Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Série télé :
The Fear, Ô vieillesse ennemie

Série télé : The Fear, Ô vieillesse ennemie sur Quatre Sans Quatre

The Fear est une mini-série télé britannique diffusée par Channel 4 en décembre 2012. Elle est apparue en France en décembre 2013 sur OCS Choc, elle était jusque là inédite dans les pays francophones. Créée par Richard Cottan, la série ne compte que 4 épisodes de 45 minutes, Peter Mullan (Top of the Lake) y joue le rôle principal.


Le pitch

Richie Beckett est un truand qui a réussi. Il est, avec le temps et les pots-de-vin, devenu un notable de la ville de Brighton et s'apprête à lancer les travaux pharaoniques qui redonneront vie au front de mer de sa cité. Mais Richie est vieux, sa mémoire n'est plus ce qu'elle était et son comportement laisse depuis quelques temps à désirer.

Ses colères incontrôlables et ses décisions bizarres commencent à inquiéter son entourage. Ses deux fils, Matty et Cal qui doivent lui succéder, bien que n'en ont pas vraiment la carrure, et son épouse Jo, Anastassia Hille, remarquable dans son interprétation, doivent faire face à l'entrée de Richie dans la démence et aux attaques de la mafia albanaise bien décidée à prendre une part du gâteau à Brighton.


Ce qu'on en pense

Sans être un chef d’œuvre, The Fear présente particulièrement bien ce que peut être le sombre passage de la lucidité acérée au flottement total lié à la dégénérescence du cerveau.

L'apparition des sautes d'humeur, les hallucinations, les incohérences, les retours pathétiques à la réalité sont amenés avec finesse, justesse et l'on se retrouve parfois aussi perdu que Richie dans le méli-mélo de réel, de flash-backs et d'onirisme qui s'impose peu à peu à son esprit.

Le réalisme des effets de la pathologie et la faculté, très humaine, de nous leurrer sur l'ensemble des troubles dont nous sommes atteints, sous le prétexte fallacieux qu'un des symptomes est absent, rend cettte descente aux enfers tout à fait réaliste et prenante.

La violence est présente, elle est même omniprésente, comme elle l'a été toute la vie de cet homme, elle devient inopérante et contre-productive parce qu'il ne la maîtrise plus. Son clan ne peut plus compter sur lui pour les décisions importantes sans pour autant pouvoir réellement le remplacer, la muraille qu'il avait bâti s'effondre par pans entiers.

La cruauté des albanais est sans pitié mais terriblement efficace surtout face aux deux héritiers bien tendres pour reprendre des rênes que le vieux gangster n'a pas encore officiellement lâchés.

Ces deux mondes ne peuvent pas cohabiter bien longtemps, tout s'écroule autour de Richie comme en lui-même. Richie et Jo ne partageaient plus rien qu'un lieu de vie, la maladie va peu à peu les rapprocher, trop tard bien sûr, mais la façon de filmer ces retrouvailles est émouvante et juste. Une série qui fait immanquablement penser à Boss par le sujet, sans en avoir l'ambition et les moyens mais qui arrive à faire mouche sur la fragilité de l'être et de la vie.


Série Télé : The Fall, traque à Belfast DTC #7 - Série télé : Klondike, la molle ruée vers l'or avec Tim Roth