Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Quatre Sans Quatre - Actu 1 - Février-mars 2018

Quatre Sans Quatre - Actu 1 - Février-mars 2018 sur Quatre Sans Quatre

Giboulées de mars !

Des centaines et des centaines de polars, thrillers, romans noirs paraissent chaque année et il nous est bien entendu impossible de tous les lire attentivement et d'écrire un article sur tout ce que nous recevons.

Deux yeux ne fonctionnant, hélas, que simultanément, et les malheureuses vingt-quatre heures de chaque journée ne suffisant plus à éviter l'effondrement de piles à lire himalayennes à l'architecture pisane, le sacro-saint principe de précaution nous commande de prendre des mesures !

D'où l'idée de cette nouvelle rubrique, Quatre Sans Quatre - Actu dans laquelle nous vous ferons un petit topo ds nouveautés du mois précédent, voire un peu avant, mars 2018, donc, pour cette première liste. (et même un chouïa du mois d'avant pour cette première...)

En espérant que vous y piochiez d'excellentes idées et que vous passiez en leur compagnie de trépidants moments de lecture !

La rédaction


LÀ OÙ RIEN NE MEURT - Franck Calderon, Hervé de Moras - Éditions Robert Laffont - collection La Bête noire - 360 p. 15 03 2018

Un auteur nîmois, incapable de surmonter la mort de sa femme et qui ne peut plus écrire depuis, contemple le suicide. Nîmes est alors la proie d'inondations terribles et un corps est amené devant chez lui par le torrent : celui de son ami d'enfance Alexandre. Il n'est pas question de mourir avant d'avoir résolu l'énigme qui entoure cette mort-là, car Alexandre a bel et bien été assassiné et...c'est Paul le principal suspect ! Quels secrets, quels dangereux mystères Alexandre avait-il bien pu découvrir au point qu'on le tue ? Paul se débat pour prouver son innocence et pour comprendre ce qui s'est passé... et suivre les traces de Louise, une jeune femme décidément très intrigante.


L'APPÂT - Daniel Cole - Éditions Robert Laffont - collection La Bête noire - 464 pages - 29 mars 2018
Traduit de l'anglais par Natalie Beunat

La suite de Ragdoll ! Baxter et Wolf reprennent du service !

18 mois ont passé, Emily Baxter est devenue inspecteur principal et Edmunds est retourné à la répression des fraudes où il s'ennuie à mourir. Les copycats de Ragdoll ne cessent de fleurir partout, les mémoires d'Andrea Hall (l'ex de Wolf ) sont au top des ventes et même les enfants ont des costumes rappelant les crimes atroces pour Halloween...

Baxter est convoquée par deux agents, l'un du FBI et l'autre de la CIA, parce qu'un nouveau copycat meurtre a eu lieu, le corps attaché au pont de Brooklyn, un mot tailladé sur le torse : APPÂT...
Un deuxième cadavre pareillement mis en scène est retrouvé sur lequel on peut lire le mot MARIONNETTE.

Les morts vont se succéder crescendo des deux côtés de l'Atlantique, mettant nos nerfs a rude épreuve... Baxter va être associée à l'enquête haletante et sanglante et va devoir retrouver le maître des marionnettes.


JE TE VOIS - Clare Mackintosh - Le livre de poche - 541 p. mars 2018
traduit de l'anglais par Françoise Smith

Zoé Walker a 40 ans, deux enfants de 19 et 22 ans qui n'aiment pas son nouveau compagnon mais ne manifestent aucune intention de voler de leurs propres ailes, et un boulot qu'elle déteste qui l'oblige à se plier à la routine des transports en commun. Un jour, la voilà qui se rend compte que dans le journal déplié sous ses yeux se trouve sa photographie, à la rubrique des âmes seules, avec un numéro de téléphone... et chaque jour une nouvelle photo apparaît. Zoé se rend compte avec une terreur grandissante que ces femmes sont les victimes de viols et de meurtres.

L'officier de police du métro Kelly Swift, une femme qui hait les violeurs depuis que sa sœur jumelle en a été victime, va mettre au jour une organisation destinée à apporter de l'aide à tous les violeurs en puissance qui ne savent pas bien comment s'y prendre, en surveillant les faits et gestes des passagères, répertoriant leur adresse, lieu de travail, horaires...
Terrifiant...


Février

ROIS D'ALEXANDRIE - José Carlos Llop – Éditions Actes Sud/Jacqueline Chambon – 197 p. février 2018
Traduit de l'espagnol par Edmond Raillard

Début des années 70, Barcelone, le fascisme et la répression et, en contrepoint exact, la poésie, la musique, la fugacité et l'irréalité de la vie.

Drogues, musiques, sexe, rêves et espace intérieur démultiplié : le kit de survie au fascisme qui obscurcit les consciences. La musique emplit le personnage, il est la musique, pas un instant ne se vit sans, elle est la raison ultime de tout.

Quelques années vécues en marge, vie inspirante, qui désire et qui invente, qui fabrique l'illusion pour résister au réel et voir plus loin. Disparues, envolées, qu'en reste-t-il ? Le souvenir même leur est-il fidèle ?

Magnifique et émouvant, l'histoire de la fin d'un monde, des rois déchus, contaminés par le Sida, morts d'overdose, ou encore simplement que la grâce lumineuse a quitté, laissant la fadeur du jour engloutir tous les rêves.


UN HOMME SEUL - Antonio Manzini – Éditions Denoël – collections Sueurs Froides – 352 p.
Traduit de l'italien par Samuel Sfez

Rocco Shiavone est un sous-préfet blessé, meurtri, qui ne voit même plus l'intérêt de se lever - ni de se fumer son pétard matinal, c'est dire - hormis pour faire faire un tour à sa chienne Lupa, une gentille bête rescapée de la SPA.

Une de ses amies, Adele, est morte à sa place, alors qu'il l'hébergeait. C'était la femme de son meilleur ami mais c'était lui qu'on voulait abattre, il est en danger permanent et il le sait.

La rage va petit à petit le sortir de sa torpeur. Pour retrouver l'assassin d'Adele, il va non seulement enquêter sur ceux qui pourraient lui en vouloir – et la liste est diablement longue – mais aussi sur la famille Turrini, solidement liée à la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, à cause d'une affaire d'appel d'offres truquées. Flic atypique, jamais content, cynique et arrogant mais aussi têtu comme une bourrique, Rocco Shiavone, qui hait le val d'Aoste et se languit de Rome, va mener avec punch, aigreur et humour.


SANG D'ENCRE - Jill Dawson – Éditions Denoël – collection Denoël & d'ailleurs – 377 p.
Traduit par Pierre Ménard

En 1964, Patricia Highsmith loue une petite maison dans le Suffolk, à l'abri de ses fans, des tensions nerveuses et bien tranquille dans la solitude toute relative d'un petit village à la Miss Marple.

Seule, pas tout à fait car elle attend sa maîtresse, Sam, mariée et vivant à Londres. Elle accepte aussi d'accorder un entretien à une jeune journaliste un peu envahissante, Ginny, qui la met légèrement mal à l'aise, en particulier lorsqu'elle lui demande ce qu'elle penserait du fait que quelqu'un -un fou bien sûr...- fasse en réalité tout ce qu'elle raconte dans ses romans. Mais le cerveau le plus fou n'est-il pas celui dans lequel toutes ces perversions ont d'abord germé ?

Patricia se sent surveillée, menacée, elle ne saurait cependant dire ce qui l'inquiète tant, mais l'angoisse est là, croissant sans cesse, palpable dans ce petit univers claustrophobique du cottage minuscule et du village de poupées.

Lorsque le drame survient, Patricia devient le personnage d'un roman qu'elle pourrait écrire, qu'elle aurait pu écrire, et la mise en abyme devient le lieu d'un jeu qui rend la fiction terriblement réelle.

Jeu sur le je qui pénètre dans l'esprit de l'auteur excentrique et angoissée, kaléidoscope infernal et vertigineux.


photo : Quatre Sans Quatre

Quatre Sans Quatre : Actu #9 septembre/octobre 2018 Quatre Sans Quatre : Actu #8 Août-septembre 2018 Quatre Sans Quatre : Actu 7 - août 2018