Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Manga :
NEUN de Tsutomu Takahashi

Manga : NEUN de Tsutomu Takahashi sur Quatre Sans Quatre

Osamu Tesuka avait initié le manga à propos de l'Allemagne nazie avec sa tétralogie Les Trois Adolf. Trois personnages, dont le Führer, portaient le même prénom et n'avaient que cela en commun.
Tsutomu Takahashi va plus loin à travers le scénario qu'il imagine autour de la figure du Führer.

3


En 1940, les SS partent à la recherche de treize descendants de Hitler créés par insémination artificielle afin de les éliminer. Chacun d'entre eux est pris en charge, élevé et protégé des dangers extérieurs par un Wand - "mur" en français. Neun, le neuvième enfant issu de cette procréation artificielle, est sous la protection de Theo et Acht, le huitième, sous celle d'une germano-japonaise du nom de Naomi. Tous deux décident de les protéger des SS coûte que coûte et de mener à bien leur mission : permettre au descendant de Hitler dont ils ont chacun la charge de survivre. Les SS agissent sur l'ordre de Sechs, le sixième héritier du Führer.

5

La réalité historique tend à affirmer qu'Hitler fut stérile. Dans son manga, Tsutomu Takahashi imagine la tentative des médecins nazis de créer une descendance à Hitler à défaut d'évoquer celle, réelle, des scientifiques à vouloir créer le parfait et pur aryen.

4

Tsutomu Takahashi ajoute à cet aspect scientifique un aspect ésotérique lié à la religion chrétienne. On peut en effet se demander pour quelle raison les médecins ont créé treize descendants. On peut y voir à la fois une tentation de l'auteur d'associer à la procréation artificielle une connotation diabolique. L'image de Neun en petit avec en arrière-plan le visage de profil de Hitler laisse à penser que Hitler est associé au Diable au premier degré. Au second degré, par référence au Nouveau Testament, les treize descendants peuvent faire penser aux treize apôtres contenant un traître, reste à savoir lequel. Pour le père adoptif de Neun, ce dernier est "le diable". Pour le lecteur qui suit l'intrigue, ce pourrait être Sechs dont on ne voit que la silhouette enfantine noire - Caïn est devenu noir dans L'Ancien Testament au moment où il a tué son frère Abel - et qui tire les ficelles par l'intermédiaire de Himmler qui annonce l'épuration des descendants dès la première page du manga.

6

On peut s'interroger sur le statut des treize enfants eux-mêmes qui sont "peut-être des bombes en puissance". On peut aller plus loin en se demandant pourquoi le garde du corps de Neun s'appelle Theo - rappelons que theos signfie "dieu" en grec - : Neun serait-il ainsi préservé de toute caractéristique diaboliques ? Seuls les tomes suivants de la série permettront de le déterminer.

La réalité historico-géographique est de mise. L'auteur met en scène les figures emblématiques du Nazisme de Hitler à Goebbels en passant par Himmler. Les décors sont ceux de l'Allemagne de 1940 : la Westphalie, la campagne allemande et Berlin. L'ancrage dans la réalité allemande est renforcé par l'emploi de quelques vocables allemands : Jawohl !, Heil Hitler !...

Ce manga appartient au genre seinen (manga d'aventures pour adultes) et en cela s'évertue à construire un thriller historique. Les scènes d'action et d'horreur sont présentes à travers les tirs au Lüger - le pistolet fétiche allemand -, les corps écrasés par les véhicules ou déchiquetés par l'explosion.

2

Cependant, l'horreur la plus grande est celle que Tsutomu Takahashi parvient à créer à travers un graphisme dépourvu de ligne claire et surchargé de traits de façon à mettre en avant les globes oculaires, les orrbite énuclées ou noires et les jeux de regards. Les yeux ne sont pas ceux du manga traditionnel (les yeux de Bambi) et c'est en cela que NeuN puise toute son originalité.

Les fans des films des années sombres de l'Histoire pourront y trouver des clins d'oeil aux documentaires de propagande d'époque ou au cinéma de Fritz Lang : le Doktor U n'est pas sans rappeler le Doktor M (Mabuse) mis en scène au cinéma par ce dernier. Le manga tend ainsi visuellement, au profit de l’équilibre maîtrisé entre le noir et le blanc et la rareté des dialogues, à intégrer le registre fantastique d'un certain type de cinéma muet - serait-ce celui de Murnau ?

(Image sans titre)

NeuN, par son premier tome qui ne dévoile pas toutes clefs de lecture et d'interprétation, par la richesse de sa documentation et l'originalité de son style graphique, lance les prémices d'une série qui devrait tenir ses promesses jusqu'au dernier tome.


Notice bio

Tsutomu Takahashi est né le 20 septembre 1965 à Tokyo. Repéré en 1987, il publie en solo, en 1989, sa première oeuvre : Jiraishin. Ses dons indéniables pour le découpage et un trait efficace en ont fait un maître du suspens et du surnaturel. Il aime à mettre en scène des anti-héros confrontés à un destin surnaturel et violent. Ses scénarios inspirés et terrifiants n'ont pas tardé à trouver des adeptes dans le monde du cinéma pour lequel il oeuvre régulièrement (Versus, Alive). Tout en continuant sa production de mangas et en formant des élèves parmi lesquels on compte le fameux Nihei Tsutomu auteur de Blame, Tsutomu Takahashi s'improvise illustrateur, notamment pour des romans, des T-shirts et des jaquettes de CD.


NEUN – Tome 1 - Scénario et graphisme Tsutomu Takahashi - Pika Edition – 196 p. septembre 2019
Traduit du japonais par Sylvain Chollet

illustrations extraites de NeuN (© Tsutomu Takahashi / Kodansha Ltd) avec l'aimable autorisation de Pika Éditions.

Bande dessinée : LES INDÉLÉBILES de Luz Bande Dessinée : MOI, CE QUE J'AIME, C'EST LES MONSTRES - livre premier - de Emil Ferris Roman graphique : MOI, FOU d'Antonio Altarriba et Keko