Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Top 10 :
les ROMANS de l'été 2018

Top 10 : les ROMANS de l'été 2018 sur Quatre Sans Quatre

Romans ? Vous avez dit romans ? Comme c'est bizarre...

(Chantonnant à mi-voix en travaillant)
- C’est un beau roman, c’est une belle histoire, taptalalala, lalalaaaa
- Tu chantes ? Tu trouves vraiment qu’il y a de quoi chanter, Dance ? Fichue frivole. Du Fugain, en plus...
- Oui, précisément, il y a de quoi parce que le top Romans est magnifique.
- (Moqueuse) Ha, toujours tes historiettes. Mais la vie, la vraie vie, la vie qui fait mal et qui sent mauvais, tu t’en fiches, hein ! Tes bluettes te suffisent, sans doute !
- Justement, la voilà ! L’amour qui tremble et qui fait mal, la cruauté et la mort qu’on donne par goût, par désespoir, la misère d’être humilié, avili… La vie qui sent mauvais, tu dis ? Tu la vois ? Elle est là ! Renifle bien fort, vas-y.
- Tout de suite les grands mots !
- Le roman, ma chère, c’EST la vie, avec sa complexité et ses interrogations, avec sa chair qui frémit et son coeur qui palpite, c’est toutes les vies qu’on n’aura pas, toutes celles qui t’échappent, toutes les existences possibles, à toutes les époques, dans tous les pays… Et, parfois, tu augmentes la tienne, de vie, des secrets d’une autre que tu as l’impression d’avoir vécue en la lisant, une vie de papier dont l’encre a trouvé le chemin de tes veines.
- ...
- Bon, y a un match ce soir, Dance ?

Mais non, pas de match, hélas. Disette footballistique... Rien. Déréliction et tout le toutim jusqu'à mardi soir et un possible France-Brésil, romanesque à souhait : Vingt ans après ! Et un, et deux, et trois... mousquetaires, comme me dit mon ami Alexandre qui a un peu tendance à faire sa promo partout. Ce qui ne l'empêche pas de me faire remarquer, fine mouche, que les livres composant ce Top10 sont classés par ordre alphabétique et que c'est une bonne chose. Point de médaille à glaner, juste la vie à découvrir entre ces magnifiques pages. Aucune excuse donc pour ne pas s'y mettre immédiatement !

Excellentes vacances et bonnes lectures !


Le top 10

ARIANE – Myriam Leroy – Éditions Don Quichotte – 206 p. : Elles sont collégiennes et s’aiment d’amour dur. L’une vient d’un milieu modeste et collectionne les complexes. L’autre est d’une beauté vénéneuse et mène une existence légère entre sa piscine et son terrain de tennis. L’autre, c’est Ariane, jeune fille incandescente avec qui la narratrice noue une relation furieuse, exclusive, nourrie par les sévices qu’elles infligent aux autres. Mais leur histoire est toxique et porte en elle un poison à effet lent, mais sûr. Un très grand roman sur l'adolescence, un shot de téquila qui brûle la gorge, l'acidité du citron et la pincée de sel indispensable, Myriam Leroy a trouvé les proportions parfaites, à déguster !

L’HOMME QUI EST TOMBÉ DANS L’OUBLI - Mia Ajvide - Éditions Actes Sud - 384 p.
Traduit par Johanna Chatellard-Schapira : une chose très étrange arrive à Jack : il devient un Oublié, c’est-à-dire qu’il est invisible aux yeux des autres, perd donc tout contact avec les siens et doit vivre une vie en marge, en paria, comme s’il n’existait plus. Il rencontre d’autres Oubliés qui se sont organisés et sont sous l’emprise d’un médecin qui cherche, soi-disant, un remède à leur mal… Un roman étrange et une réflexion intéressante sur les liens que nous tissons avec les autres.

LA PERFECTION DU REVERS - Manuel Soriano - Éditions Actes Sud - 320 p.
Traduit de l’espagnol par Delphine Valentin : Patricia Lukastic - Luka - se bat pour la finale de Melbourne. Elle mettra un terme définitif à sa carrière après ce match, à 21 ans, terrassée par des douleurs insupportables aux vertèbres, pendant que son père, qui a passé plus de quinze ans à la dresser, à la dure, à vaincre et à tout surmonter sans broncher se meurt dans un hôpital.
La cruelle fabrique des championnes et Luka, animale, toute en sensations, en précision du geste, en recherche du point gagnant à tout prix, enfant prodige qui se brise trop tôt. Toute ressemblance avec des personnes réelles n’est pas fortuite...

LE BLANC DU ROI – Clemente Bicocchi – Éditions Liana Levi – 219 p.
Traduit de l'italien par Samuel Sfez : Il a existé, à la fin du XIXe siècle, une autre voie que la colonisation brutale mise en œuvre par les grandes puissances européennes. Celle du dialogue et de l’échange. Pierre Savorgnan de Brazza, explorateur français d’origine italienne, l’a empruntée en tissant lors de ses expéditions des liens de confiance et d’amitié avec le peuple téké sur la rive droite du fleuve Congo. Plus de cent ans plus tard, le réalisateur Clemente Bicocchi, venu filmer le mausolée controversé érigé en mémoire de Brazza, « l’ancêtre blanc », découvre cette histoire exceptionnelle et se laisse embarquer dans un rocambolesque périple. Un superbe roman, intime et universel, une quête spirituelle, une recherche de vérité, dans les pas d'un explorateur des contrées reculées du Congo-Brazzaville, humaniste renié par son époque...

LE LABYRINTHE DES ESPRITS - Carlos Ruiz Zafon - Éditions Actes Sud - 848 p.
Traduit de l’espagnol par Marie Vila Casas : l’Espagne franquiste, noire, cruelle, dangereuse, refermée à double tour sur ses secrets. Dans une Barcelone ténébreuse qu’on croirait sortie d’un conte gothique, la très belle Alicia Gris, le meilleur agent de la police secrète, doit retrouver Mauricio Valls, ministre de la culture au passé vénéneux qui a été enlevé. Multiplicité d’histoires entremêlées, atrocités du régime et révélations troubles, le coeur du mystère réside dans un livre interdit, dont il ne reste plus que quelques exemplaires…
Un roman merveilleux, conte noir et roman d’aventure, puzzle littéraire et historique… un coup de coeur absolu.

LES ENSEIGNEMENTS D’UNE EX-PROSTITUÉE À SON FILS HANDICAPÉ - Savatie Bastovoi - Éditions Jacqueline Chambon - 288 p.
Traduit du roumain par Laure Hinckel : deux amis s’échappent d’un orphelinat de Moldavie, l’un n’a pas toute sa tête et l’autre est en fauteuil roulant. Leur cavale a été favorisée par la découverte d’un cadavre un peu grignoté par des souris, comme quoi, on est un peu négligent dans cet établissement… Un roman décapant, foutraque et critique d’une société corrompue et injuste, et un personnage de mère - obligée de se séparer de son enfant pour survivre - bouleversant.

LES OISEAUX MORTS DE L'AMÉRIQUE - Christian Garcin - Éditions Actes Sud - 224 p. : Las Vegas mais pas celui qu’on croit, l’autre Las Vegas, celui des canalisations et des terrains abandonnés dans lesquels vivent des marginaux et des vétérans que la société américaine laisse gentiment se débrouiller tout seul. Et ils s’organisent une petite vie à eux, dans les recoins insoupçonnés et pas trop visibles depuis la grande ville aux néons qui brasse du pognon. Parmi eux, Hoyt, un gentil gars, taiseux et solitaire, un type qui gamberge pas mal, et qui a surtout un joujou extra que les autres n’ont pas : il peut voyager dans le temps et revenir à volonté se balader dans son passé, comme une forme de résistance et d’opposition à la vie qui le nie.

MASSACRE DES INNOCENTS - Marc Biancarelli - Éditions Actes Sud - 304 p. : 1629, le Batavia fait route vers les Indes néerlandaises et fait naufrage à proximité d’îles inhospitalières. Les rescapés sont purement et simplement abandonnés par le capitaine et livrés à la perversité cruelle de quelques hommes… Quand plus rien ne contient le Mal, qu’arrive-t-il ? Terrible et terrifiant - d’autant plus qu’il s’agit d’une histoire vraie - magnifiquement écrit, certaines scènes, semblables à des tableaux, restent longtemps en tête ainsi que trois personnages d’exception, dont une femme, Lucretia, insoumise et douée d’une force d’âme peu commune.

MILLE PETITS RIENS - Jodi Picoult - Éditions Actes Sud - 573 p.
Traduit par Marie Chabin : une infirmière est accusée d’avoir tué un nouveau-né. Elle est noire, le bébé est blanc et ses parents des suprémacistes blancs … Une longue bataille s’engage, et pas seulement au tribunal, mais aussi contre l’invisibilité du racisme, les "mille petits riens" de la vie quotidienne qui jalonnent le parcours des Noirs. Un beau roman qui aide à penser le problème du racisme ordinaire, de grandes scènes de prétoire spectaculaires, un très beau personnage de femme obstinée et forte.

UN OCÉAN DEUX MERS TROIS CONTINENTS - Wilfried N’sondé - Éditions Actes Sud - 272 p. : saviez-vous que le roi du Kongo avait envoyé un émissaire auprès du pape, au XVIIème siècle, pour lui demander de l’aide dans la lutte contre l’esclavage, ce mal endémique qui ronge le pays ? C’est un jeune homme qui est désigné, un jeune ecclésiastique qui va endurer le pire périple possible pour arriver au Vatican, traversant un océan, deux mers et trois continents à bord d’un bateau négrier, assistant impuissant aux massacres, aux attaques, aux révoltes durement punies…Une histoire vraie, méconnue, tragique et très émouvante.


Bonus

CONVERTI À JAFFA - Marek Hłasko – Mirobole Éditions – 188 p.
Traduit du polonais par Charles Zaremba : Dans l’Israël de la fin des années 1960, en pleine saison des pluies, deux escrocs désabusés survivent en échafaudant des arnaques au mariage : Robert invente des scénarios qui attendriront les femmes vieillissantes et les feront payer, Jacob jouera la comédie. Leur prochaine cible est un couple de Canadiens : un pasteur protestant et sa femme. Le pasteur, venu en Israël pour convertir des juifs au christianisme, s’apprête à rentrer bredouille dans son pays. L’échec de la mission qu’il s’était fixée le pousse à boire. Jacob prend le missionnaire en pitié et se fait passer pour un juif désirant recevoir le baptême… Chez Hłasko, tout est en toc, mais tout est vrai, immédiatement identifiable dans chaque être humain rencontré. Il transcende ses personnages, les rend à la fois singuliers et archétypaux.

PLATINE - Régine Detambel - Éditions Actes Sud - 192 p. : Jean Harlow : ses seins bien sûr, ses cheveux, son sex-appeal. La Bombe. 
La Bombe, elle est morte à 26 ans, mal soignée, à peine capable de tenir debout lors des tournages imposés par la Major. Parce que le Bombe, c’est d’abord de l’argent, beaucoup d’argent, un capital qu’il faut rentabiliser à mort. 
Jean Harlow, ou plutôt la jeune fille qui était une célébrité mondiale connue sous ce nom, elle cherchait à avoir un enfant, à aimer un homme qui ne la batte pas ou ne la choisisse pas pour ce qu’elle représente aux yeux des autres. 
L’histoire d’une petite fille dévorée par le cinéma, l’exploitation des femmes, et le maquignonnage dont elles furent - sont ? - victimes.


Nos précédents TOP10


photo : Pixabay

Chronique Livre : LE PEINTRE D'AQUARELLES de Michel Tremblay Chronique Livre : LES ATTACHANTS de Rachel Corenblit Quatre Sans Quatre : Actu 7 - août 2018