Quatre Sans Quatre

Chroniques Des Polars et des Notes Fiction Top 10 Recherche

Série Télé :
HELIX, un virus bricolé, un huis-clos étouffant et des zombis énervés

Série Télé : HELIX, un virus bricolé, un huis-clos étouffant et des zombis énervés sur Quatre Sans Quatre

Helix est la nouvelle série télé très attendue de la chaîne américaine SyFy, diffusée depuis le 10 janvier 2014 dans un pilote de 90 minutes regroupant les épisodes un et deux.

Science-fiction ou série catastrophe, c'est surtout sur l'univers confiné d'une base antarctique que repose l'atmosphère oppressante du scénario.Première série de Cameron Porsandeh, elle est produite par Ronald D. Moore, le créateur de Battlestar Galactica.

Côté casting, on peut y retrouver Billy Campbell (The Killing, The 4 400) dans le rôle principal du Dr Alan Farragut pour les gentils et Hiroyuki Sanada (Wolverine, le combat de l'immortel) dans le coin des méchants. Inédite sur les chaînes francophones, elle pourrait débarquer en fin d'année sur Syfy France.

Le première saison est prévue pour 13 épisodes.


Le pitch

Le Dr Alan Farragut est à la tête d'une équipe de chercheurs du CDC ( Center for Disease Control), une sorte d'organisation internationale qui est chargée de combattre les virus responsables d'épidémies meurtrières.

Cette équipe est envoyée sur une base de recherche en Antarctique confrontée à un mal mystérieux, le frère de Farragut est présent sur la base et malade, comme il a couché avec l'ex femme d'Alan, et que celle-ci fait partie de l'équipe du CDC, il risque d'y avoir quelques tensions supplémentaires non liées à la pathologie.

Le temps est épouvantable, évidemment, et le climat de suspicion est généralisé, personne sur la base ne semblant vouloir donner tous les renseignements sur des recherches pour le moins troublantes.Un huis-clos étouffant peut commencer, la seule fenêtre de communication avec le monde extérieur ne dépasse pas une heure par jour, faut pas se rater...


Ce qu'on en pense

L'idée de départ est bonne, le mal enfermé dans un lieu isolé et quasi imperméable, c'est un peu comme une épidémie de gastro à bord de l'Enterprise un jour de panne généralisée des toilettes pendant que l'équipage, Mr Spock en tête, annonce que c'est un rhume !

Par contre, tout ce qui est scènes en extérieur est bâclé, genre prod au rabais. La station en plan large est sans doute la gamelle du chat du réalisateur, posée à l'envers, trouée à la perceuse avec une ampoule en-dessous pour simuler l'éclairage. Les gens sortent par – 60° sans gant, blousons ouverts, même pas mal ... Pareil au sein de la structure, aucune vision d'ensemble, juste quelques vues traitées par ordinateur, aucune idée du peuplement réel et de l'architecture interne.

Le réalisateur a donc visiblement concentré ses moyens sur l'intrigue et les personnages principaux, les conduits d'aération de la base (on y passe pas mal de temps) et quelques labos suffisants à son propos. De ce point de vue, ce n'est pas si mal fait, le suspense est là, les effets spéciaux aussi et on a finalement envie de connaître la suite car, à part Farragut, tous semble avoir une palanquée de secrets bien planqués à révéler au fil de la saison. C'est pas qu'on soit curieux mais on aime bien savoir. !

Et puis il y a tous les aspects des rapports humains proprement dits, les difficultés d'imposer l'isolement des malades pour préserver la collectivité, l'angoisse de ceux qui sont atteints, la duplicité des responsables... En faisant abstraction des invraisemblances et de la faiblesse de certaines prises de vue, Helix est tout à fait regardable pour l'instant, c'est à dire jusqu'au quatrième épisode qui vient d'être diffusé, après, c'est l'aventure ...

Un faux air de Walking Dead où les zombis sont sous amphétamine mixé avec une saison de Secret Story où quasi tous les candidats sont psychopathes !

A noter, l'irruption ponctuelle d'une musique d'ascenseur, gaie et légère, totalement discordante avec le propos, volontairement déstabilisante.

Dernière information importante de cette série : si quelqu'un veut absolument vous rouler une galoche et qu'il présente un vieux filet de bave noirâtre au coin de la bouche, ne vous laissez pas faire, c'est ainsi que ce terrible virus se transmet ! Vous ne pourrez pas dire que vous n'avez pas été prévenus ;-)


Chronique Livre : OUTRESABLE de Hugh Howey Chronique Livre : LA MORT IMMORTELLE de Liu Cixin Quatre Sans Quatre : Actu #9 septembre/octobre 2018