noire – 448 p. 8 janvier 2016
Traduit du suédois par Frédéric Fourreau

Chronique Livre : AU COEUR DE LA FOLIE de Luca d’Andrea Chronique Livre : INEXORABLE de Claire Favan Chronique Livre : LE SEMEUR DE MORT de Patrick Guillain