Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Top 10 :
Les romans noirs de l'été 2018

Top 10 : Les romans noirs de l'été 2018 sur Quatre Sans Quatre

Encre noire et bains de soleil...

Ah non mais vous pensiez vous en tirer à bon compte, avec les vacances, les mois de soleil et de glaces à gogo ? Vous pensiez vraiment que nous n’allions pas veiller sur vos neurones en vous donnant des idées de lectures chaudement rafraîchissantes ? Erreur, les amis !

La voilà, la liste des romans noirs à picorer, déguster, avaler, dévorer au gré des envies et des moments tranquilles.

La conscience des hommes déchirée aux barbelés des guerres et des batailles qu’on livre pour ne pas sombrer tout à fait, pour arracher au destin un semblant de lumière… La tragédie n’attend pas le nombre des années pour frapper, et la vieillesse n’est pas que naufrage…

Quand la bonne littérature vient vous prendre par la main, abandonnez-lui le bras tout entier !
Nous vous souhaitons le bouleversement et l’émotion, la peur et l’espoir, l’enthousiasme et la curiosité : un bon livre, en somme.

La liste est classée par ordre alphabétique, n’y voyez pas une sorte de hiérarchie qui n’aurait pas de sens.. Dix, c’est un peu court, donc trois bonus qui auraient tout aussi bien pu figurer dans la sélection... et rien ne vous empêche d’aller fouiner par vous-même sur le tag Roman Noir du site.

Quatre Sans Quatre vous souhaite d’excellentes vacances !

Toute dernière minute : BRASIER NOIR - Greg Iles - Éditions Actes Sud - collection Actes Noirs - 1056 p.
Traduction de Aurélie Tronchet : un roman du sud des E.U. comme on les aime, poisseux, tortueux, sur fond de racisme et de lutte pur le pouvoir. Cruauté, amours interdites, racisme et un fils qui lutte pour prouver l’innocence de son père accusé d’un meurtre. La bonne nouvelle ? La chronique paraît mardi ! La deuxième nouvelle encore meilleure ? Deux autres tomes à venir !


Le top 10

DÉBÂCLE - Lize Spit - Éditions Actes Sud - 432 p.
traduit par Emmanuelle Tardif : ils sont trois à être nés la même année, trois enfants inséparables dans ce tout petit village, deux garçons et une fille. Pas une journée sans qu’ils la passent ensemble, à l’école ou les uns chez les autres, vélo, baignades et gamineries en tous genres. Pim, Laurens, Eva, les trois mousquetaires. A l’adolescence, les relations entre eux se modifient et Pim entraîne Laurens dans son sillage de malfaisance et de perversité. On ne se remet jamais d’avoir été enfant, on en meure même quelquefois.

HÉVEL – Patrick Pécherot – Éditions Gallimard – collection Série Noire – 209 p. : janvier 1958. À bord d’un camion fatigué, Gus et André parcourent le Jura à la recherche de frets hypothétiques. Alors que la guerre d’Algérie fait rage, les incidents se multiplient sur leur parcours. Tensions intercommunautaires, omniprésence policière exacerbent haines et rancœurs dans un climat que la présence d’un étrange routard rend encore plus inquiétant… 2018, Gus, vieux et malade, se confie à un écrivain... Magnifique histoire, et quelle plume que celle de Patrick Pécherot !

JUSTE APRÈS LA VAGUE - Sandrine Collette - Éditions Denoël - collection Sueurs Froides - 302 pages : ce qui était une ville est devenu mer, seules les collines sont encore au sec. Sur l’une d’elle vit une famille nantie de neuf enfants. Bientôt, l’eau recouvrira aussi leur maison car elle monte, inexorablement. Il faut chercher du secours, partir et tenter sa chance. Mais il n’y a qu’une barque trop petite pour les contenir tous. Il faut laisser trois enfants seuls. Dans la lettre qu’elle a posé sur la table de la cuisine, à côté des instructions et de la nourriture, la mère fait la promesse de revenir dans deux semaines. Totalement seuls, les petits vont-ils s’en sortir ? Et les parents trouveront-ils bon port ? Palpitant aussi bien que déchirant, un récit qui joue avec nos peurs fondamentales et qu’on lit avec l’espoir fou que le destin veuille bien, cette fois, être clément.

LA PETITE GAULOISE - Jérôme Leroy – La Manufacture de Livres – 142 p. : dans une grande ville de l'Ouest, le temps est suspendu et l'on s'attend au pire. Enfin, si seulement on savait à quoi s'attendre... Mais il aurait fallu que l'indic parle plus tôt. Ou que le flic auquel il s'est confié avant d'être descendu ne soit pas, lui aussi, tué par erreur. Il aurait fallu que les types qui préparent le coup ne se retrouvent pas éparpillés aux quatre coins de la ville, planqués dans des caves et des entrepôts. Il aurait fallu que cette affaire là ressemble à ce que l'on connaît. Seulement qui pouvait prévoir que tout repose entre les mains d'une gamine encore au lycée, de cette petite gauloise mystérieuse et prête à tout pour que sa vie ait un sens. Glaçant de réalisme, superbement écrit.

LA ROUTE DE TOUS LES DANGERS – Kriss Nelscott – Éditions de l'aube – collection L'aube Noire - 503 p.
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Luc Baranger : nous sommes en 1968 : Smokey Dalton est détective privé, installé à Memphis. Il est noir. Alors que le pasteur le plus célèbre ­d’Amérique est assassiné, une riche Blanche débarque dans le bureau et la vie de Smokey : elle voudrait savoir pourquoi sa mère a décidé de lui léguer, à lui, une part de son héritage. En pleine grève des éboueurs de la ville, la population afro-américaine est traversé et divisée par les différents courants politiques qui s’affrontent : Black Panthers ou non-violence de Martin Luther King. Anatomie d'une exécution politique, un formidable récit et une intrigue passionnante.

LES FANTÔMES DE MANHATTAN – R. J. Ellory – Sonatine Éditions – 457 p.
Traduit de l'anglais par Claude et Jean Demanuelli : Annie O’Neill, 31 ans, est une jeune fille discrète. Elle tient une petite librairie en plein cœur de Manhattan, fréquentée par quelques clients aussi solitaires et marginaux qu’elle. Son existence est bouleversée par la visite d’un nommé Forrester, qui se présente comme un très bon ami de ses parents, qu’elle n’a pratiquement pas connus. L’homme est venu lui remettre un manuscrit. Celui-ci raconte l’histoire d’un certain Haim Kruszwica, adopté par un soldat américain lors de la libération de Dachau, devenu ensuite une des grandes figures du banditisme new-yorkais. Tout l'extraordinaire talent de conteur de R. J. Ellory dans ces deux histoires mêlées.

MY ABSOLUTE DARLING - Gabriel Tallent – Éditions Gallmeister – 454 p.
Traduit de l'américain par Laura Derajinski. à quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Turtle a grandi seule, sous la coupe d’un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu’au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu’elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle décide alors d’échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie. Un chef d'oeuvre du roman noir, un des grands coups de cœur de l'année !

PATRIA - Fernando Arumburu - Éditions Actes Sud - 624 p.
Traduit de l’espagnol par Claude Bleton : un petit village basque, deux familles amies, l’ETA, omniprésente, omnipotente, infatigable. Puis le meurtre d’un des pères, parce qu’il refuse cette fois de s’acquitter de l’impôt révolutionnaire. Le roman montre comment on devient terroriste, sacrifiant tout à la cause qu’on croit juste, sans retour en arrière possible car il n’y a pas de place pour l’erreur ni le regret. Poignant et lucide, épousant tout à tour tous les points de vue, un roman magnifique.

POUR SERVICES RENDUS – Iain Levison – Éditions Liana Levi – 220 p.
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Fanchita Gonzales Batlle : en 1969, ils étaient au Vietnam, embourbés dans la jungle et dans une guerre de plus en plus absurde. Fremantle, sergent aguerri, à la tête d’une section de combat, Drake, jeune recrue pas très douée. En 2016, ces deux-là se retrouvent, après quarante-sept ans… L’ancien sergent dirige sans enthousiasme le commissariat d’une petite ville du Michigan, et le soldat malhabile est un sénateur en campagne pour sa réélection. Ce dernier a raconté ses faits d’armes au Vietnam, version Disney Channel, pour s’attirer un électorat de vétérans, et il recourt à son ancien chef pour les valider... De l'art du mensonge en politique et dans la vie privée, Levison est impitoyable et captivant !

TU DORMIRAS QUAND TU SERAS MORT – François Muratet – Éditions Joëlle Losfeld – 253 p. : le lieutenant André Leguidel, espion déguisé en radio, part au combat en Algérie, sans trop savoir où il met les pieds. Il se retrouve sous les ordres de Mohamed Guellab. Ce dernier, d'origine musulmane, est suspecté d'avoir tué l'officier français qui l'avait remplacé et d'être en passe de rejoindre les rebelles avec sa section et ses armes. Il se révèle pourtant un guerrier infatigable, doué d'une autorité naturelle, admiré de ses hommes mais inspirant de la défiance à ses supérieurs. La traque engagée par l'armée française d'un détachement du FLN à travers le djebel se trouve ainsi doublée d'une enquête qui expose les enjeux politiques de la guerre. Une plongée hallucinante dans l'univers d'une guerre sale, un fantastique roman.


Bonus

DANS LA VALLÉE DÉCHARNÉE - Tom Bouman - Éditions Actes Sud - 337 p.
Traduit par Alain Defossé : Henry Farrel est seul dans Wild Thyme, Pennsylvanie, seul pour faire régner l’ordre entre les laboratoires clandestins de meth, les paumés fracassés qui ont cru pouvoir faire des affaires en vendant leurs terrains à des compagnies d’exploitation de gaz de schiste et les solitaires qui sont prêts à tuer quiconque les chatouille d’un peu trop prêt… Beauté de la nature que les hommes s’acharnent à polluer, des amours impossibles et la mort qui ne renonce à rien ni à personne. Un beau roman nostalgique et puissant, un personnage de flic qui sort de l’ordinaire et qu’on n’oublie pas.

LES CHIENS DES CAIRNGORMS – Guillaume Audru – Éditions du Caïman – 205 p. : que se passe-t-il quand deux petits vieux sont libérés de prison pour bonne conduite et cherchent à se venger ? Que se passe-t-il quand deux frères que tout oppose décident de travailler ensemble dans un commerce illégal mais très lucratif ? Que se passe-t-il quand une inspectrice de police, têtue et déçue par ces hommes, se lance sur leur piste ? Plein de choses, et pas bien belles avec ça... Crue, drue, brutale, l’écriture colle au sujet, habille les protagonistes sur mesure afin de mieux permettre au lecteur de s’immerger dans ce chaos sanglant.

RADE AMÈRE - Ronan Gouézec - Édition du Rouergue - collection Le Roourgue Noir - 192 p. : Brest et les destins croisés de deux hommes : Jos et Caroff. Ils ne se connaissent pas ces deux-là. Jos refait surface après que sa femme a foutu le camp – c’est pas un premier de cordée et elle n’aime pas les riens, sa femme – il monte une entreprise de de taxi maritime et l’autre, marin pêcheur, se débat comme il peut pour sauver sa femme et sa petite fille du dénuement dans lequel l’a laissé la mort de son employé de seulement 16 ans, il y a quelques mois. Plus personne ne veut de lui sur le port, évidemment. Alors, pour avoir assez de pognon pour se fabriquer un ailleurs, il traficote de la drogue et s’acoquine avec de vraies ordures… mauvais plan.
Un roman noir brillant de pluie et poisseux de sang : les couleurs qu’on aime.


Les précédents TOP 10


photo : Pixabay

Chronique Livre : UN ÉTÉ SANS DORMIR de Bram Dehouck Quatre Sans Quatre : Actu #8 Août-septembre 2018 Chronique livre : LA GUERRE EST UNE RUSE de Frédéric Paulin